TOXICOLOGIE Cours IFSI. DEFINITIONS Toxicologie Pharmacodépendance Tolérance Dépendance Syndrome de sevrage.

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    119

  • Download
    9

Transcript

  • Page 1
  • TOXICOLOGIE Cours IFSI
  • Page 2
  • DEFINITIONS Toxicologie Pharmacodpendance Tolrance Dpendance Syndrome de sevrage
  • Page 3
  • Toxicologie Cest ltude : de lorigine des mcanismes daction des effets nocifs de substances exognes ou endognes sur la physiologie des organismes vivants, en vue de les corriger ou les prvenir DEFINITIONS
  • Page 4
  • Pharmacodpendance Etat psychique et quelquefois physique rsultant de l'interaction entre un organisme vivant et une drogue. Cette interaction se caractrise par des modifications du comportement et par d'autres ractions qui engagent toujours fortement l'usager prendre la drogue de faon continue ou priodique afin de retrouver des effets physiques ou quelquefois d'viter le malaise de privation. Cet tat peut s'accompagner ou non de tolrance. Un mme individu peut tre dpendant de plusieurs drogues. (A prfrer au terme de toxicomanie) DEFINITIONS
  • Page 5
  • Tolrance Proprit d'une drogue dont l'usage rpt entraine une diminution des effets initialement obtenus d'o la ncessit d'augmenter les doses pour atteindre l'effet dsir. Elle est souvent associe au dveloppement d'une dpendance physique. DEFINITIONS
  • Page 6
  • Dpendance Physique : Etat adaptatif caractris, lorsque l'administration de la drogue est suspendue ou qu'un antagoniste spcifique contrecarre son action, par l'apparition de troubles physiques, symptmes de sevrage ou d'abstinence qui se manifestent par des signes de nature physique ou psychiques (syndrome dficitaire) caractristiques de chaque drogue. Plusieurs mois aprs le sevrage, la dpendance physique peut se manifester par de puissantes compulsions quand le sujet est remis dans certaines situations (mcanisme de conditionnement). Psychique : Etat dans lequel une drogue produit un sentiment de satisfaction et une pulsion psychique exigeant son administration priodique ou continue pour provoquer le plaisir ou viter le malaise ou le dplaisir (soulager certaines manifestations : angoisses dissociatives, processus productifs). DEFINITIONS
  • Page 7
  • Syndrome de sevrage Ensemble des troubles somatiques conscutifs la suppression brusque de la drogue chez un toxicomane en tat de dpendance physique. Ces troubles peuvent tre soulags par la radministration de la substance ou par l'administration une substance proche. DEFINITIONS
  • Page 8
  • Pharmacodpendance des mdicaments Barbituriques Benzodiazpines Morphiniques
  • Page 9
  • Pharmacodpendance des barbituriques En France : Phnobarbital (GARDENAL ) +++ : Anti- pileptique Thiopenthal (PENTHOTAL ) : Injection et entretien dune anesthsie gnrale Dautres molcules existent (retire du march en France)
  • Page 10
  • Pharmacodpendance des barbituriques Dpendance psychique forte. La dpendance physique ne se dveloppe que lorsque le sujet atteint une dose seuil. Valeurs indicatives : Phnobarbital : 120 200 mg/j pendant 90 300 j Tolrance dveloppement rapide quelques jours quelques semaines. Tolrance croise avec l'alcool, et les benzodiazpines. Deux populations risque ont pu tre distingues : Adolescents ou hommes jeunes, avec un comportement antisocial marqu. Adultes gs de 40 50, anxieux ou souffrant de troubles du sommeil, devenant dpendants suite une prescription mdicale.
  • Page 11
  • Pharmacodpendance des barbituriques Risque de la dpendance aux barbituriques : Anmie mgaloblastique par dficit en folates Ostomalacie, rhumatisme gardnalique Augmentation des transaminases, GGT, hpatite
  • Page 12
  • Pharmacodpendance des barbituriques Syndrome de sevrage : Svre et brutal Pronostic vital mis en jeu, en l'absence de traitement Symptmes : Mineurs prcoces : Nauses, vomissements, agitation, anxit, insomnie, tremblements, hyperthermie, hypotension orthostatique, tachycardie, faiblesse musculaire gnralise Majeurs retards : Crises tonico-cloniques, tat de mal pileptique, delirium avec agitation extrme, dsorientation, hallucinations visuelles et auditives, distorsions visuelles. Traitement du sevrage : En milieu hospitalier (risque de convulsion et de dlirium) Administration de doses plus faibles
  • Page 13
  • Pharmacodpendance des benzodiazpines DCI finissant par le suffixe zpam ou am : Exemples : Diazpam : VALIUM Alprazolam : XANAX Clonazpam : RIVOTRIL Mdicaments : anxiolytiques, hypnotiques, sdatifs et anti-pileptiques
  • Page 14
