Studia Orontica VI

  • Published on
    04-Jul-2015

  • View
    202

  • Download
    7

Transcript

Studia Orontica Studia Orontica VI 20091Studia Orontica 2Studia Orontica Studia Orontica est le bulletin du Centre Syrien de la Recherche Archologique Valle de l'Oronte - Palais Tabet Publi Damas par la Direction Gnrale des Antiquits et des Muses de Syrie RESPONSABLE DE LA PUBLICATION : Bassam JAMOUS. REDACTEUR EN CHEF : Michel AL-MAQDISSI. COMITEDE REDACTION: Mouhamed MUHAFEL, Fayssal ABDALLAH, MammounET YASMINE KANHOUCHE.ABDULKARIM, Antoine SOULEIMAN et Ahmad TARAQJI. REALISATION : Bassel CHEHADESOMMAIREAL-MAQDISSI Michel : Premire leon dun dchirement archologique annonc ? FREU Jacques : Qatna et les Hittites. MAKINSON Martin : Mansute (Emesa?), porte dAram-Damas. CLUZAN Sophie, TARAQJI Ahmad : Mission archologique de Tulul el-Far premire campagne. AL-MAQDISSI Michel, PARAYRE Dominique, SAUVAGE Martin : La mission Conjointe franco-syrienne de lOronte : premire campagne. CAVIGNEAUX Antoine, COLONNA dISTRIA Laurent : Les dcouverts pigraphiques des fouilles rcentes de Mari. tat des recherches en janvier 2009. JAGHNOON Malathios : Note propos des symboles de la mosaque de lglise de Taybet el- Imam. JAGHNOON Malathios : Note sur quatre sarcophages trouvs Homs en 2006. JAGHNOON Malathios : Note sur les noms anciens de lOronte et leurs significations.7 9 24 33 4251 79 87 89Numro publi avec le soutien de lInstitut Franais du Proche-Orient www.StudiaOrontica.org 3Studia Orontica 4Studia Orontica Adnan Bounni (Homs, 8 juin 1926 Damas, 21 octobre 2008) Le dernier gant des pionniers de larchologie syrienne (2008 ) 8 6291 12 Photographie de H. Weiss : Rome 6 avril 20045Studia Orontica 6Studia Orontica Premire leon dun dchirement archologique annonc ?Michel Al-Maqdissi DGAM, DamasPour mon matre le Dr Adnan BOUNNIIl est des victoires au got amer : le grand succs des dcouvertes archologiques ralises rcemment en terre syrienne apporte de nombreuses interprtations cruciales qui devraient, une fois connues, dvoiler un dchirement rel. Dans de nombreux chantiers, des quipes sont en crise, je dirais mme en dchirement total. Larchologie syrienne se cherche, elle est malade dun sicle et demi dhritage. Tirant objectivement les conclusions de cette situation, nous pouvons affirmer solennellement que presque chaque quipe connat ses propres difficults. Depuis 1970, aucune fouille nest parvenue son terme. Laffaiblissement continu des deux grandes coles qui ont domin la vie archologique depuis lindpendance va 7Studia Orontica avoir des consquences dramatiques plusieurs niveaux : science, publications, tudes, rapports et analyses Cette situation sest aggrave un rythme effrn avec lapparition massive sur la scne archologique des nouvelles coles europennes et anglo-saxonnes. En effet, cela va acclrer le caractre dlicat de la solution sur le terrain et larchologie syrienne risque rellement un dchirement profond. Un dchirement clatant qui se manifeste par une crise de conscience. Un dchirement li un gosme mortel. Quelle que soit la raction, bonne ou mauvaise, la prochaine gnration darchologues syriens devrait tre confronte un rglement de compte radical, car avec la crise actuelle et au fil des prochaines annes apparatra un obstacle toute solution qui serait le point dquilibre entre lobjectif scientifique de notre chre archologie nationale et les intrts des archologues et institutions trangres. Ainsi, la conclusion de cette premire leon nest pas crite et ne sera pas dvoile avant le dpart de lactuelle gnration. Il faut esprer que cette histoire se termine sans trop de dgts. On na jamais vu, depuis le dbut de laventure archologique en Syrie, il y a presque un sicle et demi, une situation qui amne notre discipline lpreuve dune crise relle de conscience. Etat dict par des propos tenus rcemment par un flamboyant de larchologie syrienne qui ne peuvent que susciter dinquitantes interrogations sur leurs retombes au niveau scientifique, voire mme humain. Larchologie, science du pass, tire son charme de son espace de noblesse . Lorsque lon applique cette douce discipline la politique , dans le but de devenir roi la place du roi, elle se transforme radicalement en archologie de catastrophe en rduisant ses valeurs au plus bas ou plutt son espace de paranoa . Il en effet est regrettable quactuellement plusieurs quipes et missions raisonnent ici-bas sur des bases et des ides malades. Ils cherchent, malheureusement, travers la science une archologie de personnalit ou plutt par un raisonnement purement interne une archologie dgosme . La cible est toujours la mme : l archologie de principe doit liminer l archologie de linquitude afin dviter que l espace archologique du dchirement mamne la peur de passer vers le destin invitable de lespace archologique de labsurdit . Grand Caf, Oldenburg 22 septembre 20088Studia Orontica Qatna et les HittitesJacques Freu Universit de Nice, Nice IntroductionLantique cit de Qatna dont les ruines jouxtent le village moderne de Mirife/ Mishirfeh tait situe proximit et lest de la valle de lOronte, 18 km au nord-est de Homs. Le tell, entour de remparts, forme un quadrilatre dune superficie de 110 ha. Des fouilles entreprises au cours des annes 1924-1929 avaient permis de dgager divers btiments, le palais en particulier, et de mettre jour des dizaines de tablettes cuniformes1. En 1994 une quipe archologique syrienne dirige par Michel AlMaqdissi a engag une nouvelle srie de recherches dont la suite a t confie partir de 1999 une quipe syro-germano-italienne2. La dcouverte en 2002 de 67 tablettes cuniformes compltes ou fragmentaires dans un corridor dpendant du palais a profondment modifi ce que lon croyait savoir de lhistoire de la cit et de la Syrie lpoque amarnienne. Les interventions du roi hittite uppiluliuma (c.1350-1319 av. J.C.) dans la rgion et ses guerres contre le roi deDu Mesnil du Buisson, R., Le site archologique de Mishrif-Qatna, Paris 1935 ; Bottro, J., Les inventaires de Qatna , RA 43, 1949, pp. 1-40 ; 137-215 ; Autres textes de Qatna , RA 44, 1950, pp. 105122. 2 Al-Maqdissi, M., Luciani, M., Morandi Bonacossi, D., Novk, M., Pflzner, P., Excavating Qatna I, Damascus 2002, Introduction pp.7-16.19Studia Orontica Mitanni, Turatta, ont reu ainsi un clairage nouveau qui ncessite une rcriture du rcit des vnements ayant prcd le triomphe du roi de Hatti3. Qatna avait t un important royaume ds lge du Bronze Moyen, rival de celui de Yamhad (Alep), et ses rois, I-Haddu et son fils Amut-pi-El avaient jou un rle important dans les relations internationales lpoque des rois dAur, de Mari et de Babylone, ami-Adad, Zimri-Lim et Hammurabi (1792-1750 av. J.C.), en chronologie moyenne )4. Mais Qatna est ignore des annales des rois hittites de lAncien Royaume (Hattuili I et Murili I) qui ont attaqu la Syrie, dtruit Alep et pill Babylone la fin de cette poque (1595 av. J.C.). La mention dune victoire remporte par le roi dAlep (Yamhad) Yarim-Lim III sur les troupes de Qatna (AlT 6)5 montre que la vieille hostilit entre les deux royaumes avait perdur longtemps, ce qui faisait de Qatna lallie objective des Hittites avant la destruction dAlep par ces derniers. Il y a peu de doute que, malgr les campagnes, menes jusqu lEuphrate en lan XXXIII de son rgne, par le pharaon conqurant, Thutmosis III (1479-1425 av. J.C.), les oprations conduites dans la valle de lOronte par son fils Amnophis II en lan VII (1419 av.J.C.), lintervention des rois hittites Tuthaliya I et Hattuili II en Syrie et lalliance entre Hittites et Egyptiens (trait de Kurutama), la ville amorrite est reste, comme sa voisine Qade (pays de Kinza), sous la domination des rois du Mitanni au cours du 15me sicle et a subi une forte pntration dlments hourrites. La prsence dans les ruines dates du Bronze Rcent dexemplaires de la cramique de Nuzi , caractristique du monde mitannien6, et labondance des termes hourrites dans les textes de cette poque retrouvs Qatna7, montrent que la ville tait alors soumise aux monarques mitanniens qui portaient des noms vdiques mais qui rgnaient sur un pays peupl majoritairement de Hourrites en haute Msopotamie (pays de Hurri/Mitanni/Hanigalbat) et sur une population mle de Smites occidentaux (Amorrites) et de Hourrites en Syrie du nord. La rconciliation du Mitanni et de lEgypte en 1419 av. J.C., puis une srie de mariages dynastiques, trois pharaons ayant pous successivement les filles de leur alli hourrite, ont assur la paix en Syrie. Les deux empires cohabitaient pacifique-ment. Le pharaon tenait les pays de Canaan, dUbe (Apina, la Damascne) et dAmurru alors que le roi de Mitanni tendait sa domination plus au nord, sur les pays dAlep, de Muki (Alalakh), de Nukhae, de Qade et de Qatna8. Seule Ugarit restait gyptienne dans cette rgion.Richter, Th., Der einjhrige Feldzug uppiluliumas I. von Hatti in Syrien nach Textfunden des Jahres 2002 in Mirife/Qatna , UF 34, 2002, pp.603-618; Das Archiv des Idanda , MDOG 135, 2003, pp. 167-188. 4 Klengel, H., GS II, 1965, pp. 117-131; Syria 3000 to 300 B.C., Berlin 1965, pp. 65-70; QatnaEin historischer berblick , MDOG 132, 2000, pp. 239-252; Morandi Bonacossi D., Eidem, J., A Royal Seal of Ishi-Addu, King of Qatna , Akkadica 127, 2006, pp. 41-57. 5 Wiseman, D., The Alalakh Tablets, London 1953, pp. 33-34, o la lecture homme dEnunna doit tre remplace par celle de lhomme de Qatna , Klengel, H., GS II, p. 106 ; MDOG 132, 2000, p. 247. 6 Novk, M., The Chronology of the Royal Palace of Qatna , g.Lev. 14, 2004, pp. 299-317, pp.306309. 7 Richter, Th., Kleine Beitrge zum hurritischen Wrterbuc , AoF 32, 2005, pp. 23-44 8 Freu, J., Histoire du Mitanni , 2003, pp. 65-98.310Studia Orontica La dure crise qui stait abattue sur le royaume hittite au cours du rgne de Tuthaliya III (c.1370-1350 av. J.C.) avait cart toute menace venue du nord et avait consolid la paix en Syrie. Les ambitions de son fils, uppiluliuma (c.1350-1319 av. J.C.), vont rapidement modifier la donne. Le jeune roi hittite aprs avoir aid son pre, vieux et malade, redresser la situation en Asie mineure a repris le chemin des riches pays du sud avec la ferme intention de briser la puissance mitannienne et denlever au roi Turatta ses possessions syriennes. Lapport des nouveaux textes de Qatna et leur arrire-plan chronologique ne peuvent tre apprcis quen tenant compte de la situation nouvelle cre par les initiatives du roi hittite et par la politique de passivit du pharaon hrtique , Akhenaton.Les premires offensives de uppiluliuma en Iuwa et en Syriea) EA 17 et lIuwa La lettre amarnienne EA 17, adresse par le jeune roi de Mitanni, Turatta, au pharaon Amnophis III, son beau-frre , marquait la reprise des relations entre les deux cours aprs le meurtre du roi hourrite Artaumara, fils de utarna II et frre an de Turatta. Ce dernier avait subi quelque temps la tutelle du meurtrier, le vizir UD-hi, avant de pouvoir se dbarrasser de lui, retrouver sa libert daction et rtablir des relations cordiales avec son beau-frre , le pharaon. La fin du message, en prlude lannonce de lenvoi de prsents dhommage au roi dEgypte, mentionnait un vnement rcent : [...] lanne suivante [de la mort] de mon frre [je fus attaqu] par tout le pays de Hatti. Quand lennemi savana contre mon pays, Teub, mon seigneur, le livra dans ma main et je le vainquis. Pas un seul ne retourna dans son pays. Je tenvoie en consquence un char, deux chevaux, un serviteur et une servante du butin pris aux Hittites 9. Cet chec de uppiluliuma correspond certainement sa premire tentative pour reconqurir lIuwa. Lui-mme la reconnu dans le trait quil a conclu bien plus tard avec le fils de Turatta, attiwaza, en insistant sur le fait que lors de son expdition victorieuse il avait travers lEuphrate et soumis le pays dIuwa pour la seconde fois (CTH 51 2)10. La date de la lettre EA 17, la premire du dossier gypto-mitannien, doit se situer au dbut de la correspondance amarnienne dont les tablettes conserves ont commenc arriver en Egypte vers lan XXXII du vieux pharaon (1349/1348 av. J.C.), correspondant lan VI dAkhenaton si on admet une corgence entre ce roi dEgypte et son fils, sinon 1359/1358 av. J.C.). Lattaque hittite aurait donc suivi dassez prs lavnement de uppiluliuma.9Moran, W., The Amarna Letters , 1992, pp. 41-42 (EA 17); cf. Khne, C., Die Chronologie der internationalen Korrespondenz von El-Amarna , AOAT 17, 1983, pp. 17-23; Kitchen, K., Suppiluliuma and the Amarna Pharaohs , Liverpool 1962, p. 39, date EA 17 (comme Kempinski EA 31) de lan XVIII de ce pharaon, 15 ans trop tt. 10 Beckman, G., HDT n6A, 38-44, pp. 38-39.11Studia Orontica b) Le raid syrien (the first foray) : le Nuhae Le roi hittite a cherch une occasion de prendre sa revanche et la trouve dans lappel que lui a lanc un vassal du roi de Mitanni, arrupi, roi (o lun des rois ) de Nuhae, vaste rgion de steppe situe entre Alep et la valle de lOronte qui tait divise entre plusieurs principauts mais dont lun des seigneurs disposait dune sorte de prminence et tait reconnu comme le roi suprme du pays par ses compatriotes et par les puissances11. Le trait conclu bien des annes plus tard avec Tette le habiru , reconnu comme roi de Nuhae par uppiluliuma (CTH 53), prtend que Turatta ayant cherch tuer arrupi et tant entr avec troupes et chars dans son pays, uppiluliuma avait envoy ses forces dgager ce dernier de lemprise hourrite : Quand le roi de Mitanni chercha tuer arrupi et que le roi de Mitanni entra dans le pays de Nuhae avec ses troupes-huradu et ses chars et lopprima, arrupi envoya son messager au roi de Hatti, disant : Je suis le sujet du roi de hatti. Quil me sauve ! Et moi, le Soleil, jenvoyai troupes et chars son aide et ils chassrent le roi de Mitanni avec ses troupes-huradu et ses chars hors du pays de Nuhae 12. Mais laide fournie arrupi na pas suffi rtablir dfinitivement la situation de celui-ci et le roi hittite, dans le mme texte, prtextait de lhostilit du pays dIuwa pour expliquer le retard quil avait pris revenir en Nuhae, selon le topos habituel. Le texte de CTH 53 se poursuit, avant une longue lacune, par le rcit du dbut de la guerre dun an dont il ne reste que quelques lignes mais qui est prserv dans lintroduction historique du trait conclu avec attiwaza, le fils de Turatta, des annes plus tard (CTH 51). Ce texte, intact, nous apprend que lors de son arrive en Nuhae, au cours de la campagne syrienne dun an uppiluliuma avait d constater que arrupi avait disparu ou stait cach . Il avait fait dporter les membres de sa famille13. La premire grande offensive hittite, antrieure la campagne dun an (le first foray ), avait donc pntr trs loin en territoire syrien. Le trait avec attiwaza en prcise ltendue : Quand Moi, le Hros, le roi de Hatti, je tournai mon attention vers Turatta, le roi de Mitanni, je pillai les pays de la rive occidentale du fleuve (Euphrate) et je pris le mont Liban (comme frontire) 14. Daprs le roi hittite Turatta aurait rpondu ses provocations en menaant de piller son tour les mmes rgions, ce qui tait la justification de la seconde offensive des Hittites en Iuwa et en Syrie mene par uppiluliuma quelques annes plus tard (la one year syrian campaign ). Des lettres amarniennes et les textes de Qatna permettent dapprcier lampleur relle dun vnement que K.Kitchen avait dfini comme le first foray de uppiluliuma en11 12RGTC 6, 291-292; Klengel, H., GS II, 18-57, pp.33-57. CTH 53 ; Weidner, E., PDK , 1923, 58-71 ; Beckman, G., HDT n7, 50-54, p.50 ( 1); Altman, A., The Submission of arrupi of Nuhae to uppiluliuma I , UF 33, 2001, pp. 27-47, pp. 27-29. 13 Beckman, G., HDT n6A, CTH 51 8 (A I 38-40); Altman,, A., ibid., 39-40; Wilhelm, G., TUAT 2, 2005, n.22 p.116. 