Statines et rejet de greffe : au-delà du cholestérol, l'immunité

  • Published on
    03-Jul-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • Actualit6s

    Statines et rejet de greffe : au-del du cholest6rol, I'immunite L'emploi des statines, hypolipemiants les plus r~cents, clans la strat~gie anthrejet apr~s transplantation cardiaque, a ~t~ propos~ pour la premiere fois en 1995 par des ~quipes de Los Angeles et Boston(t), qui font aujourd'hui r~.f~rence.

    L es cliniciens americains notaient que ,, apres transplantation cardlaque, la pra-

    vastatine montre des effets b~n~fiques sur les taux de cholesterol, I'incidence du rejet

    (habituellement) responsable de defaillance

    hemodynamique, la survie a un an et /'inci- dence de I'art#riopathie coronaire ,,.

    Cette etude indiquait pour la premiere fois qu'il existe plus d'une vole bioiogique de maftrise du phenomene de rejet. Outre ieur activit6 hy- pocholesterolemiante (LDL-cholesterol), qui motive I'essentiel des prescriptions, les statines ont une action anti-inflammatoke - un de leurs effets marginaux dits ,, pleiotropes ,,. L~effet im- munitaire en est I'un des plus etonnants. Si une autre molecule de la meme classe the- rapeutique, la simvastatine, montre les memes effets de maJtrise de la progression de la maladie

    Le 26 avri11968, te Pr Christian Cabrol rentrait dans I'histoire et sous les feux m#dlatiques en r~ussissant la premiere greffe du coeur jamais effectu~e en Europe, sur le patient Clovis Roblin.

    du greffon et d'amelioration de la survie & 4 ans(2), notamment par Fimpact sur I'endothelium - dont la fonction est desequilibree par I'hypercholes- terolemie (3) - ces hypolipemiants ont un impact beaucoup plus specifique.

    Stat ines e t immuni t6

    Une recente etude(4) attribue enfin aux statines une fonction immunomodulatrice, qui s'exerce- rait par inhibition de I'expression, via I'interferon gamma, des molecules HLA de type 2 du com- plexe majeur d'histocompatibilite (CMH-II), no- tamment responsable de l'activation lympho- cytaire qui joue un rele-cle dans le rejet. Cette inhibition interviendrait au niveau trans- criptionnel en freinant I'activite des CD 4 avec baisse de la secretion de cytokines pro-inflam- matoires - d'oQ par aiUeurs etude du blocage des recepteurs de I'lL-2 par un anticorps monoclo- nal. Les statines agissent egalement au coeur de la cellule en tant qu'hypolipemiants. A I'origine, d'ailleurs, les effets des statines sur le devenir de la fonction du greffon et de la survie des pa- tients n'etaient attribues qu'& I'activite hypoli- pemiante. Ce constat, vedfie in vitro, montre qu'on peut frei- her le processus de presentation de I'antigene aux cellules T, & I'origine des premieres etapes du rejet, mais egalement certains phenomenes vasculaires lies & la reaction globale de rejet, telle I'acceleration de I'atherosclerose des ar- teres coronaires (maladie du greffon). Un cho- lesterol serique biologiquement ,, normal ,, apres greffe n'est pas forcement un facteur de pro- tection contre la maladie du greffon, dont le seul traitement actuel est la retransplantation. Ueffet immunomodulateur des statines pourrait trouver des applications dans le traitement d'autres pathologies d'origine immunitaire, tel le diabete de type 1. Quant au ph~nomene inflammatoire qui carac- terise {e processus de rejet du greffon, il peut gtre egalement evalu6 par dosage de la CRP (pro-

    i Le du coaur peut ~tre un parcours parcours du combattant.

    teine C reactive), qui peut 6tre predictive d'eve- nements cardiovasculakes ou I'inflammation est le primum movens. Un autre travail (5) vient de mon- trer que la prescnption d'une statine, la Iovastatine, suggere que, en plus de leur capacite & redui- re le LDL-cholesterol, ces molecules exercent un effet anti-inflammatoire qui reduit le risque d'evenements coronadens.., m~me quand le LDL est biologiquement ,, normal ,,.

    J.-M. M.

    m ";IV. EngL J. Med. 333 (1995) 621-627 et RFL 329 (2001) 13. ~,J Circulation 95 (1997) 1126-1131. ~'J Arterioscler. Thromb. 20 (2000) 728-736. ~'~ Nat. Med. 6 (2000) 1399-1402. ~N. EngL I Mecl. 344 (2001) 1959-1965.

    1 0 Revue Frangaise des Laboratoires, octobre 2001, N 336