  • Pharmacodpendance des benzodiazpines Dpendance psychique est en gnral modre Dpendance physique est forte Tout arrt de benzodiazpine mme prise posologie normale peut tre suivie d'un syndrome de sevrage 1/3 des utilisateurs chroniques de BZD dveloppe un syndrome de sevrage Tolrance : Apparat aprs quelques mois d'usage rgulier : tolrance la sdation en premier lieu, puis tolrance l'action anticonvulsivante, puis tolrance l'action anxiolytique. Peut conduire l'ingestion de doses 20 50 fois la dose thrapeutique. Tolrance croise avec l'alcool et les barbituriques Facteurs de risques : Forte dose, longue dure de traitement, antcdents d'alcoolisme ou de toxicomanie, courte demi-vie et forte liposolubilit du produit
  • Page 15
  • Pharmacodpendance des benzodiazpines Risque de la dpendance aux benzodiazpines : Sdation Altration des performances psycho-motrices Troubles cognitifs surtout avec les BZD d'action rapide Dsorientation Effets paradoxaux : irritabilit, agressivit, manie, bouffe dlirante aigu, psychose dissociative Dpression respiratoire, hypotension Chutes lies l'effet myorelaxant. Dysphagie
  • Page 16
  • Pharmacodpendance aux benzodiazpines Syndrome de sevrage : Au bout de 1 10 jours aprs larrt du produit Symptmes : Classiques : anxit, irritabilit, troubles du sommeil, des douleurs diffuses, des troubles sensoriels et digestifs, hypotension othostatique Graves : dlire psychotique, convulsions, hallucinations et crise comitiale. Traitement du sevrage : Utilisation dune benzodiazpine ayant une demi-vie plus longue (Lysanxia, Nordaz, Victan) Diminution progressive sur plusieurs semaines Eviter lutilisation mdicaments abaissant le seuil pileptogne (certains neuroleptiques et antidpresseurs, tramadol, corticodes) Utilisation de bta-bloquant (anxit somatique) Utilisation de neuroleptique en cas danxit excessive
  • Page 17
  • Pharmacodpendance aux morphiniques La quasi-totalit des stupfiants lgaux + lhrone et opium Utilisation comme antalgique palier III Exemples : Morphine Oxycodone (OXYNORM) Fentanyl (DUROGESIC)
  • Page 18
  • Pharmacodpendance aux morphiniques Dpendance psychique forte trs forte Dpendance physique : Syndrome de manque La svrit dpend du mtabolisme de la substance, de la dose journalire, de la rgularit et de la dure des prises, de facteurs psychologiques Tolrance : Phnomne rapide : au bout de 10 j de traitement Tolrance la sdation, lanalgsie, ltat euphorique et la dpression respiratoire. Tolrance moins marque vis vis de la constipation et myosis Facteurs de risques : Sujets avec une personnalit antisociale, et des accidents prcoces d'intgration, patients algiques chroniques, professions de sant ayant un accs facile aux produits Les patients traits au long cours par les morphiniques
  • Page 19
  • Pharmacodpendance aux morphiniques Risque de la dpendance aux morphiniques : Troubles psychiatriques : - Irritabilit, impulsivit - Episodes anxio-dpressifs - Etat dpressif majeur Autres : Constipation, dnutrition, rtention urinaire, amnorrhe, troubles de la libido et de l'rection, hyperglycmie, hypothermie, infarctus crbral, hmorragie crbrale, ou sous-arachnodienne, troubles de la rponse immunitaire humorale et cellulaire.
  • Page 20
  • Pharmacodpendance aux morphiniques Syndrome de sevrage : Deux cas : Arrt du produit : 8 12h aprs larrt et durent 4 10j Administration dun antagoniste : 2-3min aprs injection antagoniste et dure 2 3 h Symptmes : Anxit, agitation, insomnies, nauses, vomissements, diarrhe, anorxie, mydriase, hyperscrtion (salive, larmes, sueurs), alternance bouffes de chaleurs et frissons Douleurs musculaires et articulaires, hyperthermie, tachycardie, hypertension, exagration de lamplitude respiratoire Traitement du sevrage : Utilisation de buprnorphine (SUBUTEX), Mthadone : substitution Diminution progressive sur plusieurs mois Ajonction dantidpresseurs pour traiter la dpression du larrt voir de neuroleptiques.
  • Page 21
  • Traitement des intoxications aigues Lavage gastrique : Doit tre ralis de prfrence tt (dans les 2 heures aprs ingestion) ou plus tard si labsorption du produit est retard (ex : LP) Protocole : introduction dun tube dans lestomac, siphonnage du liquide gastrique (identification du toxique), administrations puis aspirations rptes deau sale 37C Contre indication : inconscience, dtergents, solvants volatils, produits ptroliers en raison du risque dinhalation (sauf voie trachale)
  • Page 22
  • Traitement des intoxications aigues Charbon activ : Absorbe les toxiques qui sont ensuite limins dans les selles Aucune action sur les produits comme lthanol, mthanol, cyanure, lithium Protocole : 50g per os rpt 4-6h pendant 1-2jours (enfant 1g/kg) Contre indications : produits caustiques, vomissements, administration dun antidote per os
  • Page 23
  • Traitement des intoxications aigues Traitement purateur : Diurse force : on alcalinisent les urines (barbituriques et salicyls) Epuration extra-rnale : dialyse Seulement sur les mdicaments et subtances dialysables Exemple : mthanol, thylne glycol (liquide de refroidissement), salicyls, barbituriques, thophylline Dialyse pritonale ou hmodialyse

Recommended

View more >