14 Beckman, G., ibid., 1 (KBo I 1 ro 1-4); cf. RGTC 6, 285 (UR.SAG Niplani).12Studia Orontica Syrie15 et dont le bref compte-rendu fait par CTH 51 dissimule volontairement limportance. c) La lettre de Rib-Hadda, EA 75 Lun des plus fidles vassaux du pharaon, le hazannu ( maire ) de Gubla (Byblos), Rib-Hadda, en gnral plus proccup des affaires locales que de la politique des puissances et dont toutes les lettres adresses Amnophis III sont un catalogue de dnonciations des crimes de son principal ennemi, le prince dAmurru, Abdi-Airta, redoutable trublion qui stait empar de plusieurs cits au nord de Byblos, tuant leurs princes et lanant des appels la rvolte tout en se dclarant fidle lautorit gyptienne. Le pharaon laissait souvent faire dans de tels cas avant de ragir quand il le jugeait ncessaire16. Dans la lettre EA 75, aprs avoir dplor sa pnible situation face aux attaques des bandes de Apiru ( dissidents/hors-la-loi ) et aux meurtres de ses frres , Rib-Hadda en venait un vnement de grande porte qui bouleversait lquilibre des forces en Syrie : Que le roi soit inform que le roi de Hatti a pris tous les pays (KUR.KUR) qui sont les domaines de vie (KU=aibat ; TI.TI=balati) du roi de Mitanni. Vois le roi de Nahma [a perdu] le pays des Grands Rois (LUGAL. LUGAL) [alors que] AbdiAirta, [lesclave] et le chien ne cesse de prendre les pays du roi] (EA 75 : 35-42)17. La date de ce message nest pas douteuse malgr le refus de certains spcialistes de reconnatre que de nombreuses lettres de vassaux arrives el Amarna avaient t adresses Amnophis III ou ses officiers18. Toutes les tablettes qui mentionnent Abdi-Airta vivant sont antrieures lexpdition, envoye tardivement par ce pharaon en Amurru, qui la captur et ramen en Egypte o il est mort. Or le sire de Byblos, dont on possde plus de soixante lettres, fait explicitement rfrence au pre du roi dans des messages adresss Akhenaton et se rapportant cette affaire. Plusieurs tablettes parlent de la capture du roi dAmurru. La missive EA 117, de peu postrieure lavnement dAkhenaton (comme seul roi si on admet la corgence) est sans quivoque. Elle prcise comment stait termine la carrire de Abdi-Airta : Autrefois javais envoy un homme ton pre. Quand Amanappa est venu avec une petite troupe jai crit (de nouveau) au palais que le roi envoie une grande arme. Na-telle pas captur Abdi-Airta et tous ses biens comme je lavais dit ? (EA 117 : 21-28).15Kitchen, K., Suppiluliuma and the Amarna Pharaohs , Liverpool 1962, p. 26 et n.1; Kitchen date les lettres EA 75, p. 85-86 et 95, la mort de Abdi-Airta et lavnement dAziru de lan XI dAkhenaton, la corgence dbutant en lan XXX de son pre ; de mme, sans corgence, Parker, V., AoF 29, table pp.5961 (an XI=1344 av. J.-C.). 16 Freu, J., Les guerres syriennes de Suppiluliuma et la fin de lre amarnienne , Heth 11, 1992, pp. 39101. 17 Moran, W., The Amarna Letters , pp. 145-146 (EA 75); Liverani, M., Lettere I, pp. 173-174 (LA 136) ; Singer, I., in Izreel, Sh., Singer, I., The Generals Letter from Ugarit , Tel Aviv, 1990, pp. 124-126 ; Naaman, N., Ammishtammrus Letter to Akhenaten (EA 45) and Hittite Chronology , AulOr 14, 1996, pp. 253-254 (EA 75). 18 Wilhelm, G., Boese, J., Absolute Chronologie und die hethitische Geschichte des 15. und 14. Jahrhunderts v. Chr. , in P.strm (d.), High, Middle or Low?, Gteborg 1987, pp. 74-117, p.87 et passim.13Studia Orontica Les tablettes EA 68-95 et EA 101(dont EA 75), antrieures la capture de lAmorrite ont t indiscutablement adresses Amnophis III au cours des dernires annes de son rgne. EA 75, qui appartient au premier lot des messages de Byblos, doit dater des annes 1347/1346 av. J.C. en cas de corgence en Egypte. Si Akhenaton a succd son pre lors du dcs de celui-ci de c.1356/1355 av. J.C. Limportance du raid hittite a t souvent minimise. T. Bryce, qui na pu tenir compte des trouvailles rcentes faites Qatna, refuse de reconnatre son existence dans la nouvelle dition de son important ouvrage, rduisant par l-mme peu de chose la valeur des donnes fournies par EA 7519. d) Les textes de Qatna La reprise des fouilles au tell Mirife, lantique Qatna, a mis jour dans une annexe du palais 67 tablettes ou fragments dont 5 lettres, 4 textes juridiques et des documents administratifs (dont 8 inventaires) qui jettent une vive et inattendue lumire sur le raid de uppiluliuma en Syrie quvoquaient sans autre prcision les lettres EA 75 (de Byblos) et EA 45 (dUgarit) ainsi que CTH 51 (le trait uppiluliuma-attiwaza)20. La synthse historique prsente par lditeur de ces textes, Th.Richter, est malheureusement fausse par le rapprochement qua fait en premier lieu cet auteur entre les vnements connus par les lettres de Qatna et ceux de la great syrian (one year) war que dtaille le trait attiwaza (CTH 51 I 10-47), auquel les tablettes de Ras Shamra concernant le ralliement dUgarit au roi hittite sont adjointes, ce qui ne fait quaggraver la confusion. Parmi les nouveaux documents publis une lettre du gnral hittite, Hannutti, au roi de Qatna, Ida(n)da, a une formule : i-du-ku-nu- KUR Mi-id-daan-ni haliq ( Vous savez que le pays de Mitanni est dtruit )21 qui est simplement une rplique laffirmation de Rib-Hadda en EA 75 selon laquelle les Hittites avaient conquis tous les pays (syriens) du roi de Mitanni. Les textes de Qatna, la diffrence de CTH 51 (KBo I 1), ne parlent en effet que des oprations menes en Syrie et ignorent le pays hourrite proprement dit lest de lEuphrate. Lintroduction de CTH 51 signale le pillage de Qatna (ibid., I 37) par les forces hittite au cours de la guerre dun an mais ne mentionne pas son prince, Akizzi, qui avait chapp. Celui-ci, nesprant plus rien de Turatta, sest tourn vers le pharaon Namkhuriya, cest--dire Akhenaton, aprs la tourmente (EA 52-55+56). La preuve est ainsi faite quAkizzi a succd, sans doute immdiatement, au roi Idanda/Idada, lalli du19 20Bryce, T., The Kingdom , 2005, 161 et n. 35 p. 434. Novk, M., Pflzner, P., Ausgrabungen inTall Mirife-Qatna , MDOG 132, 2000, pp. 253-295 ; MDOG 133, 2001, pp. 157-198 ; MDOG 134, 2002, pp. 207-246 ; MDOG 135, 2003, pp. 131-165 ; Richter, Th., Der Einjhrige Feldzug uppiluliumas I. von hatti in Syrien nach textfunden des Jahres 2002 in Mirife/Qatna , UF 34, 2002, pp. 603-618 ; Das Archiv des Idanda , MDOG 135, 2003, pp. 167-188 ; Al-Maqdissi, M., et al., Excavating Qatna I, Damas 2002 ; Novk, M., The Chronology of the Royal Palace of Qatna, gLev 14, 2004, pp. 299-317 ; Richter, Th., Ein Tafelfund der Grabungskampagne 2003 in Tall Mirife/Qatna , MDOG 136, 2004, pp. 217-221 ; Kleine Beitrge zum hurritischen Wrterbuch , AoF 32, 2005, pp. 23-44. 21 Richter, Th., UF 34, 2002, p. 612.14Studia Orontica roi hittite connu par les nouveaux documents, qui a subi les effets de la contre-offensive du roi de Mitanni et a disparu avant le dclanchement de la guerre dun an . Conscient de cette difficult Th. Richter propose de dater le rgne dAkizzi Qatna de la seconde guerre syrienne du roi hittite, la guerre hourrite de six ans qui a termin son rgne22. Cette option est impossible, tout dabord parce que le pillage de Qatna est formellement mentionn par le rcit prcis et dtaill de la guerre dun an fourni par CTH 51 (KBo I 1 I 37) alors que les textes, y compris CTH 51, qui parlent de la guerre de six ans ignorent totalement Qatna et son roi. Par ailleurs la guerre hourrite de six ans a certainement dbut lanne de la mort de Tutankhamon (c.1325 av. J.C.) alors que le bureau dAkhetaton (el Amarna) o taient enregistres et dposes les tablettes des correspondants trangers tait ferm depuis lan II, au plus tard, du jeune pharaon23. Th.Richter, sans doute gn par les difficults insurmontables que rencontrait sa reconstruction des vnements rvls par les nouveaux textes, a prsent en 2005 une nouvelle hypothse, plus invraisemblable que la prcdente. Il veut maintenant faire des tablettes de Qatna des tmoins de la seconde guerre hourrite de uppiluliuma. On sait que ce conflit, la guerre de six ans , bien dat de la fin du rgne (c.1325-1320 av. J.C) a t men en Haute Msopotamie par son fils, le roi de Karkemi, arri-Kuu, et son gendre, attiwaza, le fils de Turatta. Le Mitanni a t reconquis malgr lopposition des forces assyriennes et attiwaza est mont sur le trne de son pre. Paralllement lhritier de uppiluliuma, le tuhkanti Arnuwanda, a men une opration de reprsailles contre les Egyptiens qui avaient tu le prince hittite envoy sur les bords du Nil pour pouser la veuve de Tutankhamon. Rien dans ces vnements na un rapport quelconque avec les faits connus par les textes de Qatna. La ville tait dtruite et avait perdu toute importance aprs la guerre dun an . Il est paradoxal de vouloir faire dIdanda le successeur dAkizzi une poque o Turatta, disparu, et les Mitanniens avaient dfinitivement abandonn toutes leurs positions en Syrie24. Les textes de Qatna sont bien plutt les prcieux tmoins du raid lanc en Syrie par uppiluliuma, que ce denier voque sans trop insister en CTH 51, I 1-9, avant den venir la one year syrian war , et qui sest sold par un grave chec, ce qui explique la discrtion du roi hittite. Le roi de Qatna, Idanda/Idada, vassal du roi de Mitanni est pass dans le camp hittite en profitant de lintervention de uppiluliuma au profit de arrupi de Nuhae. Le message adress Idanda par le gnral hittite, Hannutti, connu comme le marchal par les textes de Boazky ( GAL L.ME KU7 , en KUB XIX 22 : 8 et en KBo V 6 I 12)25, invite son correspondant rassembler tous les hommes de Qatna26 pour entendre les paroles du Grand Roi. Celui-ci dclarait : Ce que arrutae (!) a fait est ceci :Richter, Th., UF 34, 2002, pp. 615-616. Freu, J., uppiluliuma et la Veuve du Pharaon , Paris, 2004, pp. 39-92. 24 Th. Richter, Qatna in the Late Bronze Age : Preliminary Remarks , SCCNH 15, 2005, 109-126 ; contra J.Freu, Les Dbuts du Nouvel Empire Hittite , Paris, 2007, pp. 228-229. 25 Beal, R., The Hittite Military , 1992, pp. 368-375. 26 La lecture L.MEURU-ia-n-na a URU Qt-na (l.4) dsigne les habitants de Qatna et non une ville de *Ianina ; cf. Dietrich, M. in Richter, Th., MDOG 136, 2004, p. 12023 2215Studia Orontica arrutae tait li au roi du pays de Hurri. Ensuite il est venu vers moi et a dit : Sauvemoi ! Jai envoy (quelquun) et il a t sauv. Maintenant je suis arriv...... arrutae a touch la frange de mon vtement (en signe de soumission). Qui a pill les champs de Barga et Tunanat avant de piller les champs de Yaruqad et dUkulzat ? (lettre MSH02G-i0193). Il est certain que le dit arrutae (!) dont la lecture du nom fait problme se confond, ce quadmet Th.Richter, avec le roi (ou lun des rois) de Nuhae, arrupi. La mme expression : Sauve-moi ! , qui se retrouve mot mot dans le trait CTH 53 (Tette, 1) et la lettre de Qatna, ne laisse aucun doute ce sujet et prouve que le fait mentionn dans les deux textes, le ralliement de arrupi uppiluliuma, est antrieur au retour du roi hittite en Nuhae lors de la guerre dun an o il constatera que arrupi avait disparu . Lalliance entre le roi hittite et les princes syriens a t entrine par des accords formels. Dans la lettre MSH02G-i0274 (1-11) Hannutti et un dnomm Takuwa, sans doute le roi de Niya connu par CTH 51 et les textes dUgarit, sadressent Idanda, leur frre : Que pour toi tout aille bien ! Le messager Ansab-pn-arri est venu, (disant) ce qui suit : Fortifiez Qatna ! . Takuwa, aprs avoir parl de lalliance dIdanda avec les Sutu ( bdouins ) ajoutait : Jenvoie dautres troupes-huradu en aide Qatna (lettre MSH02G-i0276 : 15-17). Le roi hittite tait apparemment sur le retour quand ces lettres sont arrives au palais dIdanda. Il avait, de conserve avec Hannutti, ravag la cit dArmatte, proche du Muki (Alalakh) qui tait lennemie de Takuwa. Le pillage des champs de Barga, Tunanat, Yaruqad et Ukulzat signal par Hannutti dans sa lettre i0193, certainement par les troupes de Turatta, montre que le roi de Mitanni avait entrepris une contre-offensive qui va rapidement rduire rien les succs hittites. Le fait est attest par des lettres amarniennes postrieures EA 75 (cf. EA 58, 60, 62, 85, 86, 95, 100) et par des passages de traits hittites (cf. CTH 51, 53 et 63) qui montrent que le souverain hourrite tait de nouveau le matre de la situation en Syrie du nord aprs le raid de uppiluliuma. Cest peut-tre Turatta qui a laiss les hommes de ehlal, sans doute une localit du Nuhae, attaquer la base gyptienne de Sumur en Amurru (EA 62 : 10-36) et persuad tous les rois (vassaux) du roi des guerriers hourrites semparer du pays (EA 60 : 13-19), comme feint de le dplorer Abdi-Airta qui a profit de la situation pour occuper Sumur27. Turatta a mme saisi loccasion pour intervenir en Amurru, pays vassal en principe du pharaon, ngocier avec Abdi-Airta et savancer en direction de Gubla au grand dam de Rib-Hadda (EA 85 : 51-63)28. La datation de ce dernier message, qui est assure, permet de constater que le souverain hourrite avait retrouv toute sa puissance aprs la fin de loffensive hittite dnonce par le sire de Byblos en EA 75. Une lettre dont ne reste que quelques lignes, EA 58, avertissait le pharaon que le roi de Mitanni tait sorti avec [ses chars] et son arme , sans doute cette occasion29. Un arbitrage de Murili II renvoie srement aux consquences de ces vnements : Autrefois la cit de Yaruwatta appartenait au pays de Barga. Puis elle fut enleve de force au grand-pre dAbiradda (le prince deMoran, W., The Amarna Letters , 1992, pp. 131-133 (EA 60, de Abdi-Airta au pharaon); pp. 133134 (EA 62, au haut-commissaire ). 28 Moran, W., ibid., pp. 156-158 (EA 85). 29 Moran, W., ibid., pp. 129-130 (EA 58).2716Studia Orontica Barga) par le pouvoir du roi de Hurri qui la donna au grand-pre de Tette, le habiru (CTH 63/KBo III 3 2)30. Le changement de statut dune localit situe louest du Nuhae a t lune des dcisions prises par Turatta pour rorganiser lempire syrien du Mitanni aprs le raid hittite et punir ceux qui lavaient trahi. Les textes de Qatna qui signalent le pillage par lennemi des champs aux alentours de Barga, Tunanat, Yaruqad et Ukulzat sont la preuve de la rapidit de raction des forces hourrites. Quand uppiluliuma est arriv en Nuhae la fin de la campagne dun an la situation avait beaucoup volu : Quand jallai au pays de Nuhae, je conquis tout son territoire. arrupi seul avait disparu mais je capturai sa mre, ses frres et ses fils et je les dportai au atti. Jinstallai Takibarri, un sujet de arrupi, comme roi de la cit dUkulzat (KBo I 1 I 38-40). Il est vident que quelques annes ont spar le first foray du roi hittite de son offensive victorieuse dcrite par le trait attiwaza (CTH 51). Il est impossible de suivre Th.Richter quand il suppose que uppiluliuma, aprs avoir limin un certain Adad-nirari en Nuhae au cours de la campagne syrienne dun an, aurait install Takuwa Niya, Idanda Qatna, arrupi en Nuhae et Takibarri Ukulzat, ce que contredit le texte trs clair de CTH 5131. Le souverain hittite a d se replier aprs sa premire chevauche au sud de lAmanus et a abandonn leur triste sort ses phmres allis syriens, arrupi, Idanda et autres. Le roi de Nuhae sest peut-tre soumis nouveau au roi hourrite, comme Takuwa de Niya, avant de disparatre, ou bien a t limin par sa propre famille. Un Adadnirari, qui na rien voir avec celui connu par les inventaires du temple de BeletEkallim (NIN-EGAL) Qatna, a pris le pouvoir en Nuhae ce moment ou peu aprs. Aprs la fin de la guerre dun an il enverra la lettre EA 51, sans doute au pharaon Ankhkheprur (Smenkhkar), alors quil rsistait au roi hittite32. A Qatna la contre-offensive hourrite a srement abouti llimination du roi Idanda et peut-tre la ruine du palais, ce que Th.Richter dduit du fait que larchive contenant les lettres qui lui taient destines a t retrouve dans la couche de destruction de ldifice. La ville aurait t saccage quelques annes plus tard par les troupes hittites comme le rapporte CTH 51 et les lettres du roi Akizzi (EA 52-56) adresses au pharaon Akhenaton33.30Klengel, H., Die Schiedesspruch des Murili II. hinsichtlich Barga... , OR 32, 1963, pp. 32-35 ; Beckman, G., HDT n30, pp. 155-158 ; Altman, A., Some remarks on the so-called Arbitrage concerning Barga, UF 32, 2000, pp. 1-10 ; Freu, J., Histoire du Mitanni, 2003, pp. 104-106 (La contre-offensive de Turatta). 31 Richter, Th., UF 34, 2002, tableau p. 613. 32 Richter, Th., UF 34, p. 613 (tableau), veut identifier les deux personnages et prtend que Adad-nirari a t dfait par uppiluliuma Arahti avec Aki-Teup de Niya, ce que dment, CTH 51 I 1, pp. 30-37 (4) qui lignore. 