Le devenir machinique du livre

  • Published on
    06-May-2015

  • View
    32.167

  • Download
    0

DESCRIPTION

Prsentation plnire au colloque Des manuscrits antiques lre digitale. Lectures et littraties (23-25 aot 2011) Universit de Lausannehttp://www3.unil.ch/wpmu/digitalera2011/deroulement/

Transcript

  • 1.Le devenir machiniquedu livreFrdric Kaplanfrederic.kaplan@ep!.chtwitter: @frederickaplan

2. La "n deslivres ? 3. Le seul forme possible pour le livre aujourdhuiest le journal Alphonse de Lamartine, 1831 4. La plupart des livres ne seront plus imprims,leurs lecteurs les couteront sous la forme dephonogrammes Altantic Monthly, 1889 5. Pourtant le livre a rsist au journal, auphonographe, la tlphone, la tlvision ...simplement par ce que ces autre mdias neremplissaient pas la mme fonction que lui.Chacun a pu trouver sa propre niche.Inversement, le rouleau na pas rsist aucodex, le manuscrit na pas rsist limprim.Il sagit dans ce cas de transformationsinternes, de lvolution structurelle dunemme ligne technologique. 6. Flickr / CC Jaymi HeimbuchCest pour cette raison quil ne sert riendopposer deux expriences de lecture. 7. http://darwinslibrary.com/2010/04/evolution-not-extinction/Nous devons replacer lvolution des livres dansle cadre plus gnral dune thorie de lvolutiondes technologies intellectuelles (Pascal Robert) 8. Nous proposons dinterprterlvolution du livre dans le cadreplus gnral de lvolution desreprsentation rgules. 9. Une reprsentation rgule estune reprsentation dont laproduction et lusage est soumis un ensemble de rgles. 10. Exemples de reprsentationsrgules :Un annuaire, une table de compte,un arbre gnalogique, undiagramme de production, unecarte dune rgion, uneencyclopdie, une feuille Excel,une prsentation PowerPoint. 11. Hypothse centrale :Les reprsentations rgulesdeviennent plus rgulires 12. Le processus gnral de cettergularisation la transformationde conventions en mcanismes. 13. Cette mcanisation procde endeux tapes successives :1. La mcanisationdes rgles de production2. La mcanisationdes rgles dusage. 14. A travers cette doublemcanisation les reprsentationsrgules "nissent par devenir devritables machines. 15. The Gough Map is the oldest extant map of the roads of medieval Britain. It is about 115 x 56cm large1360 and was made around 1360. It is named after Richard Gough, who donated the map to the Bodleian Library in 1809. East is on the top. http://en.wikipedia.org/wiki/File:GoughMap_ca_1360.jpg 16. 1520 Piri Reis map of Europe, the Mediterranean Sea and North Africa from his Kitab- Bahriye (Book of Navigation), 1521-1525 http://en.wikipedia.org/wiki/File:Piri_Reis_map_of_Europe_and_the_Mediterranean_Sea.jpg 17. 2006 Global land and undersea elevation. http://en.wikipedia.org/wiki/File:Elevation.jpg 18. 2011 http://maps.google.com 19. 1 En devenant machine, la carte a internalis ses propres usages.Les cartes machines sont plus puissantesque les cartes traditionnelles mais toutesles oprations possibles avec elles sontspci"es lavance. 20. Vous ne pouvez pas vous servirdune carte machine commeparapluie ou paquet cadeau ! 21. Principe du passagede loutil la machine 22. 2En devenant machines, lescartes tendent sagrgerensemble pour ne devenirquune seule carte. 23. Rgle gnraleAu fur et mesure que lesreprsentations rgulesdeviennent plus rgulires, ellestendent sagrger sous la formede systmes uni"s. 24. Concrtisation des systmestechniques (Gilbert Simondon) 25. "Evolution Chart of the Automobile," 1934, Raymond Loewys design o#ce. 26. 3En devenant machines, lescartes tendent perdre leurstabilit pour ne devenirquun instant de pause dansun !ux perptuel 27. La carte machine est uneanimation sur pause 28. Principe gnralLes systmes techniques tententde faire du temps une variable 29. 