33 Richter, Th., MDOG 135, p. 170 et n. 7-8.17Studia Orontica e) La lettre EA 45 Une missive amarnienne adresse au pharaon Amnophis III par le roi dUgarit, Ammitamru, EA 45, fournit une bonne illustration de la situation qui a suivi lchec du raid hittite. Aprs avoir promis de renvoyer en Egypte fugitifs et transfuges (gyptiens et syriens) prsents Ugarit (EA 45 : 8-21), il dnonait la menace que le roi hittite faisait peser sur lui : Cependant le [roi de Hatti ma crit ceci :] Pourquoi as-tu saisi ces hommes ? Et il ma envoy [ses messagers] une seconde fois et il a parl ainsi : Si tu envoies ces hommes [en Mitanni ?] ou en Egypte, [alors je me tournerai contre toi] . Pourtant je suis un [serviteur] du Soleil (le pharaon), [mon seigneur]. Aussi ai-je peur que le [roi de Hatti] se tourne contre moi (EA 45 : 22-31) 34. Les restaurations des lignes 22 et 31 proposes par A.Knudtzon, reprises par N.Naaman et dautres sont certaines malgr les rserves formules par W.Moran et M.Liverani35. Le message doit tre dat, contrairement la proposition de N.Naaman, du rgne dAmnophis III du fait du rapprochement, que cet auteur reconnat, entre EA 45 et EA 75. Il a t envoy aprs le raid hittite et avant la capture de Abdi-Airta par le corps expditionnaire gyptien. uppiluliuma tait furieux de lattitude du prince dUgarit qui sapprtait remettre aux Egyptiens et sans doute Turatta les rfugis qui fuyaient la rpression mene par le roi de Mitanni contre ceux qui avaient ralli le roi hittite lors de son avance en Syrie. Le rtablissement de lordre ancien a t assur par la collaboration entre le Mitanni, lEgypte et les princes syriens rests fidles. Cest peu aprs ces vnements, mais alors que le vieil Amnophis III vivait encore, que les archers et la flotte gyptienne ont roccup lAmurru et Sumur et captur Abdi-Airta (cf.EA 101, EA 117 et lettres suivantes)36. Un interrgne de quelques mois ou de quelques annes a spar en Amurru lpoque de Abdi-Airta, qui na jamais eu de contacts avec les Hittites, malgr ce qui est parfois avanc, du rgne de son fils, Aziru, qui finira par abandonner le camp gyptien pour rallier celui de uppiluliuma vers 1330 av.J.C. Le roi dUgarit, Niqmaddu III fera de mme vers la mme poque. Lattaque qui sera alors mene contre lui par Ituraddu de Muki, Aki-Teub de Niya et Addunirari de Nuhae na rien voir avec la guerre dun an narre par CTH 51.Les textes de Qatna et lhistoire de lre amarnienneLes inventaires du temple de Belet-Ekallim (dNIN..GAL) ont permis de reconstituer une liste probable des rois de Qatna qui ont prcd Akizzi, lauteur desMoran, W., The Amarna Letters , pp. 117-118 ; Naaman, N., Ammishtamrus Letter to Akhenaton (EA 45) and Hittite Chronology , AulOr 14, 1996, pp. 251-257; Freu, J., Histoire Politique du Royaume dUgarit , Paris, 2006, pp. 36-43. 35 Knudtzon, K., , Weber, E., Ebeling, E., Die El-Amarna Tafeln , Leipzig 1915, I, pp. 308-311 ; II, 1098 Freu, J., Semitica 50, 2000, pp. 13-15; Naaman, N., op.cit., n. 6 ; contra Liverani, M., Storia di Ugarit , Roma 1962, pp. 23-24 ; Moran, W., op.cit. n.5 p.118 ; cf. Klengel, H., GS II, p. 340 et n. 6 p. 480. 36 Moran, W., The Amarna Letters , pp. 174-175 (EA 101) ; Liverani, M., Le Lettere di El-Amarna I . Le Lettere dei Piccoli Re, Brescia 1998, pp. 197-198 (LA 159); How to kill Abdi-Airta: EA 101 again , IOS 18, 1998, pp. 387-394.3418Studia Orontica lettres dAmarna EA 52-55 (+56) et dernier prince connu de la cit. Celui-ci a assist au ravage de son pays par les troupes hittites vers 1341/1340 av.J.C. et a survcu la catastrophe si on en croit les messages quil a adresss au pharaon Namhuriya (Neferkheprwr), cest--dire Akhenaton, aprs la tourmente.dLes inventaires mentionnent les dons faits par les princes de la ville NIN..GAL et, dans un cas, ceux ddis la desse par le roi de Qade , Durua37, sans doute le contemporain du premier personnage cit, Naplimma. Il est probable que les quatre rois de Qatna qui ont prcd Akizzi figurent dans ces documents : Naplimma, Sinadu, Addunirari et Ida(n)da, si on exclut le dnomm Ulauda dont il nest pas sr quil ait rgn avant Idanda, son probable fils. Les mentions de lan 45 dAddunirari et de lan 1 dIdanda prcisent les dates de certaines des donations faites au temple de la desse poliade. Le premier prince de Qatna lge du Bronze Rcent connu par ces tablettes, Naplimma, a donc d rgner plus dun sicle avant Akizzi, vers 1450 av.J.C., si lon tient compte des 45 ans au minimum au cours desquels Addunirari a occup le trne de la ville. Il est probable que les raids gyptiens et hittites en Syrie cette poque lui ont impos une attitude de rserve. Il se peut que Durua, prince de Qade, son probable contemporain ait t lun des fidles du roi hourrite et ladversaire tenace du pharaon Thutmosis III38. Mais il est certain que Qatna et Qade sont redevenues des royaumes vassaux du roi de Mitanni ds la fin des grandes offensives gyptiennes et hittites. La paix conclue avec le roi de Mitanni, autatar II, par Amnophis II au retour de son expdition en Syrie o il avait affront les troupes de Qatna (1419 av.J.C.) a laiss aux rois hourrites la suzerainet des deux cits. A Qade des princes aux noms vdiques ont gard ou pris le pouvoir alors qu Qatna la dynastie amorrite a conserv son onomastique ouest-smitique tout en subissant de fortes influences hourrites. Lan 1 du roi Idanda tant le seul mentionn par les inventaires il est probable que son rgne a t court et que lintervention de uppiluliuma en faveur de arrupi en Nuhae sest produite alors quil rgnait depuis peu de temps. Plusieurs points de la reconstruction de la suite des vnements prsente par Th.Richter semblent incompatibles avec les donnes des textes :1) Il est vident que le roi de Nuhae, Addunirari, connu par la lettre EA 51 et par le texte dUgarit39 nest pas le roi de Qatna homonyme connu par les inventaires . Il prtendait que son anctre avait t oint par Thutmosis III lors du sjour de ce dernier en Nuhae et se vantait davoir refus les offres de uppiluliuma, ce qui lautorisait rclamer lenvoi son secours dune force gyptienne conduite par un commissaire (milku). Si, comme il est probable, lappel reu tardivement el Amarna, entre 1337 et 1335 avant notre re, avait pour destinataire le pharaonVirolleaud, Ch., Syria 11, 1990, p. 311ss. ; Bottro, J., RA 43, 1949, pp. 32-33; Klengel, GS II, 1965, pp. 107, 132-133. 38 Epstein, Cl., JNES 22, 1963, pp. 242-246. 39 Moran, W., The Amarna Letters , p.122 ; Nougayrol, J., PRU IV, 1956, pp. 48-52 ; Lackenbacher, S., TAU, 2002, pp. 71-73 ; Freu, J., Histoire Politique du Royaume dUgarit , Paris 2006, pp. 58-60.3719Studia Orontica Ankhkheprur (Smenkhkar) ou, peut-tre, Tutankhamon, il a t lun des derniers messages arrivs dans la rsidence du pharaon hrtique . Son contenu apporte la preuve quil est postrieur la campagne dun an du roi hittite et antrieur au ralliement dUgarit et de lAmurru au Grand Roi hittite quil faut dater de c.1330 environ. Addunirari na reu aucun secours du pharaon, sest soumis uppiluliuma pour se rvolter quelques annes plus tard, en compagnie dIturaddu de Muki et dAki- Teub de Niya, sans doute le personnage de ce nom connu par CTH 51 et le texte dUgarit . Il est impossible daccepter lide que Aki-Teup und Adad-nirari unterliegen uppiluliuma I. in Arah(a)ti , comme le propose Th.Richter40 alors que ce roi de Nuhae est ignor par le texte trs clair du trait attiwaza (CTH 51). 2) Au cours de sa campagne syrienne dun an dont le seul rcit dtaill est fourni par le trait attiwaza (CTH 51)41, uppiluliuma na pas install arrupi en Nuhae mais constat au contraire que ce dernier avait disparu . Il a dport sa famille et install un vassal de arrupi, Takiparri, Ukulzat. Il na pas cette occasion intronis Idanda, dont il ne parle pas, Qatna, mais a pill la ville dont le roi, Akizzi, certainement install dans la place avec lappui des Mitanniens aprs la chute dIdanda et qui a chapp aux Hittites, sest empress de se proclamer le fidle serviteur du pharaon Akhenaton. Il a demand aide et protection Namhuriya , donnant ainsi au roi dEgypte son nom solaire, ce qui est la preuve quil ne faisait pas partie auparavant du groupe des fidles vassaux de ce dernier qui ne sadressent jamais leur suzerain en lappelant par son nom ou son prnom solaire 42. Sa correspondance prouve quil est rest quelques annes dans la zone dinfluence gyptienne. Il reconnat lautorit du grand prince de Damas, Biryawaza, lun des principaux vassaux du pharaon43. Il rappelle le dsastre qui sest abattu sur sa cit : Mon seigneur le sait... Ses anctres (leurs statues) [taient ici]. Mais maintenant le roi de Hatti les a livrs aux flammes. Le roi de Hatti a pris les dieux et les guerriers de Qatna... Mon seigneur, tes anctres avaient fait (une statue de) imigi (le dieu Soleil), le dieu de mon pre et, cause de lui, il tait devenu fameux. Mon seigneur sait comment sont faites les statues divines. Maintenant puisse imigi, le dieu de mon pre, tre rconcili avec moi ! Quil plaise mon seigneur de me donner autant dor quil est ncessaire pour (la statue de) imigi, le dieu de mon pre, quon le faonne pour moi. Alors mon seigneur, cause de imigi, deviendra plus fameux quauparavant ! (EA 55 : 53-66)44. Akizzi est menac par les actions hostiles dAziru, roi dAmurru, qui a captur et emmen au loin des hommes de Qatna, serviteurs dAkizzi. Aussi encourage-t-il40 41Richter, Th., UF 34, 2002, tableau, p. 613. Beckman, G., HDT n 6A, pp. 38-44, 1-5, pp. 38-40. 42 Mynov, J., Akizzi of QatnaA case of a Diplomatic faux pas ? , UF 37, 2005, pp.445-459. 43 EA 52 : 46 ; EA 53: 34 ; Moran, W., ibid., p. 123. 44 Moran, W., ibid., pp. 127-12820Studia Orontica Akhenaton faire sortir le corps expditionnaire gyptien en Nuhae pour quil sempare dAziru (EA 55 : 16-24, 44-52)45. Mais lennemi le plus redoutable dAkizzi est le roi de Qade (Kinza), Etakama, que uppiluliuma avait fait prisonnier avec son pre au cours de la guerre dun an mais quil avait trs rapidement rtabli sur son trne et qui tait devenu lagent recruteur du roi hittite en Syrie et, malgr les protestations indignes du pharaon, lalli dAziru contre Biryawaza (cf.EA 162) : Mon seigneur jai survcu et nai pas dsert. Jappartiens mon seigneur. De mon seigneur seul je suis le serviteur dans sa cit et dans le pays de Teup (le dieu de lOrage) Maintenant le roi de Hatti a envoy Etakama contre moi et il en veut ma vie. Et maintenant Etakama ma crit. Il dit : Viens avec moi chez le roi de Hatti ! . Moi je dis : Comment pourrais-je aller chez le roi de Hatti ? Je suis le serviteur du roi, mon seigneur, le roi dEgypte (EA 53 : 4-16)46. 3) Toutes les prcisions fournies par la correspondance dAkizzi apportent la preuve que ses missives ont suivi de trs prs la one year syrian campaign , alors que la situation dans la rgion ntait pas stabilise. Une notation importante est fournie par la lettre EA 53 : Mon seigneur, de mme que jaime le roi, ainsi le roi de Nuhae (srement Addunirari), le roi de Nii (Niya), le roi de Zinzar (Shaizar de lOronte), et le roi de Tunanab, tous ces rois sont les serviteurs de mon seigneur . Une vive rsistance de divers princes et cits de Syrie a donc suivi la campagne syrienne dun an de uppiluliuma. La lettre EA 57, proche de la correspondance de Qatna et qui mentionne Akizzi permet dy joindre le roi de Barga et la ville de Tunip47, ce que confirme lappel au pharaon des citoyens de Tunip, EA 5948 ainsi que les lettres dAziru lui-mme aprs quil se soit empar de cette cit (EA 164- 167)49. Il est impossible dans ces conditions de supposer que le roi de Qatna lors de la guerre dun an ait t Idanda, comme la dabord propos Th.Richter. Le rapprochement invitable entre la notation de CTH 51 I 37 concernant le pillage de Qatna par les Hittites suivi par la dportation de nombreux habitants de la ville et la mention des mmes faits dans la correspondance dAkizzi ne permet aucune chappatoire. Idanda tait lalli de uppiluliuma alors quAkizzi a t sa victime. Idanda ne peut donc tre quun prdcesseur dAkizzi, trs certainement son prdcesseur immdiat. Lors du first foray du roi hittite arrupi tait le roi (ou lun des petits rois) du Nuhae alors quIdanda tait le puissant seigneur de Qatna. Les inventaires du temple de Belet-Ekallim mentionnent ce dernier alors quils ignorent Akizzi. Il est donc trs probable que cest la contre-offensive du roi de Mitanni, Turatta, qui a mis fin au rgne dIdanda alors quAmnophis III terminait son long rgne en Egypte. Akizzi45 46Moran, W., ibid., p. 127 Moran, W., ibid., p. 125. 47 Moran, W., ibid., p. 129. 48 Moran, W., ibid., pp. 130-131. 49 Moran, W., ibid., pp. 251-255.21Studia Orontica install ou reconnu par le souverain hourrite a subi quelques annes plus tard lattaque des troupes hittites. Il a survcu quelque temps la ruine de sa ville et a cherch la protection du pharaon. Le peu dintrt port par Akhenaton aux affaires dAsie et le fait que tous ses efforts visaient raliser sa rforme religieuse et btir la capitale de son dieu, Akhetaton, lhorizon du disque , ont laiss peu despoir aux princes syriens qui rsistaient aux Hittites dtre secourus par lEgypte. Il est probable que Qatna, dchue, est passe dans la zone dinfluence hittite aprs le rgne dAkizzi. Sa position au nord-est de Qade tait intenable alors que cette dernire ville et le pays de Kinza taient aux mains dun vassal du roi hittite, le redoutable Etakama. Le dernier chapitre de lhistoire de Qatna lge du Bronze Rcent a t crit par Akizzi dans la correspondance quil a adresse Akhenaton. Cette correspondance ne peut pas avoir t contemporaine de la guerre hourrite de six ans qui a termin le rgne de uppiluliuma alors quAkhenaton avait disparu depuis plusieurs annes, quelle que soit la date retenue pour lappel que la veuve dun pharaon (Ankhesenamon, veuve de Tutankhamon trs certainement) a adress au roi hittite, celle du meurtre du prince hittite destin lpouser et celle du dclenchement de la guerre hourrite de six ans.22Studia Orontica AbrviationsgLev : gypten und Levante. Internationale Zeitschrift fr gyptischen Archologie, Wien. AoF : Altorientalische Forschungen, Berlin. AOAT : Alter Orient und Alter Testament, Neukirchen-Vluyn. CTH : E.Laroche, Catalogue des Textes Hittites, Paris, 1971, Supplment, RHA 30, 1972, pp.94-133. EA : tablettes del Amarna, numrotation de J.A.Knudtzon, E.Ebeling, O.Weber in Die El-Amarna-Tafeln, Leipzig, 1915 et W.Moran, The Amarna Tablets, Baltimore, 1992. GS : H.Klengel, Geschichte Syriens im 2.Jahrtausend v.u.Z., I/II/III, Berlin, 1965/1969/1970. HDT : G.Beckman, Hittite Diplomatic Texts, SBL, Atlanta, 1996, 21999. Hittite Military : R.Beal, The Organisation of the Hittite Military, TdH 20, Heidelberg IOS : Israel Oriental Studies, Jerusalem. JNES : Journal of Near Eastern Studies, Chicago. LA : numrotation des tablettes del Amarna de M.Liverani in Le lettere di el-Amarna, 1/2, Brescia, 1998/1999. MDOG : Mitteilungen der deutschen Orient-Gesellschaft, Berlin. OR : Orientalia (nova series), Roma. PDK : E.Weidner, Politische Dokumente aus Kleinasien, Leipzig, 1923. RA : Revue dAssyriologie et dArchologie Orientale, Paris. RGTC : Rpertoire Gographique des Textes Cuniformes, Wiesbaden. RHA : Revue Hittite et Asianique, Paris. SBL : Society of Biblical Literature, Atlanta. SCCNH : Studies in the Civilization and Culture of Nuzi and the Hurrians, Winona Lake/Indiana. TAU : S.Lackenbacher, Textes Akkadiens dUgarit, Paris, 2002. TUAT : Texte aus der Umwelt des Alten Testament, Neue Folge, 2., 2005, 3., 2006. UF : Ugarit Forschungen, Neukirchen-Vluyn. ZA : Zeitschrift fr Assyriologie und vorderasien Archologie, Berlin.23Studia Orontica Mansute (Emesa?) porte dAram-DamasMartin Makinson Universit de Paris I, ParisLe premier millnaire avant notre re a dbut avec la cration dtats territoriaux en Syrie intrieure, en Anatolie du sud-est, en Transjordanie et sur la cte Levantine. Avant cette nouvelle volution politique, trois Empires staient partags le ProcheOrient pendant plus de trois sicles : concurrents dans le Grand Jeu, lgypte, les Hittites puis lAssyrie staient affronts lors dune guerre froide, taient entrs en conflit ouvert (comme Qadesh en 1286 av. J.-C.) ou avaient manipul vassaux et allis les uns contre les autres. Toutefois le deuxime millnaire avant J.-C., tout comme le troisime, avait t lre de la cit-tat centre sur le pouvoir et lconomie palatiale. La chute brutale du systme caractrisant le Bronze rcent et le dclin soudain de lEmpire hittite ont marqu le dbut dune nouvelle re. Les citadins de lex-Empire hittite en Syrie centrale et du nord crivant en hiroglyphes louvites staient progressivement mlangs une population plus rurale dAramens migrant de terres plus lest. Lexpansion progressive de royaumes territoriaux de taille plus ou moins gale, gouverns par des dynasties descendant dun hros fondateur (do le nom Bt + NP, comme dans les noms de Bt Agui Arpad, Bt Gabbar Samal ou Bt Hazali/Damas), sest traduite par une concurrence permanente pour la suprmatie rgionale. Lchange darticles de prestige ntait plus un monopole du palais ; elle a motiv lapparition dune classe de marchants senrichissant grce au commerce caravanier avec lArabie du sud et par le biais de relations avec les cits-tats phniciennes de la cte. 24Studia Orontica Deux royaumes aramens en Syrie du nord et du sud ont vu leur territoire et leur influence saccrotre la mme poque, cest--dire autour de 900 av. J.-C. Ces deux entits, tout dabord limites quelques villes, ont progressivement absorb dautres principauts concurrentes. En fait, aux alentours de 850-800 av. J.-C., ces deux tats sont devenus des puissances rgionales dfiant la suprmatie assyrienne entre la chane du Taurus et le plateau de Transjordanie. Cest pourquoi, dans des traits comme ceux des stles de Sfireh, ces royaumes en expansion (Bt Agui/Arpad et Aram-Damas sont nomms Aram-den-haut et Aram-den-bas ). Les confins de ces deux tats taient sans cesse en expansion, un phnomne se traduisant part la lutte pour la primaut rgionale avec dautres formations politiques syriennes (en particulier le Hamath-Lua). Le roi assyrien Adad-Narri III (810-786 avant J.-C.) a tent plusieurs reprises mettre en chec lextension territoriale dArpad dans la valle de lOronte, et pour ce faire a offert la ville de Nahlasi val de lOronte au roi Zakkur du Hamath.1 Plus au sud, la frontire septentrionale de Damas aprs le rgne de Hazal semble avoir t situe quelque part lextrmit nord de la Beqa : le site de Leboa, la Leb-Hamath de la Bible, aurait constitu une des limites nord dAram. Mansute, le site dune fameuse bataille en 796 av. J.-C entre assyriens et le mystrieux Mar seigneur de Damas en toute probabilit Bar-Hadad II, fils de Hazal - pourrait avoir t une des forteresses ou villes aux marches dAram, dont la conqute aurait permis un accs direct la plaine fertile de la Beqa ou la Ghouta damascne. Lemplacement exact de Mansute est rest une question dbattue depuis la dcouverte de ce toponyme dans les listes dponymes des rois dAur.2Les dbuts, lapoge et la chute du royaume aramen de Damas (1,050-732 BC)Le Premier Livre des Rois fournit un Sitz in Leben illustrant lascension de lune des plus grandes puissances du Levant sud. Les inscriptions royales assyriennes et les annales, une plaque ornementale en bronze provenant de lHeraon (temple dHra) de Samos, la plaque en ivoire mentionnant lanne o Hazal a travers le fleuve (dArslan Ta/Hadatu) et, plus significatif encore, la stle retrouve en contexte secondaire Tell el-Qadi dans la valle du Jourdain, sont autant de textes illustrant lextension territoriale maximale dAram aprs que cet tat est devenu Bt Hazal. Notre propos nest pas de discuter en dtail de lHistoire du royaume de Damas durant le premier sicle avant notre re : une foule dhistoriens3 ont fourni des informations dtaills sur lavnement dAram en tant que puissance rgionale et ont montr comment ce royaume a forc ou convaincu ses voisins dentrer dans desGrayson A. K. 1996 p. 203 A.0.104.1 l. pp. 4-5. Les ponymes sont de hauts fonctionnaires (limmu en assyrien) donnant leur nom une anne particulire. Les textes juridiques et conomiques assyriens peuvent donc tre dats trs prcisment avant 648 av. J.-C., date de lapparition de limmu post-canoniques. 3 Dion 1997 Les Aramens lge du Fer: histoire politique et structures sociales . Droz, Genve. Pitard W. 1984 Ancient Damascus.2 125Studia Orontica coalitions anti-assyriennes : les guerres syro-phramites dcrites dans le Livre des Rois, les expditions contre Zakkur roi du Hamath-Lua culminant avec le sige avort de Hatarikka (dcrit dans la stle dAfis),4 sont autant de tmoignages de lexpansionnisme dAram. Il suffit de mentionner quau Bronze rcent, Damas, avant son appellation dAram, ntait quune cit-tat nomme Apum ou Upe et confine la Ghouta. Le nom mme dApum voque une cannaie au cur dune rgion marcageuse, ce qui indiquerait que le pays que cette ville contrlait tait situ sur les rives des nombreuses branches du Barada. Aram ntait mme pas ltat le plus riche ou le plus puissant de Syrie du sud avant 1 000 avant J.-C. Sobah, galement connu sous le nom assyrien de Supte, tait une autre entit aramenne contrlant la valle de la Beqa. 1R 1 : 20 dcrit comment Rezon, roi de Damas, a annex ce territoire stratgique et fertile situ louest des Monts de lAntiLiban (le Sanru et lAmannana des textes no-assyriens). La conqute de la Galile septentrionale et la prise de forteresses comme Tell al-Qdi/Dan a d tre entreprise au plus tard dans les dernires annes du IXe sicle, comme le montre la couche de destruction du niveau IX de ce site situ prs des sources du Jourdain. A lavnement dHazal, le plus grand roi dAram, toute la rgion cralire du Bashan (le Hauran et le Bashan lest et louest de la ville de 30 hectares dAtartu/Tell Ashtara), tout comme les collines boises de Gilead) autour d Ajloun, Jerash et Salt en Jordanie devait dj tre aux mains de ce souverain. Les annales de Salmanazar III (858-824 av. J.-C.) tablissent en effet quen 841, afin de dfaire Hazal, les Assyriens ont d monter lassaut du Mont fortifi de Sanru , le pic qui se trouve devant le Mont Liban (lHermon), puis ont pass au fil de lpe 16 000 de ses guerriers et pris 1 121 de ses chariots 5. En outre, le roi assyrien sest avanc ver le Mont Haurnu (et) a ras, dtruit, brl (et) pill des villes sans nombre .6 Le Mont Haurnu est probablement le Jebel al-Arab lest du Haurn, moins que le sumrogramme devant le toponyme se rfre un pays et la plaine elle-mme. Aram apparat donc dj au milieu du IXe sicle comme un royaume fortement urbanis, aux cits nombreuses : Salmanazar III insiste sur le fait que [toutes] les villes ont pris peur (et) se sont enfuies dans les montagnes pour se protger . Il ajoute quil a conquis au moyen de [tunnels], de beliers (et) de tours de siege les villes de Ia... [...,...], Danabu, Mallahu, des villes fortifies7.Stela A 1 La [s]tle que Zakkur, roi du [Ha]math et Lugath (Luaa), a rig pour Ilu-Wr, [son dieu]. 2 Je suis Zakkur, roi du Hamath et Lugath. Je suis un homme d Anah (sur lEuphrate), mais 3 le Baal des Cieux (Baalamn) [a fait appel] moi et sest tenu mes cts, et le Baal des Cieu[x] ma fait roi [ Ha]darik. Puis Bar-Haddad, fils dHazal, roi dAram, a mobilis se[i]ze rois 4 ensemble contre moi : BarHaddad et son arme, Bar-Gu et son arme, le [ro6i] de Quw et son arme, le roi dUmq et son arme, le roi de Gurgu[m 7 et] son [a]rme, le roi de Samal et son a[rme], le roi de Melid [et sona]r[me, le roi 8 du Tabal(?) et son arme, le roi de Kittik(?) et son] a[rm]e, e[t] sept r[ois dA]murru et ses armes. Et tous ces rois ont mis le sige devant Hadari[k],10 et ont bti un rempart plus au que le rempart de, et ont creus un foss plus profond que [son] foss[]. Mais jai lev les bras au baal des Cieux, et les Baal des Cieu[x] ma rpondu 5 Grayson A. K. 1996 p. 48, A.0. 102.8 6 Grayson A. K. 1996 p. 48, A.0. 102.8 A.0. 102. 10 iv 5. 7 Grayson A. K. 1996 p. 203, A.0. 102.16, pp. 155-159426Studia Orontica Quelle quait t ltendue dAram au IXe sicle avant notre re, le fait est que ce royaume a pu mobiliser suffisamment de troupes et de chariots et forcer la plupart des tats du Levant intgrer des coalitions anti-assyriennes. La consquence de cette hgmonie rgionale sest traduite en 853 par la victoire remporte par Hadad-idri de Damas Qarqar, une des plus clbres batailles de lAntiquit. Il sagissait l dun rare moment dunit face au danger assyrien. Qarqar est dcrite comme une ville royale (URUqar-qa-ra URUMAN-ti-u) dUrhilina de Hamath. Cest lendroit o une alliance avait t forge entre douze rois : 1 200 chariots, 1 200 cavaliers (et) 20 000 troupes dHadad-idri le Damascne; 700 chariots, 700 cavaliers (et) 10 000 troupes appartenant Irhulnu le Hamathen, 2 000 chariots (et) 10 000 soldats dAhabbu lIsralite (Siralia) ; 500 soldats de Byblos ; 1 000 soldats de Muri (gypte, Cilicie ou Mauwari/Til Barsip ?) ; 10 chariots et 10 000 soldats du pays dIraqantu ; 200 troupes de Matinu-Baal de la ville dArwad ; 200 soldats du pays dUsantu (et) [N] 000 soldats dAdunu-Baal du pays de iannu ; 1 000 chameaux de Gindibu lArabe ; [N] centaines de soldats de Baasa de Bt Ruhbi lAmmanen (ou lAmmonite) 8. Salmanazar III affirme avoir t vainqueur en cette occasion, mais sans doute sagissait-il dune victoire la Pyrrhus, puisque loffensive assyrienne vers le sud semble avoir t effectivement stoppe pour une dizaine dannes. Lexpansion dAram vers le nord sest prolonge jusqu la fin du rgne dHazal ou de son successeur Bar-Hadad II : ceci est dmontr par le sige dHazrek/Hatarrikaa, capitale du Luaa, la rgion nord du Hamath, le point darrt de leur offensive. Les douze rois coaliss autour de Bar-Haddad de Damas ont t obligs de lever le sige de la cit lorsquAdad-narri III dAssyrie (810-786 avant J.-C.) est intervenu pour prter assistance Zakkur. De la mme faon, lexpansionnisme dAram vers le sud a t mis en chec par larrive du roi des Murites , un pisode mentionn en 2R 7 : 6. Ce dernier nest pas le pharaon gyptien, mais ami-ilu, turtnu (gnral en chef et second personnage de lEmpire) gouvernant la province de Harran et lEuphrate syrien depuis Kar-almanezer/Mauwari9. Les facteurs limitant les ambitions territoriales et hgmoniques dAram taient, en ce neuvime sicle finissant, au nombre de deux : lintervention directe des Assyriens et la diplomatie active dotant Aur dun rle darbitrage. Cette dernire faisait en gnral intervenir quatre ou cinq allis syriens dAur : le royaume isralite de Samarie, le Hamath-Lua, la principaut de KTK/Kittika, Kummukh et parfois le Samal/Bt Gabbar. On sait peu de choses dAram-Damas entre 796 et 732 avant J.-C. Ceci nimplique pas un dclin, bien au contraire. Ce silence est en grande partie d une pauvret des sources assyriennes durant les rgnes de Salmanazar IV (786-774), dAur-narri V (774-754) et dAur-dan III (754-745). Les vicissitudes internes de lAssyrie impliquaient un relatif retrait imprial de Transeuphratne, ce qui pourrait stre traduit par un renouveau de lexpansionnisme des deux irrductibles tats aramens qutaientLa traduction de KURa-ma-na-a-a sous la forme de royaume Ammonite kingdom est daprs moi errone, puisque Bt-Ruhubi est le Bt-Rehov de la Bible, lautre nom de Sobah ou de Supte (i.e. la Beqa). Le contingent pourrait avoir t constitu dirrguliers de lAnti-Liban, qui, tels les Habru du Bronze rcent ou les Ituens de lpoque dAssarhaddon, auraient rejoint les armes des cits. 9 Prenez garde, le roi dIsral a lou contre nous les services du roi du Hatti et du roi de Muri .827Studia Orontica Aram-Damas et Arpad. Mais de cette priode de plus dun demi-sicle, nous ne savons que peu de choses en dehors des renseignements fournis par le Livre des Rois et les Chroniques de lAncien Testament. En ce qui concerne lge du Fer, il est utile de souligner la raret des donnes archologiques provenant soit de Damas, soit du Hauran et de la Beqa. On sait donc peut de chose de la culture matrielle de cet tat. Quelques restes de la priode ont t retrouves hors contexte archologique dans la vieille ville de Damas, le plus connu de ces vestiges tant le sphinx gyptisant dcorant sans doute anciennement le temple dHadad-Rimmon, Dieu de lOrage, uvre en basalte retrouve insre au sein dun mur de la Grande Mosque des Omeyyades. Linfluence de lart damascne durant lge du Fer a fait lobjet dun dbat, suite cette dcouverte. Irne Winter, historienne de lart spcialise dans lart de cour msopotamien et syrien, a en effet mis lhypothse dune cole artistique sud syrienne en ce qui concerne les ivoires des IXe et VIIIe sicles avant J.-C., elles-mmes dun style copiant celui des reliefs. Cette tradition est daprs elle distincte de celles de mme poque en Syrie du nord et en Anatolie du sud-est par exemple de la Flame-and-Frond School de Guzana/Tell Halaf. Le style damascne est en effet plus ouvert aux influences de la cte, en particulier aux motifs gyptisants. En fait, la prsence dcoles dans le domaine des ivoires ne fait que traduire le degr de prosprit et de puissance de chacun des tats syriens : au VIIIe sicle, en dehors de Carchemish, ville a kid purattim10, Aram devait avoir pour rival un autre foyer artistique, celui de Hamath a kid Aranta11. Une autre spcificit de Damas et du sud du Levant rside peut-tre dans la faon de reprsenter les divinits. Dans le Hauran et Beit Saida dans le Jawlan ont t retrouvs deux blocs de basalte montrant une sorte de minotaure : le corps, mme trs stylis, est clairement celui dun homme, alors que la tte est celle dun taureau. Cette forme de reprsentation reflte peut-tre une tendance commune la fois la Msopotamie et au Levant, qui se manifeste par une abstraction croissante. En effet, les dieux babyloniens et assyriens taient souvent reprsents par des symboles, mme si, comme dans les reliefs de Sennacherib Bavian ou les stles reprsentant Ishtar de Tell Ahmar, ils ne ddaignaient pas lanthropomorphisme : Sn de Harran, en loccurrence, nest quasiment jamais reprsent sous forme humaine12, mais apparat plutt comme un croissant de lune sur un tendard plant sur un podium ; Marduk de Babylone est le plus souvent montr sous forme de bche. De la mme manire, cest vers le VIIIe sicle avant notre re que la desse Tanit est reprsente systmatiquement par un symbole driv de lankh gyptien qui sera populaire dans toute lAfrique du nord punique13. Ce symbole phnicien traversera aussitt la Mditerrane pour atteindre Carthage, la Libye et la Sicile. En10 11Winter, I. J. 1983 : Carchemish a kid purattim , Anatolian Studies. Il est par ailleurs tonnant quaucun style ou cole ne soit associ Arpad, mais il est vrai que ce royaume demeure quasiment inconnu en ce qui concerne sa culture matrielle et artistique. 12 A lexception du sommet dune stle encore non publie, en brche, provenant du cimetire du village moderne de Tell Ahmar, qui reprsente le Dieu portant une tiare croissant de lune, et dune autre retrouve par F. Thureau-Dangin et Dunand, donc une moiti se trouve au Muse dAlep et lautre au Louvre. 13 La premire attestation dun signe de Tanit sur la cte levantine a t retrouve sur un chaton de bague ou un sceau dcouvert lors des fouilles amricaines de Sarepta (Pritchard D. 1973).28Studia Orontica conclusion, ce minotaure est une faon de reprsenter Hadad-Rimmon en le dotant dattributs vidents et simplifis : ce style est unique la Syrie du sud (Aram), mais participe dune tendance progressive labstraction commune toute la rgion.Schmas rcurrents dans la stratgie de conqute des AssyriensOn connaissait les Assyriens, de lavnement de Salmanazar I (1305-1274 av.J.