4 En devenant machines, lescartes changent de modlecommercial 30. Service cartographique gratuitmais rcupration des traces etdes ajouts des utilisateurs 31. Le modle de lapiculteur et de lapollinisation (Moulier Boutang) 32. Ce qui sest pass pour lescartes sest galementpass pour plusieurs autresreprsentations rgules. 33. Les livres sont desreprsentations rgules. 34. Leur production a dj tentirement mcanise. 35. Il y a donc une pressionforte pour prsentmcaniser leur usagesconventionnels et en fairedes machines compltes. 36. Par analogie, nous devrionsnous attendre observer4 bouleversements 37. 1La transition du livre outilau livre machine intgrantsa propre interactivit. 38. 2Lagrgation de tous lelivres machines enlquivalent dun seulgrand livre 39. 3Lvolution du livrecomme document stableen un documentdpendant du temps 40. 4Larrive dun nouveaumodle commercial olusage des livres auraplus de valeur que leslivres eux-mmes. 41. Mais un livre nest pas vraimentcomme une carte ... 42. Une carte est unereprsentation rgulede dimension 2.Un livre est un volume,une conteneur, unereprsentation rgulede dimension 3. 43. Le livre peut accueillirdes reprsentations dedimensions 2 : textemise en page, cartes,diagramme, arbres,tables, etc. 44. Le livre o$re une solution pourorganiser un discours danslespace.Il a une fonction architecturantepermettant daccueillir lesnarrations riches et lesdmonstrations complexes. 45. Chaque genre de livres estassoci des rgles destructuration conventionnelles. 46. La premire mcanisation du livrecommenant avec limprimerie atransform ces rgles enmcanismes.Linformatisation na fait queprolonger cette mcanisation enpermettant une gestion souple deces modles structurels. 47. En principe, la seconde tape duprocessus de mcanisation, latransformation des usages enmcanismes, devraient donnerencore plus de pouvoir lauteur-architecte. 48. Dans sa nouvelle forme le livresera en croissance continuePaul Otlet, Trait de Documentation, 1934 49. Le livre en croissance continue, cest lEncyclopedie 50. LEncyclopdie est ltroit sousforme de volumes imprims 51. vs 52. Le Livre LEncyclopdiefonction architecturante fonction totalisante Ferm OuvertFini En expansion continueParcours LinaireAccs alatoire Organise un discoursEnglobe le mondeComposeDcompose 53. Echapp des volumes imprims,lencyclopdisme sest incarn dans lestechnologies du rseau.Lordinateur mondial qui sest constituavec le web est bas sur les principes et lesmotivations de lencyclopdisme.Son action de description/dcompositionsest applique lensemble de la culture. 54. LEncyclopdie dcompose tousles objets structurs 55. Elle extrait leur contenu 56. et en fait un rseau 57. albums > chansonsjournaux > articleslivres > chapitres > pages > mots 58. vsLe destin du livre est li lissue de ce combat 59. 2 devenir-machiniquesA. Le Livre devient uneressource standardise dans lesystme encyclopdique globalB. Le Livre se rinvente sous laforme dapplications fermes etimmersives 60. AB 61. A 62. Le Livre est en train de devenir uneressource standardise dans le systmeencyclopdique global.Cette standardisation opre sur3 niveaux 63. (1/3) Des formats standards pourdcrire le contenu dun livre semettent en place 64. A partir de ces descriptions standardises,il est possible de produire plusieurs mises enpages selon les interfaces de lecture utilises 65. Les textes et les images utilisespeuvent elles aussi tre associs noeuds smantiques bien d"nis- des lieux bien d"nis- des personnes bien d"nies- des citations bien d"niesCes noeuds smantiques servent depivots entre les livres standardiss.(2/3) La dcomposition sepoursuit au plan smantique 66. De nouveaux formats ouverts sontaujourdhui ltude pour dcrire leschemins de lecture, les notes, les prtsde livres entre lecteurs.Toute la trajectoire de vie dun livrestandardis va elle-mme tre dcritede manire standard.Ces reading analytics vont sansdoute constituer un minerai de valeurexploitable conomiquement.