-C.) la chute de lEmpire en 612 av. N.., pour leur extrme brutalit et cruaut envers les populations insoumises de Syrie. Les rcits de la destruction totale dtats rebelles sont lgion, les images datrocits sont nombreuses tant sur les reliefs (par exemple ceux dcrivant la prise de Lachish par Sennacherib, en 701, ou celui montrant le roi Tutmmu du Pattina-Umqi, littralement aveugl par Tiglath-phalazar III). Les dportations, invention Hittite reprise par lesMdio-assyriens de la fin du Bronze rcent, devinrent un phnomne de plus en plus notoire partir du rgne dAssurnnasirpal II (889-858 av. J.C.). Ceci ne doit pas entirement masquer le fait que les Assyriens optaient parfois pour une stratgie destine minimiser le sang vers afin de conqurir un pays en temps record. La conqute du Pattina-Umqi, un tat au nord et louest dAlep, par le souverain Assurnasirpal II, lexpdition de son successeur Salmanazar III contre la coalition du sud et contre Qarqar et la bataille de Mansute dans la foule de lexpdition punitive dadad-narri III sont rvlateurs dune tactique commune. Ces trois rois dAssur avaient des vises et un objectif semblables : terroriser les rois levantins et syriens rebelles afin de les soumettre et extraire une quantit maximale de tribut en or, argent, en fer et autre produits de luxe. Ces trois rois ont tent, en ne livrant rellement quune seule grande bataille sur les frontires septentrionales ou orientales dun royaume syrien, de dmoraliser lennemi et minimiser les efforts et les cots dune conqute autrement trop onreuse. Qarqar est avec certitude Tell Qarqur, un site explore depuis les annes 1980 par une expdition amricaine sous la direction du Professeur R. Dornemann. Ce double tell dune trentaine dhectares est localis au croisement de deux routes, proximit de la ville moderne de Jisr esh-Shughur. La route moderne allant dAlep Lattaki passe par une troue dans le Jebel al-Ansariy situe quelques kilomtres du site, rare ouverture travers une chaine de 1500 m raide, peu franchissable et parseme de blocs coupant en calcaire et dun trs dense maquis. En outre, Qarqar est une ville situe sur un corridor nord-sud stendant le long du Ghb. Nahlasi, ville o a d tre grave la stle dAntioche dAdad-narri III et de ami-ilu, devait tre cise quelque peu au nord, lentre des gorges de Darkoush menant lAmuq. Qarqar est la premire grande ville sur la frontire nord de Hamath et sur celle, occidentale, du Luaa, territoire annex par ce mme Hamath. En capturant la ville de Qarqar et en crasant toute une coalition de rois de Syrie du sud et de la cte, Salmanazar III esprait en finir avec tous les Etats du Levant sud sans avoir conqurir tout le Hamath en assigeant les centres urbains les uns29Studia Orontica aprs les autres14. Cette tentative de porter en une seule un coup fatal une coalition arme a connu le relatif chec que lon sait. Mansute, qui est reste une ville importante et mme une capitale provinciale aprs la destruction dAram par Tiglath-phalazar III (en 734), tait en toute probabilit localise de faon analogue Qarqar : sur la frontire nord dun royaume syrien, sur les marges septentrionale de Sobah/Supte et de Damas. Pour avoir t un chef-lieu de province gouvern en 680 av. J.-C. par Danunu, fonctionnaire limmu (ponyme) en 680 av. J.-C., il devait sagir dune ville de grande taille situe un emplacement stratgique. La conqute de Mansute par Adad-narri III devait rpondre aux mmes impratifs stratgiques que ceux de Salmanazar III Qarqar, une volont de victoire dfinitive sur la frontire nord dun Etat syrien rebelle, et ce afin de ne pas subir les efforts dune capture des autres centres fortifis les uns aprs les autres, ou mme de la prise de la capitale elle-mme aprs un sige prolong15. Add-narri met laccent sur le fait quil a [confin] Mari (ou Mar) dans la ville de Damas . Ce dernier, aprs la bataille de Mansute, lui aurait donn 100 talents dor (et) 1 000 talents dargent comme tribut 16. Ceci ne reflte pas automatiquement un sige prolong de Damas, mais montre clairement les craintes de Mari (probablement le titre royal de Bar-Hadad III, le successeur de Hazal) la suite de sa dfaite Mansute.Mansute, ville sur la frontire nord du royaume aramen de DamasLe toponyme de Mansute a t la source de bien des controverses parmi les assyriologues, qui lont localis des endroits aussi divers et loigns gographiquement que Til Barsib/Tell Ahmar et ou des sites de la Beqa. Etablir un lien linguistique ou historique avec Masuwri/Til Barsip sur lEuphrate na pas de sens : Til Barsip est rest aux mains des Assyriens de faon ininterrompue, et se trouvait des centaines de kilomtres de la zone de confrontation militaire entre Aur et Damas. Lidentification suggre par S. Dalley17 ne mrite donc pas plus de considration, ne serait-ce que parce quune missive assyrienne mentionne lenvoi de prisonniers de Til Barsip Mansute !18Les annales royales annoncent la capture de nombreuses villes du Hamath-Lua comme Atammaku/Tell Mastuma, mais rien nindique un sige prolong ou une grande bataille. 15 De faon analogue, une grande partie de leffort de conqute de la Jude par Sennacherib semble stre port sur Lachish, ville sur la frontire occidentale du royaume, proximit des cits-Etats de la pentapole philistine. Cet effort nlimine pas la porte de ceux mis en avant lors du sige de Jrusalem, qui aux dires de sennacherib, a enferm le roi Hezekiah comme un oiseau en cage . 16 Grayson A. K. 1996 1.0.104.6: pp. 19-20. 17 Dalley 1997 Neo-Assyrian tablets from Til Barsip, Abr Nahrain , Vol XXIV 1997, pp. 66-91 18 Saggs 1955: pp. 141-142: K.1533 rev.4 ND2680: ana pni a URUMan-su-a-te ina muhhiya ittalka. among the la[ter] captives that the king, my lord, gave to [me] from Til Bar[sip], I said: He should know th[at] indeed there are n[o] among them . Hara-ammu, the chiliarch of Mansuate, came for me. He has sent his five sons [to but the re]st of [his] people [are with] him .1430Studia Orontica Le philologue E. Lipiski19 a pour sa part tabli un lien entre Massyaf, 40 kilomtres louest de Hama, et Mansute. Il fonde son raisonnement sur la similitude de ce toponyme de lge du Fer avec Massyat, nom de la ville lpoque des Croisades. Bien que cela soit une possibilit dun strict point de vue linguistique, cette hypothse est toutefois difficile soutenir pour deux raisons : labsence de vestiges du fer sur le site mme, la localisation du lieu au cur mme du royaume de Hamath, un Etat gouvern lpoque de la bataille de Mansute par Zakkur, lui-mme alli des Assyriens. Dautres historiens, archologues ou philologues ont propose une localisation dans la partie centrale de la Beqa. Le philologue allemand A. Kuschke identifie le toponyme avec Tell Mass, un site 3.5 Km lest de la ville moderne de Rayak. Dautres se sont concentrs sur ltymologie du mot, driv de lAramen massa , un tat construit signifiant le marcage . Bien que la Beqa centrale apparaisse comme une tape logique de lexpdition dAdad-narriIII contre Damas, les identifications proposes sont purement spculatives. On peut suivre E. Lipiski lorsquil affirme que puisque la localisation de Mansute dans la Beqa est loin dtre certaine, ces tentatives de situer de manire exacte la ville de sont que des conjectures 20. Le nom de Mansute se termine par un suffixe gographique fort courant dans les texts assyriens, celui de te (ou -te) dnotant un pluriel. Ce suffixe est souvent rajout des noms gographiques dorigine aramenne : la ville de Mallanah, un centre provincial entre le Balikh et lEuphrate ayant livr des archives cuniformes et alphabtiques, est crit MLN ou MLNH en assyrien, mais Mallante en Assyrien ; la rgion de Sobah dans la Beqa devient, sous Tiglath-Phalazar III, la province de Supte. Mansute aurait t la version assyrienne dune ville nomme MNSH ou MNS. La lettre N tant souvent assimile en SS, MNSH ou MNS aurait t crit MSSH ou MSS, un nom prsentant une ressemblance troublante avec le nom ancien de Homs lpoque hellnistique et romaine : Emse. Homs, une ville btie autour dun tell de 30 mtres de hauteur cadre bien avec une localisation de Mansute la frontire nord du royaume de Damas, au dpart de voies vers la cte travers la Troue du mme nom, ainsi que de routes travers la Beqa et le long de lAnti-Liban. Les textes affirment que Mansute tait au nord de Qadisi, nom assyrien de Qade, ainsi que de Rablah ; site la frontire libanaise o Nabuchodonosor a rassembl son arme avant lassaut final contre Judah, en 587 av. J.-C. La ville, probablement en raison de son loignement de Damas et de son importance stratgique, est devenue le sige dun gouverneur provincial sous Sargon II, en 716 avant J.-C. Une bataille majeure cet emplacement, une confrontation sur les bords marcageux de lOronte, au croisement de routes nord-sud avec dautres menant de la steppe la mer, auraient port un coup dcisif lexpansionnisme affich de Damas. The city became the seat of a province independent from Damascus and Sobah/Supte (the Beqavalley) in 716 BC, under the Assyrian king Sargon II. A majorLipiski E. 1971 The Assyrian campaign to Mansute and the Zakkir stela Annali dellIstituto Orientale di Napoli, Vol 31 Fsc 3 N.S. XXI, pp. 393-399. 20 Lipiski E. 1971, p. 395.1931Studia Orontica battle at a strategic crossroads, where north-south routes meet the corridor of winds and rains, blowing from the Mediterranean to the coast, would have been a perfect way of securing once and for all the loyalty of an expanding an rebellious Aram.32Studia Orontica Mission archologique de Tulul el-Far premire campagneSophie Cluzan Muse du Louvre, Paris Ahmad Ferzat Taraqji DGAM, DamasLa mission archologique syro franaise de Tulul el-Far, Tell Taouil et Tell elKharaze a t constitue dans le cadre de laccord de coopration scientifique et culturelle sign entre la Direction Gnrale des Antiquits et des Muses de Syrie (DGAM) et le Muse du Louvre (ML). Lanne 2007 a vu se drouler la premire mission, compose dAhmad Taraqji (DGAM), Sophie franaise (ML), Dominique Beyer (Universit de Strasbourg) et Jean-Marc Michaud (Universit de Sherbrooke), Yousef Khacho (architecte DGAM), et Atef Abou Araj (topographe). La documentation cartographique a t constitue grce au concours de Mohamed al-Dbiyat de lInstitut Franais du Proche-Orient (IFPO). Enfin la mission a bnfici du soutien logistique de lIFPO.33Studia Orontica Le programme de cette mission conjointe sest fix dtudier un ensemble de sites de lge du Bronze, priode encore mal documente dans la rgion de Damas. En effet, si le site de Tell Sakka fournit une importante rfrence pour la priode du Bronze moyen, lpoque du Bronze ancien demeure pratiquement ignore. Les trois sites que nous proposons dtudier ont livr du matriel de surface datable de ces deux priodes1.Situation et description gnrale des tellsLes tells se trouvent au sud-est de Damas, plus dune vingtaine de Km, non loin de Ghizlaniye (fig. 1). Le plus grand des trois sites, Tulul el-Far, est situ la longitude N 3322 et la latitude E 3627. Lensemble des trois minences dessine une sorte de rectangle orient NO-SE, dont la partie nord-ouest est constitue par Tulul el-Far et la partie sud-est par Tell Taouil et Tell el-Kharaze. Une zone apparemment vide doccupation archologique stend au centre de ce rectangle. Tulul el-Far couvre une superficie de vingt-cinq hectares, tandis que Tell Taouil et Tell el-Kharaze stendent respectivement sur deux et un hectare. Leur altitude moyenne est denviron 623 m2. Les trois sites ne sont distants les uns des autres que de 150 200 m. Combine lapparente uniformit des priodes reprsentes par le matriel de surface, cette proximit pose la question des relations quils entretenaient lorigine, soit quils naient form quune seule et mme installation, progressivement divise en trois units par les modifications topographiques que leur infligea le systme hydraulique du Nahr elAouaj, soit quils aient t indpendants mais relis dans un systme de complmentarit3.Hydrologie et gologieSitues dans la zone fertile et bien arrose de loasis de Damas, ces installations bnficiaient dune abondante irrigation naturelle, grce au Nahr el-Aouaj et ses nombreuses ramifications. Les tells se trouvent dans une zone de dpts alluvionnaires dats du Quaternaire rcent, proximit de plusieurs Jebel du Nocne, riches en basaltes, pierre que lon retrouve en quantit la surface des sites. Par laspect de sa surface, Tulul el-Far se distingue de ses deux voisins. Une grande partie du site est enRepr lors de campagnes de prospections menes par Michel al-Maqdissi et Ahmad Taraqji puis par ce dernier et Sophie (Nord-Est). 2 Les cartes gographiques disponibles fournissent quelques altitudes pour ces sites. La carte de la rgion de Damas sud, dite en 1942, donne un point topographique 626 m sur Tell el-Kharaze. La carte des environs de Damas, dite en 1993, fournit une altitude de 623 m sur Tulul el-Far, 626 sur Tell Taouil et 623 m prs de Tell el-Kharaze. 3 A lappui de la premire hypothse, on retiendra la nature particulire du Nahr el-Aouaj, qui se divise en de multiples ramifications au moment de la monte des eaux printanires issues du Djebel Cheikh,, o il prend naissance. Les inondations et petits nahr quil a suscits durant des millnaires ont pu infliger de lourdes transformations la zone des sites. On notera que la premire cartographie de la rgion, en 1942, montre dj lexistence de trois tells, entours des nombreuses ramifications du Nahr el-Aouaj.134Studia Orontica effet parseme dun cailloutis plus ou moins gros, de dbris de basalte, de petits nodules dalbtre et de nombreux tessons recasss4.Topographie et aspect gnral des sitesLa mission de 2007 sest attache raliser un relev topographique dtaill de lensemble de la zone dlimite par les trois tells, soit une superficie denviron quatrevingts hectares. Sur le terrain comme sur le relev topographique, on saperoit que les sites se distinguent les uns des autres par lallure gnrale de leur relief.. Tulul el-Far se prsente comme un vaste tell relativement plat, que le regard a parfois du mal englober et dont la forme, irrgulire, pourrait avoir t circulaire. Il comprend quatre minences principales, au Centre, au Nord-Ouest, au Nord Nord-Est et au Sud-Ouest, ce qui explique le pluriel attach son nom. A contrario, Tell Taouil est une colline allonge, dont le sommet merge nettement au-dessus de la plaine, encadr par des pentes relativement franches. De son ct, Tell el-Kharaze est un petit tell ovale compos dun sommet entour de pentes relativement douces, ce qui en fait une minence peu visible dans le paysage environnant.Priodisation des tellsLes ramassages de surface ont permis de dater les sites de manire relativement homogne, bien que certaines tendances semblent se dessiner. Tulul el-Far a livr du matriel qui pourrait remonter au-del du IIIe millnaire (certains silex) et stend jusqu la priode ottomane. Nanmoins, la priode du Bronze ancien est majoritaire dans lensemble des ramassages, en dehors de quelques zones plus particulirement lies semble-t-il aux priodes rcentes (poque romaine et byzantine lEst par exemple). De son ct, Tell Taouil prsente un facis matriel plus clairement li lpoque du Bronze moyen, nexcluant toutefois pas la prsence de restes du Bronze ancien, image galement renvoye par le petit site de Tell el-Kharaze.But et implantation du sondageLa campagne de 2007 a permis de raliser un premier sondage sur Tulul el-Far, dans le but dvaluer la nature des premires couches archologiques rencontres sous la surface dun des sommets du site. Un secteur fut implant dans la rgion du centre ouest, le chantier A, auquel treize jours de travail furent consacrs. La premire phase du travail sest concentre sur un carr de 10 x 10 m, qui, au vu des premiers rsultats, fut ensuite rduit de moiti dans le sens sud nord, puis agrandi de 5m vers lOuest aprs la dcouverte dune construction circulaire dans laquelle des lments de datation semblaient pouvoir tre trouvs.Lhomognit des modules des tessons permet de penser quils ne sont pas le rsultat dune fragmentation naturelle mais plutt dune action lie soit la mise en uvre de la brique, soit celle dun systme de drainage pour des voies de communication. Nous remercions Jean-Claude Margueron pour lensemble des remarques et suggestions quil nous a faites au cours de ses diffrentes visites pendant cette premire campagne dvaluation.435Studia Orontica Le rsultat de ce travail de sondage fut de constater que les couches situes directement sous la surface contenaient des restes architecturaux que lon pouvait dater du Bronze ancien, datation qui nous a t fournie grce aux cramiques retrouves sur le sol doccupation dune construction circulaire. La phase exacte laquelle il convient de raccrocher ce matriel reste prciser mais pourrait correspondre au Bronze ancien III. Ce rsultat confirme donc lintrt de cette zone sommitale pour documenter la priode de lge du Bronze et nous fournit un point de dpart pour le programme de lanne venir.Les amnagementsAu moins quatre niveaux de briques ont t dcouverts au cours de cette campagne, composs de murs dlimitant des espaces quadrangulaires, lexception dun espace circulaire (fig. 2, 3). Lorientation gnrale des murs est constante : SE/NO et SO/NE. Ces quatre phases reprsentent une faible profondeur, les restes architecturaux retrouvs au chantier A de Tulul el-Far tant conservs sur de faibles paisseurs et directement situs au contact les uns des autres. Il sagit manifestement dune architecture domestique, souvent remanie. Le niveau de brique le plus rcent est constitu par les murs A12 et A13, qui recouvrent lespace dfini par le mur circulaire A7. Les murs A12 et A13 nont pas t fouills. A la jonction avec la coupe ouest de la zone 1 du sondage, le mur A12 se trouve directement sous la surface du tell. Au second niveau appartiennent les murs A3, A4 et A5, restes de fondations. Postrieur la structure circulaire, son lien stratigraphique avec les murs A12 et A13 nest pas encore confirm. Le mur A3 est compos de briques dun module de 46 x 35 cm (fig. 4). Une construction circulaire correspond au troisime niveau damnagements, dfinie par le mur A7 qui semble avoir t compos par deux anneaux de briques. Conserv sur deux assises, ce mur a t coup dans sa portion sud-est par une fosse (Locus A10), coupant le lien stratigraphique avec le Locus A1, dlimit par les murs A2 et A9. La relation entre lintrieur de la structure circulaire (Locus A13) et le mur A1, qui loccupe en partie, reste prciser. Ce point pourra tre vrifi lors de la poursuite de la fouille du sol A2 retrouv lintrieur de la construction ronde. Apparu le dernier jour de la campagne, avec des cramiques brises en place, ce sol na pas pu faire lobjet dune fouille minutieuse. Sa relation avec le mur A7 reste vrifier, de mme quavec le mur A12 et A1. Cependant, grce aux cramiques qui y ont t retrouves, il fournit des lments de datation, apparemment du Bronze ancien III (fig. 5). En fonction de la relation stratigraphique entre le sol A2 et le mur A7, cette datation pourra tre mise en relation soit avec le Locus A13, soit avec une occupation antrieure celui-ci. En tout tat de cause, elle apporte une premire situation chronologique de lensemble des couches retrouves lors de cette campagne.36Studia Orontica Un quatrime niveau de brique est reprsent dans ce sondage par le mur A8 et par les murs A10 et A11, qui lui sont vraisemblablement contemporains. Le mur A8 est un mur rectiligne sur lequel repose directement le mur A7 (fig. 2, 3). Il est compos dune seule assise de briques, dont le module est de 67 x 50 cm. Situs lautre extrmit du sondage, les murs A10 et A11 ainsi que le sol A1 qui leur est li sont probablement contemporains du mur A8. Ils passent sous le mur A5, dont ils sont spars par une couche de terre.Fosses et tombeUn certain nombre de fosses ont t dgages au cours de cette campagne. La fosse du Locus 10 est la plus intressante. Creuse au nord-ouest du locus A1, quelle a vraisemblablement dtruit en partie, elle a galement perturb les murs A7 et A1. Sur ses pentes, la dcouverte dun vase en fragments et dossements, qui semblent pris sous le mur A2, laissent penser quelle a galement dtruit une tombe.Matriel du sondageLe basalte : divers lments doutillage en basalte ont t retrouvs lors des oprations de sondage de 2007 au chantier A. Ce matriel, relativement abondant, comporte de loutillage de broyage et de la vaisselle. La cramique : la principale information fournie par le matriel du sondage de 2007 au chantier A concerne la datation du Bronze ancien des couches retrouves. En dehors des cramiques communes et grossires, les couches dgages en 2007 ont fourni de nombreux exemples de cramique dcor de bandes lustres plus ou moins ondules ainsi que de cramique peigne, caractristiques des productions du IIIe millnaire (fig. 6). On notera enfin le vase retrouv en deux morceaux dans la fosse du Locus A10, qui a d appartenir la tombe visible sous le mur A2 (fig. 7). Le silex : de nombreuses lames de silex ont t recueillies dans les couches du sondage du chantier A de 2007 (fig. 8). On notera un ensemble de quatre lames, au tranchant lustr, retrouves groupes lEst du mur A8.ConclusionCe rapide sondage laisse nombre de questions stratigraphiques en suspens mais il a permis de dater les couches directement accessibles en ce point dun des sommets du site et de confirmer le choix de cette implantation pour les campagnes venir. Paralllement, dautres chantiers devront tre ouverts au fur et mesure, notamment sur les tells du nord-ouest, sud-ouest et sur celui du nord, o des murs de brique affleurent en surface. Enfin, le programme sattachera prciser les relations entretenues par lensemble des sites de la zone et prciser leur insertion dans le peuplement de la rgion du Nahr elAouaj, dans le cadre dune analyse rgionale.37Studia Orontica La campagne de 2008 se concentrera sur la poursuite du chantier A, en extension, ainsi que sur la reprise des prospections et sur ltude de la cramique. De nouveaux chantiers pourraient tre ouverts partir de 2009, paralllement aux dbuts de ltude palogographique de lensemble.Fig. 1 : Vue gnrale des tells, image Google Earth : Tulul el-Far au nord, Tell Taouil au sud, Tell el-Kharaze lest.Fig. 2 : Plan final du sondage de 2007. Y. Khacho.38Studia Orontica Fig. 3 : Vue vers lOuest de la construction circulaire (mur A7) reposant sur le mur A8. A lavant de la photo : mur A3.Fig. 4 : Dtail du mur de fondation A3 et petit mortier de basalte retrouv contre les briques.39Studia Orontica Fig. 5 : Vue vers le sud : construction circulaire et sol A2 avec restes de cramiques brises en place. Au-dessus de lespace circulaire : mur A12 et A1.Fig. 6 : Cramique bandes lustres et cramique incise.40Studia Orontica Fig. 7 : Vase provenant de la tombe situe en partie sous le mur A2 et probablement partiellement dtruite par la fosse Locus A10.Fig. 8 : Lames de silex retrouves groupes louest du mur A8.41Studia Orontica La mission conjointe syro-franaise de lOronte premire campagne (aout 2007)Michel Al-Maqdissi DGAM, Damas Dominique Parayre Universit Charles de Gaulle-Lille 3, Lille Martin Sauvage EPHE, ParisDepuis 2006, un projet de recherche interdisciplinaire (archologie, pigraphie, environnement1) a t mis en place pour ltude dune micro-rgion situe sur la rive droite de lOronte en aval de Hama (Syrie). La valle de lOronte, et le Nord du Levant en gnral, font lobjet lheure actuelle dun intrt accru de la part darchologues de toutes nationalits. Notre programme sarticule autour de ltude de deux sites principaux Tell Massin et Tell al-Nasriyah, deux sites quadrangulaires plutt atypiques et curieusement trs proches lun de lautre (fig. 1).1La mission tait dirige en Syrie par Michel al-Maqdissi, directeur des fouilles archologiques et des tudes archologiques la Direction gnrale des Antiquits et muses de Damas, et en France par Dominique Parayre, professeur luniversit Lille 3 (UMR 8164 HALMA-IPEL). Elle associe galement des chercheurs de lUMR ArScAn (CNRS, Nanterre), de lEPHE (Section des sciences historiques et philologiques, Paris) et prend en charge la formation dtudiants syriens luniversit Lille 3.42Studia Orontica Fig. 1: Localisation de Tell Massin et de Tell al-Nasriyah dans la valle de lOronte. Tell Massin est localis sur le plateau quelques 25 km au nord-est de Hama, Tell al-Nasriyah jouxte le cours de lOronte moins de 15 km de cette ville. La campagne de 2007 a t consacre aux travaux de prospection et de relevs sur les deux sites. (fig. 2)43Studia Orontica Fig. 2 : Tell Massin. Plan topographique provisoire. Tell Massin est un site de plan peu prs carr constitu dune butte culminant 14 m au-dessus du niveau de la plaine environnante et couvrant une superficie de 5,35ha. En contrebas du tell, au nord, une occupation de ville basse a galement exist; sa superficie est plus difficile estimer, elle doit reprsenter au moins 3 ha. Le tell lui-mme a fait lobjet dune campagne de fouilles rapide par le comte du Mesnil du Buisson en 19301. Nous avons entrepris un relev gophysique de Tell Massin en juin 20072, il a indiqu Sourn et Masin , Berytus, II (1935), p. 121-134. La mission a repris, grce lamabilit du dpartement des Antiquits orientales du muse du Louvre, et en particulier dElisabeth Fontan, ltude du matriel issu de cette fouille afin de le re-publier. 2 Relev effectu du 5 au 23 juin 2007 par Claire Brisson (lve ingnieur luniversit Paris 6) avec laide de Pierre Dubuf, sous la direction de Christophe Benech (Maison de lOrient mditerranen, universit Lyon 2). La poursuite du programme Tell al-Nasriyah est galement prvue.144Studia Orontica des zones fortement perturbes qui correspondent principalement aux fouilles de du Mesnil du Buisson ainsi quune zone centrale beaucoup plus calme , sans doute due limportance du comblement ancien (rosion naturelle) et moderne (travaux des paysans). Le relev topographique du tell (hors ville basse) fait en aot 20071, que lon a pu comparer avec le schma publi par du Mesnil du Buisson, montre une forte rosion du site. Elle est due principalement aux travaux de terrassement agricoles : la leve sud a t entirement arase pour laisser la place une plantation de pistachiers, les leves nord et est ont t tailles au bulldozer pour amnager des voies daccs au sommet du site pour les machines agricoles. La majeure partie du tell est par ailleurs fortement endommage par les labours qui arasent les leves et les buttes et comblent les dpressions. lheure actuelle, non seulement les fouilles de 1930 ne sont absolument plus visibles, mais un certain nombre dlments topographiques relevs par le comte ont totalement disparu : grottes, glacis, etc. En ville basse, o une occupation dpoque classique est probable, les travaux agricoles ont galement dtrior la topographie antique. Le relev de la ville basse sera entrepris lors dune prochaine campagne afin de prciser les zones doccupation et de prparer une tude gomorphologique de lenvironnement du tell. Cette dernire est en effet ncessaire la bonne comprhension du rseau hydrographique, complexe dans ce milieu karstique, et de la topographie originelle au moment de linstallation humaine qui sest faite sur dimportants affleurements rocheux. Nous avons procd lors de la campagne de 2007 une prospection cramique de surface sur lensemble du site (hors ville basse)2. Dix-sept zones ont t dfinies (fig. 3) sur lesquelles nous avons ramass prs de 2000 tessons.1Relev effectu du 3 au 6 aot 2007 par Franois Lenoir (ingnieur topographe ESTP) et Thomas Soubret (lve ingnieur topographe ESGT). 2 Prospection cramique de surface effectue du 3 au 6 aot 2007 par Abdallah Ahmed Bassal (Service des Antiquits de Syrie), Dominique Parayre (universit Lille 3) et Martin Sauvage (EPHE, Paris).45Studia Orontica Fig. 3 : Tell Massin. Zones de prospection cramique. Un tiers environ du matriel a pu tre tudi avec laide de Michel al-Maqdissi et de Massoud Badaoui. La cramique prospecte indique deux priodes majeures doccupation Tell Massin : le BA IV et le BM I (fig. 4), et le BM II (fig. 5).Fig. 4 : Tell Massin. Cramique du Bronze ancien IV.46Studia Orontica Fig. 5 : Tell Massin. Cramique du Bronze moyen II. Le nettoyage de coupes artificielles tailles par les chemins daccs des tracteurs dans les leves nord et est a permis de reprer trs prcisment les niveaux du BA IV-BM I de couleur grise, et le remplissage de terre et de cailloutis de couleur ocre rouge des leves qui ont t directement installes sur les niveaux antrieurs. La cramique prleve dans ces coupes indique clairement que les leves ont t mises en place au dbut du BM II, en sappuyant, au moins au nord et lest du site, sur la pente des niveaux antrieurs du BA IV-BM I. Cest donc au dbut du Bronze moyen II que le site de Tell Massin a t amnag en site quadrangulaire. Dans lune des coupes, on note que le remblai de la leve est surmont dun mur de briques crues. Dans la mesure o des fragments de murs de briques crues avaient galement t relevs par du Mesnil du Buisson sur le pourtour du site, on peut penser que les leves taient surmontes dun rempart ceignant lensemble du tell.Fig. 6 : Tell al-Nasriyah, plan topographique provisoire. 47Studia Orontica Tell al-Nasriyah est un trs gros site (800 m de ct, au moins 70 ha de superficie) install sur les berges de lOronte (fig. 6). Il a t pourvu dau moins deux leves qui forment un angle droit au nord-est et dont la taille sapparente celles de Qatn. Nasriyah na jamais fait lobjet de fouilles mais seulement de prospections. La campagne de 2007 a permis den faire un relev topographique presque complet1, la prochaine campagne devrait permettre de lachever et de le go-rfrencer. Le site a t occup ds le palolithique2, probablement en relation avec les grottes qui bordent lOronte au nord-ouest. Pour les poques historiques, il a t occup dabord dans sa partie sud-est qui prsente une acropole bien marque contre laquelle la leve orientale a t plaque. Les deux leves nord et est ont une ampleur considrable : 800 m de longueur, jusqu 100 m de large. Elles sont doubles lextrieur dun foss dans lequel on a, semble-t-il, prlev la terre mlange de cailloutis qui compose les leves. Il est encore difficile, en labsence dun relev complet et dune tude gomorphologique des variations du cours de lOronte et de ses terrasses, de savoir comment sorganisait le site du ct du fleuve. On a cependant relev plusieurs emplacements qui donnaient accs lOronte ainsi que la trace en coupe dune rue ou dun quai qui pourrait avoir long le cours ancien du fleuve. Ces indices, ainsi que la prsence des infranchissables gorges de Cheizar en aval, donnent penser que Tell al-Nasriyah a pu tre un point de rupture de charge pour les marchandises transitant sur lOronte ou arrivant par voie de terre Nous avons procd une prospection de surface Tell al-Nasriyah3 o nous avons dfini 19 zones (fig. 7).1Relev effectu du 8 au 27 aot 2007 par Franois Lenoir et Thomas Soubret. Du matriel lithique de cette priode a en effet t ramass sur le site lors dune prospection antrieure (comm. pers. de M. Badaoui). Cf. K. Bartl et M. Al-Maqdissi, "Ancient Settlements in the Middle Orontes Region between ar-Rastan and Qal'at Shayzar. First Results of Archaeological Surface Investigations 20032004. A Cooperation Project of the German Archaeological Institute Damascus and the Direction Gnrale des Antiquits et des Muses", in Urban and Natural Landscapes of an Ancient Syrian Capital, Settlement and Environnement at Tell Mishrife/Qatna in Central-Western Syria, Documents d'Archologie Syrienne XII, Studi Archeologici su Qatna 01, Udine, p. 243-252, 2007..Cf.aussi P. Sanlaville et al ds., Le Palolithique de la valle moyenne de l'Oronte (Syrie). Peuplement et environnement, BAR International Series, 587, 1993. 