(3/3) La dcomposition se poursuiten incluant lusage des livres 67. http://www.ickr.com/photos/cogdog/3314955517Le terme digitalisation dcrit en fait une extraction etstandardisation du contenu de millions de livres. Ces livresdeviennent des donnes dune immense base de donnes quiintgre galement de nombreuses autres informations surnos pratiques de lecteur et plus gnralement sur nos vies.La standardisation est couple une digitalisation massive 68. http://www.ahmetertug.com/ Labsorption du Livre par lEncyclopdie inaugure lge des lectures industrielles (Alain Gi$ard) 69. http://lesbaroudeurs.wordpress.com/2010/06/12/notre-parcours/vue-du-ciel-des-iles-gili/La forme close des livres en faisaitdes les, des rservoirs dinnovation 70. B 71. Le web est en dclin,supplant pardautres formesdaccs lInternet. 72. Les applications- o$rent plus de contrles leurs concepteurs- permettent lutilisation des derniresressources techniques (multitouch, GPS,acclromtre)- permettent des utilisations non connectes- peuvent inclure des vidos, des simulations,des jeux.- sont encore peu standardises 73. Les applications sont des conteneurs quipeuvent inclure des mdias de dimensions 4.Elles peuvent o$rir des services similaires celles dun site mais sont animes par unelogique di$rente : fermeture et contrle,la logique du livre. 74. Beaucoup critiquent leur fermeture enargumentant sur les bases de lidologie delEncyclopdie: ouverture, change, partage.En labsence de standard, le contenu desapplications pourrait tre di#cile lire dansquelques annes. 75. Mais protges par leur carapace, lesapplications permettent vritablementdexplorer la seconde phase de mcanisationdu livre, les di!rentes manires dont le livrepeut internaliser ses propres interactions. 76. Les auteurs et les diteurs peuvent concevoirde manire beaucoup plus prcise lexpriencequils souhaitent o$rir leurs lecteurs :des livres de cours plus pdagogiques, desromans plus immersifs, des guides voyagesplus contextuels, des magazines plusdivertissants, des articles plus rudits... 77. mais aussi des types de livres compltementnouveaux ... des livres qui changent selon lemoment et lendroit o on les lit, des livres quiapprennent au fur et mesure quils sont luset tous les autres possibles quo$rent leslivres algorithmiques. 78. Malheureusement, les nouveaux contenuspeuvent tre longs et di#ciles produire, nefonctionner que sur les machines les plusrcentes. Les diteurs nont pas les budgetspour se lancer dans des crationsambitieuses. Comme ce fut le cas avec le CD-rom, ces obstacles pourraient mettre en prilcette ligne dans lvolution du livre. 79. AB 80. AB Le livre machine comme Le livre machine commeressource encyclopdiqueapplication ferme, permettant standardise une exprience immersive1. Internalisation des usages Oui Oui 2. Agrgation en un seulsystme Oui Non3. Fin de la stabilit, nouveau rapport au temps Oui Oui4. Nouveau modle commercial o lusage deslivres aura plus de valeur queOui Nonle livre lui-mme 81. Les livres de type B joueront le rle de source de nouveaut,progressivement standardise comme ressources de type A.A B 82. 3 prdictions facilesLes publications les plus proches de lalogique de lEncyclopdie seront lespremiers entirement machinissLes Encyclopdies, dictionnaires,publications scienti"ques, livres decuisines, guides de voyages ... 83. 3 prdictions facilesLes publications les plus lointaines de lalogique de lEncyclopdie resteront sousformat papier et exploreront en parallleles machinisations de type B.Les livres pour enfants, les romans, ... 84. 3 prdictions facilesCertains diteurs vont raliser quils nepublient pas simplement des livres ou desmagazines mais quils grent en fait descorpus encyclopdiques. Ils vont lesexploiter numriquement en explorant denouveaux modles commerciaux. 85. frederic.kaplan@ep!.chtwitter:@frederickaplanhttp://fkaplan.comhttp://craft.ep!.chhttp://bookapp.com

Recommended

View more >