3 Prospection cramique de surface effectue du 8 au 23 aot 2007 par Bachar Baaj (universit Lille 3), Abdallah Ahmed Bassal, Dominique Parayre et Martin Sauvage.248Studia Orontica Fig. 7 : Tell al-Nasriyah. Zones de prospection cramique. Ltude denviron un cinquime des quelques 3 600 tessons ramasss indique deux pics doccupation. Loccupation de la butte principale a pu dbuter ds le quatrime millnaire et sest surtout dveloppe au BA IV. La majorit des tessons tudis date du Bronze moyen o ge amorrite (60% du total), priode o Nasriyah est devenu quadrangulaire. La distinction entre le BM I et le BM II reste affiner ; il semble que loccupation du Bronze moyen ait concern lensemble du site. Les tessons du Bronze rcent reprsentent 7% du total, mais la localisation prcise de loccupation de cette priode reste tablir. Le second pic concerne lge du Fer (25% du matriel tudi; (fig. 8).Fig. 8 : Tell al-Nasriyah. Cramique du Fer II. 49Studia Orontica Les niveaux de lpoque aramenne affleurent en plusieurs endroits la surface du tell si bien que les travaux de labour profond ont attaqu des structures en place : nous avons repr lors de la prospection plusieurs zones de jarres de stockage casses. Enfin, quelques tessons indiquent que le site a t occup aux poques achmnide, classique et mamelouk, au moins en partie (plutt les zones ouest en bordure de lOronte). La prochaine campagne (aot 2008) sera consacre la fin de ltude du matriel cramique des prospections, la fin du relev topographique de Tell al-Nasriyah et au dbut des travaux de fouilles sur ce dernier site.50Studia Orontica Les dcouvertes pigraphiques des fouilles rcentes de Mari. tat des recherches en janvier 2009.Antoine Cavigneaux Laurent Colonna d'Istria Universit de Genve, FNRSEn 2003 le professeur J.-C. Margueron nous a confi la publication des tablettes cuniformes qu'il avait dcouvertes Tell Hariri/Mari entre 1998 et 2002. Ces tablettes se rpartissent essentiellement en deux groupes : 1) le chantier K, une maison situe l'Est du Grand Palais Royal (GPR), semble avoir t une sorte d'cole; on y a dcouvert plus de 1000 tablettes contenu surtout scolaire, mais aussi administratif, datant de l'poque palo-babylonienne (XVIIIe sicle av. J.C. ; 2) le chantier du GPR, dont les niveaux suprieurs, palo-babyloniens eux aussi, ont t fouills dans les annes 30 ; depuis les annes soixante on explore lentement, secteur par secteur, les niveaux infrieurs, datant du troisime millnaire (ce sont les palais dits 'prsargoniques' P3 P-zro et le palais des 'shakkanakku', les gouverneurs qui ont rgn Mari aprs la conqute par Sargon). Dans le secteur Nord Ouest, on a dcouvert dans un radier plusieurs centaines de tablettes administratives remontant l'poque des 'shakkanakku'.51Studia Orontica 1. Le chantier KNous avons consacr l't 2004 cataloguer et tudier les textes du chantier K au muse de Damas. Ce sont des textes administratifs, quelques contrats et lettres, mais surtout des lentilles et des textes scolaires contenant des extraits de listes lexicales et mtrologiques. Les quelques textes littraires retrouvs sont presque tous en sumrien : entre autres l'pope de Lugalbanda (premire partie), Shulgi B (plusieurs tmoins), un extrait de la correspondance littraire, des fragments de textes liturgiques (parfois avec gloses akkadiennes) etc. La grande rvlation de ce chantier est donc que Mari connaissait des mthodes d'enseignement trs proches de celles de la Msopotamie, bases en grande partie sur l'apprentissage de la langue sumrienne par les listes lexicales et la littrature. Un des habitants de la maison avait selon toute vraisemblance des responsabilits administratives, particulirement dans le domaine de la gestion du personnel, puisque les diffrents textes administratifs concernent le personnel et que les contrats sont des ventes de personne, mais cet homme devait consacrer une partie de son activit enseigner. On n'a retrouv aucune trace de documentation prive, mais il ne faut peut-tre pas s'en tonner, dans la mesure o toutes les archives que nous avons retrouves taient jetes au rebut, enfouies sous les sols ou dans l'appareil des murs. Les documents privs avaient d tre rcuprs et mis l'abri auparavant. Aucun texte dchiffr jusqu'ici n'tait dat, pas mme les contrats, mais comme la pice centrale tait recouverte d'un pavement inscrit au nom de Zimri-Lim scellant les tablettes, on admettra qu'elles sont au plus tard du dbut de son rgne ou plus vraisemblablement de peu antrieures : on peut mme risquer l'hypothse que la prsence d'un enseignement 'classique' Mari est lie aux rformes administratives introduites sous Yahdun-Lim, et que J.-M. Durand a mises en vidence1. Peut-tre des lettrs msopotamiens ont-ils t engags pour rformer l'enseignement et la formation des scribes Mari?Ddicace d'une statue Adad (pl. 1)Au moins un des textes du chantier K porte le nom de Yahdun-Lim; cela ne saurait constituer une preuve irrfutable pour la datation de l'ensemble, mais c'est un indice confirmant l'hypothse mise l'instant : il s'agit de la fin d'un texte en sumrien caractre hymnique, qui nous semble tre une inscription ddicatoire ou peut-tre le nom officiel d'une anne du roi. Vu son intrt, nous en prsentons ici une dition provisoire :1Durand J.-M., La situation historique des akkanakku : nouvelle approche , M.A.R.I. 4, 1985, p. 147172.52Studia Orontica TH00-T68 (la face est dtruite, sauf quelques traces la dernire ligne) ... 1'. diskur x x x x [...] r. 2'. nam-bi-e3 n[am-...] 3'. Ia-a-du-li-im lu[gal ma-riki...] 4'. kur dumu-me[] si-im-a-[al ...] 5'. a-naki a-na [me-a-bi (?) ...] 6'. alan ku3-sig17 ku3-babbar [...] 7'. kig2 a2? u? x [...] d 8'. iskur-ra mu-u[n?-na-dim2/ku4 ?]Traduction : "... Adad ... Pour cela ... [...] Yahdun-li'im, roi de Mari ..., du pays des fils de Sim'al, ... et du ana tout entier, une image d'or et d'argent ..., dont le travail des bras et des mains (?) ... pour Adad [il fabriqua/introduisit (?)]."La face dcrivait sans doute une campagne victorieuse du roi. L'criture maladroite trahit l'exercice scolaire. Le simple fait que l'inscription soit en sumrien est tonnant, mme si le sumrien n'est pas impeccable (dumu-me est fautif et trahit une ralisation smitique!). Les pithtes du roi sont galement remarquables, surtout 'roi des Sim'alites'; elles rappellent celles du sceau de la fille de Yahdun-Li'im (lugal ma-riki u3 ma-at DUMU si-im-[a-al]) et confirment les observations de J.-M. Durand et D. Charpin2. On peut aussi lgitimement voir dans ce petit fragment un indice du lien entre le pouvoir de Yahdun-Lim et l'effort de sumrisation de l'enseignement Mari.2. Le chantier palais nord ; les textes de l'poque 'shakkanakku tardive'C'est sur ce groupe de textes que portent en ce moment tous nos efforts. Notre projet, soutenu l'origine par l'Universit de Genve et la fondation Schmidheiny, est financ depuis deux ans par le FNRS (Fonds National de la Recherche Suisse), avec une participation de notre universit et du projet CISA ; son objectif est de parvenir en trois ans publier les 1141 items (= ca 1500 tablettes et fragments de tablettes cuniformes et de scellements) dcouverts entre 2000 et 2002 dans le chantier du palais. Le noyau du groupe comprend deux assistants financs par le FNRS, Laurent Colonna d'Istria depuis oct. 2006, Grgoire Nicolet depuis juin 2008, et la photographe de notre Facult, Viviane Siffert ; il s'augmente, en fonction des disponibilits et des circonstances, du Prof. Manfred Krebernik (universit de Jena), du Dr. Margaret Jaques (charge de cours l'universit de Zurich et matre-assistante au projet FN du CISA), du Prof. Imad SamirCharpin D. et Durand J.-M., Fils de Simal : les origines tribales des rois de Mari , RA 80, 1986, pp. 141-183, particulirement p. 152.253Studia Orontica (universit de Damas), des doctorands et tudiants qui acceptent de s'engager dans ce travail ou d'y participer pour leur formation : Mathilde Crevoisier (MA), Anne-Caroline Rendu (doctorande) ; Aude Seigne (tudiante en MA) et quelques autres. Le Prof. Dominique Beyer (universit de Strasbourg) tudie les scellements. Tout ce projet n'est possible que grce la collaboration avec les membres de la Direction Gnrale des Antiquits et des Muses de Syrie, son directeur le Dr. Bassam Jamous, le Directeur des Fouilles, le Dr. Michel Al-Maqdissi et la conservatrice Mme Muyassar Yabroudi. Dans l'ensemble, les textes sont par la date, l'origine et la typologie, trs proches de ceux dj publis par H. Limet (ARM XIX) ; le dchiffrement progressif nous a permis de comprendre un peu mieux le fonctionnement de l'administration du palais l'poque des gouverneurs shakkanakku. Presque tous les textes vus jusqu' aujourd'hui sont en effet administratifs. Ce type de textes ne peut tre tudi efficacement que de manire quantitative, mais on a dj acquis certains rsultats concernant en particulier : 1) le dialecte, encore trs mal connu, de Mari l'poque. Malgr le nombre restreint de formes verbales et le caractre formulaire de la langue, il y a assez de termes akkadiens pour nous permettre de mieux connatre quelques particularits grammaticales et lexicales de la langue ; 2) l'histoire de la fin de la priode dite 'shakkanakku'. Il est dsormais dfinitivement tabli que, comme l'avait dj montr J.-M. Durand 3, nos textes datent de l'extrme fin de la priode, peut-tre de la toute dernire anne o fonctionna le systme administratif dans cette configuration. Un lot de textes un peu particulier concernant de riches tissus et d'autres biens de prestige recle une quantit d'informations trs importantes. Les rcipiendaires de ces cadeaux ou changes (souvent ingaux) de prestige peuvent tre des chefs, des personnages importants parfois attests dans la documentation pistolaire et historique des annes immdiatement suivantes : on retrouve en particulier Iagid-li'im, pre de Iahdun-li'im, qui ne tardera pas rgner Mari ; Il'e-kabkabu, pre de Samsi-Addu, le fondateur du royaume de Haute Msopotamie, qui englobera toute la Jezire d'Assur Mari ; et aussi un certain Aminum (Yaminum?), un autre conqurant audacieux, peut-tre un frre de Samsi-Addu, connu par la liste royale assyrienne comme un anctre des rois assyriens et par les chroniques ponymales comme un adversaire du roi d'Eshnunna Ipiq-Adad4 (voir les textes cits ci-dessous sub prsents somptuaires). Nous prsentons ci-dessous quelques extraits des dossiers que nous pouvons dj interprter, au moins partiellement, avec assez de vraisemblance. Nous n'avons pas encore attribu de numrotation continue aux textes, ce que nous ne ferons qu'au moment de l'dition finale, mais nous avons dj regroup les textes thmatiquement proches.a) systme graphique et la langue des textes : ce jour, nous avons relev de nombreuses particularits dialectales qui rapprochent3 4Durand J.-M, art. cit., M.A.R.I. 4, p. 160-170. Birot M., Les chroniques assyriennes de Mari , M.A.R.I. 4, 1985, p. 219-242, plus particulirement p. 221.54Studia Orontica la langue de Mari du monde nord-syrien et ouest-smitique 5. Parmi les particularits morphologiques on peut relever entre autres une alternance de la nunation et de la mimation, parfois dans le mme texte ; -i (SI) comme pronom suffixe gnitif 3me pers. fm. sing. etc... Parmi les particularits lexicographiques caractristiques on citera entre autres : --- pu-U (puw?), un produit utilis pour la tannerie ou la teinturerie (correspondant l'akkadien ratum), qu'on retrouve Ougarit6.TH02-T356 f. 1. 60 ma-a-nu / sa2-pu-u-tum | 2. 50 GIN2 pu-U | 3. 85 GURU / u a3-pa2-im | tr. inf. et r. 4. i [(x)] x / [(x)] | 5. espace vide | 6. E3-A | [i]-din-il3-a-ba4 | 7. 8. 28 UD ITI / dda-[gan]60 paires de sandales paisses 50 sicles de puw 85 hommes qui les traitent pour . Sortie Iddin-Ilaba Jour 28, mois viiiVoir galement dans lARM XIX :ARM XIX 290 f. 1. 10 GIN2 / pu-U | 2. i 2 ma-a-ni-/in4 | (espace vide) r. 3. [UD].DU-A | 4. i-din-il3-a-ba4 | 5. 20 UD ITI / KIN ARM XIX 306 f. 1. 5 GIN2 / pu-U | 2. i ta2-a-pi2-sa2-tin | 3. E3-A | r. 4. sil2-l[a2-d]/nu-[nu] | 5. [n UD ITI ]10 sicles de puw pour 2 paires de sandales Sortie Iddin-Ilaba. Jour 20, mois xii.5 sicles de puw pour des baudriers 7 Sortie Silla-Nunu DateVoir pour plus de dtails Colonna d'Istria Laurent, volution des traditions culturelles dans la valle du Moyen Euphrate de la fin du Bronze ancien au dbut du Bronze moyen (thse Lyon II Lumire, soutenance prvue en 2009). 6 Del Olmo Lete G. et Sanmartin J., A Dictionary of the Ugaritic Language in the Alphabetic Tradition, 2004 (2me d.), p. 688-689. 7 Le terme ta2-a-pi2-sa2-tin, forme fm. pl. pourrait tre une forme dialectale de taapum.555Studia Orontica WA-an-tum, duel : WA-an-ta2-an, pluriel : WA-na-tum < sem. yawnatun 'colombe', avec abrgement de la premire syllabe (?) ; le mot akkadien correspondant est summatum, comme le montre clairement la glose mariote :Emar 555, l. 71. 8 F. (Msk 74158r) K (Msk 7467) SUMERIEN [] MIN TU akkadien su-um-ma-tu su !-ma-tu4 mariote PI(wa)-at-tu4TH02-T376 f. et tr. inf. 1. 2 Wa-an-/ta2-an | 2. U KIR11 | 3. E3-A | 4. i-din-i3-li2 | r. 5. espace vide | 6. 6 UD ITI / la2-i-imTH02-T345 f. 1. 1 Wa-an-tum | 2. U KIR11 | 3. E3-[A] | 4. i-din-i3-li2 | r. 5. espace vide | 6. 7 UD ITI / la2-i-imTH02-T39 f. et tr. inf. 1. 3 Wa-na-tum | 2. U KIR11 | 3. 1 Wa-an-tum / U2 | 4. E3-A | 5. i-din-i3-li2 | r. 6. espace vide | 7. 8 UD ITI / la2-i-imRemarque. Le U KIR11, auquel est destine la colombe dans de nombreux textes, y compris ceux cits cidessus, reste inexpliqu.Le logogramme KUR employ pour 'champ' trahit une lecture adm, comme en ougaritique d 9 (et non eqlum comme en akkadien). On le trouve dans le texte TH02T290a, un texte exceptionnel que nous donnons ici : il mentionne les dpenses effectues pour les travaux de prparation des champs.Arnaud D., EMAR VI.4, 1987, p. 131. Del Olmo Lete G. et Sanmartin J., A Dictionary of the Ugaritic Language in the Alphabetic Tradition, 2004 (2me d.), p. 807-809.9 856Studia Orontica TH02-T290a f. 1'. [x] x [x] x | 2'. u? ma-WA-[ri2] | 3'. 24? giAPIN u E / 1BARIGA 4BAN2 i 1 GANA2 KUR | 4'. 1 A-GAR3 5 GUR E-NUMUN / u 60 GANA2 KUR 3BAN2-TA 1 GANA2 | 5'. 24 TUR.U u 6 SILA3-TA / za-ar-u2-tum | tr. inf. 6'. 24 TUR.U u 6 [SILA3-(TA?)] / u kir-ba-ni u2 ma-i | r. 7'. 2BAN2 4 SILA3 NINDA 4BAN2 8 SILA3 KA / 24 u2-ka3-ku-tum / 1 SILA3 NINDA 2 SILA3 KA-TA | 8'. [n] GUR tal-qi2-tu[m] | 9'. []u E-NUMUN | 10'. 1 ME-AT 10 TUR.U / []u 6 SILA3-TA x ba-tu i?-in4 u2 [...] | 11'. [x x] x [x] x NINDA? | ... Traduction : 1'. 2'. des glbes 3'. 24? charrues (semer) le grain, 100 litres pour 1 iku de champs. 4'. 1800 litres de semence correspondant 60 iku de champ 30 litres par iku 5'. 24 gars 6 litres chacun : semailles 6'. 24 gars 6 litres chacun affects aux mottes et leau 7'. 24 litres de pain et 48 litres de bire 24 (gars) : binage 1 litre de pain et deux litres de bire chacun 8'. [n 120] litres : glanage 9'. de semence 10'. 110 gars 6 litres chacun b) Structures administratives et datation des textes :De trs nombreux documents concernent la gestion des crales, souvent issues par les mmes administrateurs. Mme ce stade intermdiaire de notre travail, les recoupements nous permettent d'valuer si nos documents couvrent une ou plusieurs annes, car nous n'avons aucun autre repre chronologique (les textes dchiffrs jusqu'ici ne sont au mieux dats que du jour et du mois). Sans prjuger des rsultats de nos recherches futures, la vraisemblance est trs forte qu'on a faire avec cette archive une 57Studia Orontica seule anne, peut-tre mme moins pour certains bureaux.TH02-T155 f. 1. 5BAN2 4 1/2 SILA3 / ku-ku-u | 2. espace vide | r. 3. GURUM2 ra-ma-/dda-gan | 4. 6 UD ITI / a-bi TH02-T27 f. 1. 1 PA2-AN / 3 1/2 SILA3 / ku-ku-u | tr. inf et r. 2. GURUM2 ra-ma-/dda-gan | 3. espace vide | 4. 1 UD I[TI] / dKUR | TH02-T266 f. 1. [4BA]N2 1/2 SILA3 / ku-ku-u | tr. inf. et r. 2. espace vide | 3. GURUM2 ra-ma-/dda-gan | 4. 20 LA2 1 UD / [IT]I dKUR TH02-T181 f. 1. 1 PA2-AN / 3 SILA3 / ku-ku-u | r. 2. espace vide | 3. GURUM2 ra-[ma]-/dda-gan | 4. 1 UD ITI / dAMA!.KI TH02-T427 f. 1. 3BAN2 6 SILA3 / ku-ku-u | 2. GURUM2 ra-ma-/[d]da-gan | tr. inf. et r. 3. 21 UD ITI / IM-UD.UD | TH02-T268 f. 1. 5BAN2 3 1/2 SILA3 / ku-ku-u | tr. inf. 2. espace vide | r. 3. GURUM2 ra-ma-/dda-gan | 4. 28 UD ITI / [I]M-UD.UD TH02-T86 f. 1. 3BAN2 6 SILA3 / ku-ku-u | r. 2. GURUM2 it-lal3-/dda-gan | 3. 28 UD ITI / li-li2-a-tin TH02-T222 f. 1. 1BAN2 5 1/2 SILA3 / ku-ku-u | r. 2. GURUM2 / it-lal3-/dda-gan | 3. 3 UD ITI / KINTH02-T107 f. 1. 4BAN2 LA2 1/2 SILA3 / ku-ku-u | 2. GURUM2 it-lal3-/dda-gan | r. 3. 5 UD ITI / ta-ni-tinTH02-T253 f. 1. 3BAN2 5 SILA3 / ku-ku-u | 2. GURUM2 it-lal3-/dda-gan | r. 3. 6 UD ITI / ta-ni-tinTH02-T193 f. 1. 3BAN2 3 SILA3 / ku-ku-u | 2. GURUM2 it-lal3-/dda-gan | r. 3. 10 UD ITI / ta-ni-tin 4. TH02-T241 f. 1. 1BAN2 / ku-ku-u | tr. inf. et r. 2. espace vide | 3. GURUM2 it-lal3-/dda-gan | 4. 30 LA2 1 UD ITI / ta-ni-tin58Studia Orontica D'aprs la mnologie, il semble que la gestion du bureau concern soit passe de RamaDagan, qui contrle (GURUM2) pour les mois iv, vi, vii, viii et xi, Itlal-Dagan, qui le fait au mois xii et au mois intercalaire. Nos textes contiennent de nombreux logogrammes, dont certains mots-clefs, comme mu-DU 'entre', E3-A 'sortie', emprunts l'administration sumrienne et dont la lecture akkadienne est difficile dterminer. Les mots-clefs akkadiens, comme mu-KU-tum (muqtum/muquttum? littralement 'chance'?), ne sont pas toujours plus clairs. Notre reliquat d'archive donne une sorte de vue en coupe de l'organisation conomique du palais cette poque, qui reposait sur divers bureaux dirigs par des fonctionnaires dtenteurs de diverses responsabilits. Les tablettes sont souvent trs mal prserves, mais si standardises qu'on peut les restituer, malgr leur dlabrement, condition de reconnatre la typologie ou l'administrateur responsable. Nous avons observ par exemple que l'intendante (MUNUS.AGRIG), dj bien atteste dans ARM XIX, fait sortir (E3-A) du pain (NINDA) et de la farine d'peautre (ZI3 ZIZ2-AN), mais contrle (GURUM2) le pain SUR (= ?) et la farine GU : la premire catgorie tait sans doute issue directement par son administration, tandis que la deuxime transitait seulement par elle. En rassemblant les informations de ce type, on peut essayer de reconstituer schmatiquement la chane des produits alimentaires dans le palais.A-Sortie (E3-A) du NINDA, et ZI3-ZIZ2-AN TH02-T435 f. et tr. inf. 1. 1BAN2 4 SILA3 / NINDA | 2. SILA3 ZI3 ZIZ2-AN | tr. inf. et r. 3. espace vide | 4. E3-A | 5. MUNUS-AGRIG | 6. 27 UD ITI / e-bir5-tin TH02-T165 f. 1. 1BAN2 3 SILA3 / NINDA | 2. 1BAN2 5 1/2 SILA3 / ZI3 ZIZ2-AN | tr. inf. et r. 3. espace vide | 4. E3-A | 5. MUNUS.AGRIG | 6. 1 UD ITI / dda-gan TH02-T139 f. 1. 4BAN2 3 1/2 SILA3 / NINDA | 2. espace vide | r. 3. E3-A | 4. MUNUS.AGRIG | 5. 30 LA2 1 UD ITI / dNIN-KI-TUL2 B- Contrle (GURUM2) de SUR, GU et ZI3-GU TH02-T225 f. 1. 8 SILA3 / SUR | 2. 1BAN2 G[U] | r. 3. espace vide | 4. GURUM2 MUNUS.IGI./DUB | 5. 5 UD ITI / ma-al-/ka3-ni TH02-T411 f. 1. 8 SILA3 / SUR | 2. 1BAN2 ZI3-GU | 3. espace vide | r. 4. GURUM2 MUNUS.IGI-/DUB | 5. 7 UD ITI / la2-i-im TH02-T59 f. 1. 8 SILA3 SUR | 2. espace vide | r. 3. GURUM2 MUNUS.IGI./DUB | 4. 6 UD ITI / dKUR59Studia OronticaTH02-T373 f. et t. inf. 1. nBAN2 3+n SILA3 / NINDA | 2. 1BAN2 ZI3 ZIZ2-AN | tr. inf. et r. 3. espace vide | 4. [E3]-A | 5. [MUNUS.IGI].DUB | 6. n UD ITI / KIN TH02-T306b f. 1. 8 SILA3 SUR | 2. 5BAN2 GU | 3. [espace vide] | r. 4. [GURUM2 MUNUS.]IGI./DUB | 5. 14 UD ITI / KINTH02-T166 sqq., dats du mois de laum, montrent des livraisons de pains lahhum (la2-i-im) ; comme les dates tournent toutes autour du 20, on a une hypothse pour la date d'une fte qui donnait son nom un pain et un mois. Malheureusement les dtails concrets sur les rituels sont rarissimes.TH02-T073 f. 1. 1 M[UNUS] 2. i NINDA la2-[i]-/im r. 3. espace vide 4. E3-A 5. Za-na-Pum 6. 20 LA2 1 UD ITI / la2-i-[im] TH02-T309c f. 1. 1 PA2-AN E 2. 1BAN2 2 SILA3 ZIZ2-AN 3. i NINDA la2-i-/im r. 4. espace vide 5. E3-A 6. [Za]-na-Pum 7. [n] UD ITI / [la2]-i-im TH02-T166 f. 1. 1 MUNUS 2. i NINDA la2-i-im r. 3. espace vide 4. E3-A 5. Za-na-Pum 6. 21 UD ITI / la2-i-im TH02-T236 f. 1. [1 PA2-AN E] 2. [1BAN2 ] 2 SILA3 ZIZ2-AN 3. i NINDA la2-i-im tr. inf. et r. 4. espace vide 5. E3-A 6. Za-na-Pum 7. 18 UD ITI / la2-i-im TH02-T095 f. 1. 1 MUNUS 2. i NINDA la2-i-/im r. 3. espace vide 4. E3-A 5. [Za]-na-Pum 6. [n] UD ITI / [la2]-i-im TH02-T382 f. 1. 1 PA2-AN E 2. 1BAN2 2 SILA3 ZIZ2-AN 3. i NINDA la2-[i]-/im tr. inf. et r. 4. espace vide 5. E3-A 6. Za-na-Pum 7. 20 + n UD ITI / la2-[i]-imLa technologie : A l'occasion nos textes contiennent des dtails intressants dans ce domaine. Le forgeron u billim 'd'alliage' tait dj connu par ARM XIX ; nos textes ajoutent des dtails sur les proportions de l'alliage : en moyenne 16 p. cent (certainement d'tain par rapport au cuivre).60Studia OronticaTH02-T50 f. 1. 8 MA-NA / 55 GIN2 / bi-lum | 2. u 20 GIN2-TA | 3. KI-LA2-BI | tr. inf. 4. n AR-a3-tin TUR | 5. sa2 IR11 LUGAL | r. 6. ir3-ib-dda-gan | 7. im-ur | 8. espace vide | 9. E3-A | 10. a-i-la2-ab-la2-at | 11. 11 UD ITI / dKUR 8 mines et 55 sicles dalliage 20 sicles par mine, poids de n petites boucles du serviteur du roi. Irib-Dagan a reu. Sortie Ai-lablat. Jour 11, mois vi.TH02-T461 f. 1. 20 LA2 G[IN2] / bi-lum | 2. u 8 GIN2-TA | 3. KI-LA2-BI | 4. 6 AR-a3-tin TUR | tr. inf. et r. 5. i TUR.U | 6. ir3-ib-d/da-gan | 7. im-ur | 8. espace vide | 9. UD.[DU]-a | 10. [NP] | 11. [n UD ITI] / a-bi19 sicles et demi dalliage 8 sicles par mine, poids de de 6 petites boucles pour le(s) domestique(s) ; Irib-Dagan a reu. Sortie NP Jour n, mois iv.c) Donnes d'intrt historique plus large :Deux dossiers sont particulirement intressants : celui des prsents somptuaires et celui que nous pourrions appeler des prix . Ils donnent pour des raisons de gestion qui nous chappent, l'quivalent argent de certains biens.61Studia Orontica Les prsents somptuairesCe sont les textes les plus parlants de notre corpus. Dans TH02-T144 Aminum reoit un vtement nazizum galon et un repose-pied. Il s'agit certainement de cadeaux de prestige. Les prix sont indiqus, comme c'est normalement le cas pour les objets les plus prcieux, mais beaucoup plus rarement pour l'huile fine. Quand la sortie d'objets prcieux du palais rpond un apport de moutons, comme c'est assez souvent le cas, la valeur des objets mariotes est toujours plus leve que celle des moutons. Le contre-don a plus de valeur que le don. Le fait essentiel est qu'on constate des rapports polics entre les chefs amorrites et la ville de Mari, puisque les biens s'changeaient frquemment. Nous avons donc dsormais acquis grce ces textes un ancrage chronologique et historique certain et une meilleure documentation du processus qui mena la dislocation du pouvoir urbain de Mari et son remplacement par des chefs de tribus amorrites. Les quelques autres personnages mentionns dans les mmes contextes, Zakirum, Inud-Li'im (Yanud-Li'im) et d'autres, nous sont inconnus, mais ils ont d tre eux aussi des acteurs importants dans la vie politique de ces temps mouvements. D'autres rcipiendaires de ces prsents ont pu tre des personnages sans lien avec la politique, rcompenss pour une raison ou une autre. Par ailleurs nos textes n'clairent gure sur la structure du pouvoir Mari : un akkanakku est encore prsent, mais il est aussi fait allusion un roi, dont nous ne savons mme pas s'il rsidait Mari.TH02-T20 f. 1. 2 UDU 3 IGI.4 GIN2 / SA10-u-ni | 2. MU-DU | 3. u za-ki-ri2-im | 4. 1 TUG2 na-zi-zum / u su2-nim | tr. inf. 5. 10 GIN2 / SA10-u | r. 6. za-ki-ru-um | 7. i-da-e4-tar2 / NAR | 8. u-bil3-um | 9. 6 UD ITI / dNIN-KI-TUL2 2 moutons : leur prix 3 1/4 de sicle, apport de Zakrum. 1 vtement nazzum galon : 10 sicles : son prix, () Zakrum Id-Etar, le chantre, lui a port. Jour 6, mois x.62Studia Orontica TH02-T23 f. 1. 1 TUG2 na-zi-zum / 12 GIN2 SA10-u 2. 1 AR-U KU3.BABBAR / 10 GIN2 KI-LA2-BI tr. inf. et r. 3. NIG2-GU2-DU | 4. ad-ba-ni-/ma 5. ni-in4 nu-ur2-/i3-li2 NAR 6. nu-u-bil3-/um 7. 20 LA2 1 UD ITI / IM-UD.UD 1 vtement nazzum : son prix 12 sicles, 1 bracelet dargent dont le poids est de 10 sicles, prsents ; () Adbanima nous, par Nr-ili, le chantre, lui avons fait porter. Jour 19, mois xi.TH02-T96 f. 1. 3 SILA3 I3-DU10 | 2. i-ki-id-li-im | 3. i-din-ma-ma | 4. espace vide | 5. 3 SILA3 I3-DU10 | tr. inf. 6. ir3-ra-a-/bi-it | r. 7. i-ar-i3-li2 | 8. espace vide | 9. u-ub-la2-u-/ni-i | 10. 12 UD ITI / KIN 3 litres dhuile fine, () Igd-Liim Iddin-Mamma. -------------------3 litres dhuile fine, () Erra-bit Iar-il. -------------------Ils(duel) leur(duel) ont port Jour 12, mois xiil. 9. yubluni ; la forme verbale est mise en facteur : les sujets sont Iddin-Mamma et Iar-il (ce qui explique le -a du duel) et les deux destinataires sont Igd-Liim et Erra-bit (-uni)63Studia Orontica TH02-T144 f. 1. 1 TUG2 na-zi-zum / u su2-nim | 2. 16 GIN2 SA10-u | 3. 1 ki-tap-pum | 4. 7 GIN2 / SA10-si | tr. inf. et r. 5. a-mi3-num | 6. espace vide | 7. ri2-im-[sa2-]/i3-li2 / DUMU ab-ba | 8. u-bil3-um | 9. espace vide | 10. 13 UD ITI / e-bir5-tin1 vtement nazzum galon : 16 sicles : son prix, 1 repose-pied : 7 sicles : son prix, () Aminum, -------------------Rima-ili, fils de Abba, lui a port -------------------Jour 13, mois v.TH02-T171 f. 1.1 TUG2 4 LA2 IGI.4 GIN2 / SA10-u | 2. 2 GIN2 KU3.BABBAR | 3. i3-la2-am?-ma-lik / si-pi[r6] | tr. inf. 4. i-ki-id-/li-im | r. 5. ab-ba / AGA.U-U | 6. i-din-um | 7. 12 UD ITI / ma-al-ka3-ni1 vtement : son prix 3 sicles 3/4, 2 sicles dargent, () Ilam-malik, envoy dIgd-Liim, Abba, le soldat, lui a donn. Jour 12, mois ii.Remarque. Les documents de ce bureau peuvent, encore qu'exceptionnellement, tre formuls la premire personne du pluriel : ni-in4 nu-ur2-i3-li2 NAR nu-u-bil3-um "nous lui avons fait porter par Nur-ili le chantre" (TH02-T23). Qui parle? Certainement quelqu'un du palais, trs proche du pouvoir.64Studia Orontica Les prix :Un des bureaux grant les ovins mentionne galement la valeur en argent avec l'quivalence en orge. Curieusement deux systmes d'quivalence sont attests, l'un o le sicle d'argent vaut environ 3 gur, l'autre environ 1 gur et demi.TH02-T400 f. 1. 3 1/2 GIN2 10 E / KU3-BABBAR | 2. SA10 6 UDU.UDU | 3. in 3 GUR-TA| 4. i 1 GIN2 | tr. inf. 5. i E2-GAL | r. 6. ab-ba-la2-[i3] | 7. im-ur | 8. E3-A | 9. i3-li2-bi | 10. 8 UD ITI / NIG2 NI-SAG f. 1. 2. 3. 4. tr. inf. 5. r. 6. 7. 8. 9. 10. 3 sicles et demi et 10 grains dargent prix de 6 moutons, selon (un taux) de 3 gur pour un sicle, pour le palais, Abba-lai a reu. Sortie Ili-ibi Jour 8, mois i. TH02-T68 f. 1. 1 GIN2 KU3.BABBAR / 3 SILA3 E | 2. SA10 1 UDU | 3. in 1GUR 1BARIGA GUR-TA | 4. 1 PA2-AN E | tr. inf. et r. 5. i NINDA u2 KA | 6. i GANUN sa2 : / : UR | 7. e4-tar2-a-li-a | 8. espace vide | 9. E3-A | 10. i3-la2-ak-al-ni | 11. 14 UD ITI / a-bi f. 1. 1 sicle dargent et 3 litres de grain 2. prix dun mouton, 3. selon (un taux) dun gur et demi (pour un sicle), 4. un demi gur de grain tr. inf. et r. 5. pour du pain et de la bire 6. pour le magasin de . 7. Etar-liya 8. ---------9. Sortie 10. Ilak-alni. 11. Jour 14, mois iv.3. Les dernires fouillesLes fouilles de Mari sont dsormais diriges par P. Butterlin (universit de SaintQuentin en Yvelines). Durant les campagnes 2006 et 2007 on a travaill dans le secteur Sud-Ouest du palais et retrouv dans les fondations du palais shakkanakku une dizaine de tablettes parses remontant, en juger par la palographie, l'poque des grands shakkanakku, correspondant l'poque d'Ur ou peut-tre mme plus haut10. Malgr leur petit nombre, ces tablettes ont donc une importance particulire.10Voir le rapport des campagnes 2005-2006 Butterlin P., Les nouvelles recherches archologiques franaises Mari (2005-2006) , Studia Orontica II, 2008, pp. 61-82 (article galement disponible sous forme lectronique sur le site http://studiaorontica.org//).65Studia OronticaTH07-T5 f. 1. 2. 3. 4. 5. 6. r. 7. 8. 9. 16 SIMUG 2BAN2 2 2/3 SILA3 NINDA-u-nu 1BARIGA LA2 1BAN2 2 SILA3 KA-u-nu 6 SIMUG 1BAN2 2 SILA3 KA-u-nu u 1 UD A.RA2 27-KAM espace vide ITI Gi-iZ-Gi-Zum16 forgerons, 22 2/3 litres : leur pain, 48 litres : leur bire 6 forgerons, 12 litres : leur bire (quantit) pour 1 jour 27me fois ------------------Mois de KiskisumNotez le mois de Kiskisum, qu'on retrouvera l'poque amorrite.Campagne 2008Du 15 septembre au 20 octobre 2008 Anne-Caroline Rendu a particip, grce au soutien du CISA, aux fouilles comme archologue et pigraphiste. Elle a rdig le rapport pigraphique sur l'unique document dcouvert : une inscription de fondation du shakkanakku Apil-kin (contemporain d'Ur-Nammu d'Ur, ca 2100 av. J.C.) dj connue par la publication d'Andr Parrot et Georges Dossin11 et souvent republie. Son importance est dsormais grandie, car elle fut retrouve in situ dans le mur du temenos , liaisonn langle Sud-Est du 'massif rouge'. Cette dcouverte nous permet d'une part de dater le dernier tat du 'massif rouge', qu'on croyait jusque-l beaucoup plus ancien, d'autre part de mieux cerner la nature des constructions entreprises par ce souverain : ce qu'on croyait tre une entre monumentale comprenait aussi une haute terrasse.Bilan et perspectiveQuel que soit le point que nous aurons atteint dans l'exploitation du matriel, nous nous sommes engags prsenter une publication pour la fin de l'an 2009. Mme si tout n'est pas tudi, notre travail devrait au moins reprsenter une avance importante dans l'tude de l'poque des shakkanakku.Parrot A., Les fouilles de Mari, sixime campagne (automne 1938) , Syria 21, 1940, pp. 6-8 et Dossin G., Inscriptions de fondation provenant de Mari , Syria 21, 1940, pp. 159-161.1166Studia Orontica Avancement du travail d'ditionLe travail est souvent monotone et ardu, les tablettes souvent sales et brises en tout petits fragments. En termes quantitatifs nous avons trait au terme de deux campagnes cinq cartons sur quatorze, c'est dire environ 500 botes (mais un nombre plus considrable de tablettes, car une bote peut receler des fragments de diverses tablettes), sur un total d'environ 1140, donc un peu plus du tiers. Les progrs dans l'interprtation du matriel sont lents, mais assez importants : nous en avons voqu quelques uns plus haut. Si monotones que soient ces textes, ils nous font revivre leur faon une poque de transition prcdant la prise de pouvoir par des condottieri amorrites avides de remplacer les aristocraties locales. Publications prvues : nous comptons imprimer le corpus avec l'interprtation archologique du fouilleur qui nous l'a confi, Jean-Claude Margueron, dans la srie MAM (Mission Archologique de Mari) et diffuser terme les documents sur le site du CDLI, dont la vocation est de publier lectroniquement et gratuitement les documents cuniformes sous forme de photos et translittrations, offrant aux tudiants et aux chercheurs un outil inestimable.AbrviationsARM : Archives royales de Mari. CDLI : Cuneiform Digital Library Initiative. CISA : Centre international de sciences affectives (projet FNRS). FNRS : Fonds National de la Recherche Suisse.67Studia Orontica (Pl. 1)(Photo V. Siffert, Universit de Genve)(Damas Muse National)68Studia Orontica )7( : . . .96Studia Orontica )5( : : " ." )6( : "" . .07Studia Orontica )4( : . ) ( .17Studia Orontica )2( : . )3( : "" . : " 1 457 ." 244 .1 " " . 27Studia Orontica . " " " " . . . 457 244 ) (. ) 5( ) 4(. 244 . ) 4(. " " ) (. . ) 6( . . ) ( . ) (. 37Studia Orontica : : 244 ) (. 094 244 . . . !! !! : 1- . 2- . 3- . 4- . 5- . . . . . "" : . . . . 47 Studia Orontica ) (1 ) ( ) 2(. ) 7(. 244 ) 3( 094 !! " " 244 . ) ( . . . ) ( . . . 1 "" " " . 57Studia Orontica "" ) ( " " . "" " " . . )1( : .67Studia Orontica 6 - . . 7- . 8- ) ( . 9- . . 01- . 11- . . . 313 . .77Studia Orontica . . . . . 2- . " " . : )1 : 92( " " )1 : 63( " ". 3- . . "" "" . . . 4- ) ( . . . 5- . . " " Fauna ) 1 : 5(.87Studia Orontica - )1( ) ( ) ( . )( . )( . 1- . . 97Studia Orontica )6( : . )7( : .08Studia Orontica )4( : 5. )5( : .18Studia Orontica )2( : .) 3( : .28Studia Orontica ) ( Griffin . . . 4. ) 7( . .) 1( : .38Studia Orontica . ) ( : :" 364 ) ( ) ( ." ) ( 251 . Antoninus Pius 831- 161. . 2. : ) 4( . : . . . ) ( ) (. . ) 5( : . 3. ) 6( . :48Studia Orontica .- 002 100x100x . . . .- 1. ) 3( . " " ) ( : . ) (Hesperos ) (Phosphoros . ) ( ) ( . . . . ) ( . 58Studia Orontica 71 12 6002 61 6002 ) ( ) 1(. 81 . 32 6002. . ) 2( .68Studia Orontica "1. "" Betomarsias " " " " . "" " " .1 "" "". 78Studia Orontica . 1 "" "" . "" "" . " " . " " " " . "" ) ( . " " "" . Orontes Oronte . "". ) (. " Axios Potamos " " " " " "" " " " " Typhon " . " Marsyas Campus " . " " " Belus" . "" ) ( "" . "" . "" " " " " " "2 "" " 1 : ) ( ) (. 2 ) ( ) ( ) (. 88Studia Orontica "" . . . " "1 0761 4671 Arrowsmith 8281 . . . 1 . " " . 98 Studia " Orontica " ) ( Studia Orontica 0Studia Orontica : . : . : . : . 7 9 42 33 24 15 : )1(. : . : )( -. : ) (. : ) (. : . : . : 21 71 6002. : .www.StudiaOrontica.org9768 981Studia Orontica 2