Splénose péritonéale simulant une carcinose péritonéale : à propos d’un cas

  • Published on
    02-Jan-2017

  • View
    219

  • Download
    3

Transcript

  • Journal de Radiologie Diagnostique et Interventionnelle (2012) 93, 941944

    LETTRE / Digestif

    Splnose pritonale simulant une carcinosepritonale : propos dun cas

    A.C. Aka,, A. Menzli a, J.-C. Lecomtea,A. Mampassi-Makayaa, D. Valleixb

    a Service dimagerie mdicale, centre hospitalier gnral de Guret, BP 159, 39, avenue de laSnatorerie, 23011 Guret cedex, Franceb Service de chirurgie viscrale, hpital Dupuytren, CHU de Limoges, 2, avenue

    Martin-Luther-King, 87042 Limoges cedex, France

    MOTS CLSSplnose ;Carcinose ;Tomodensitomtrie ;Exrse

    La splnose pritonale est une entit rare [1], difficile diagnostiquer car pouvant mimerdes affections pritonales ou des tumeurs des organes pleins [1,2]. Nous rapportons uncas de splnose pritonale de prsentation diffuse simulant une carcinose pritonalepour lequel le diagnostic de certitude a pu tre ralis grce lexrse dun nodule sousclioscopie avec examen anatomopathologique.

    Observation

    Mme R.J., 65 ans, nous a t adresse pour exploration dadnopathies abdominales dedcouverte chographique suite des douleurs abdominales. La patiente prsentait untat gnral conserv, stade 1 selon lchelle Performance Status de lOMS. Dans sesantcdents, on notait un cancer du col utrin localis en 1995 (carcinome malpighienintra-pithlial peu invasif, de stade IA de la classification de FIGO), trait par hystrecto-mie totale largie avec curage ganglionnaire revenu ngatif et une splnectomie en aot1964 la suite dun accident de la voie publique.

    Lchographie ralise dans notre service mettait en vidence des lsions ovalaires iso-chognes par rapport au foie. Ces lsions taient de sige intrapritonal en regard dela rgion pigastrique, faisant suspecter des adnopathies (Fig. 1). lexamen tomoden-sitomtrique thoraco-abdominopelvien, on retrouvait de multiples formations nodulaires

    isodenses par rapport au foie, intrapritonales, centimtriques, rehaussement homo-gne au temps veineux aprs injection intraveineuse de produit de contraste iod. Cesnodules restaient inchangs lors dune seconde exploration tomodensitomtrique ralisequatre mois aprs afin dapprcier lvolutivit des lsions compte tenu de ltat clinique

    DOI de larticle original : http://dx.doi.org/10.1016/j.diii.2012.03.019. Ne pas utiliser, pour citation, la rfrence francaise de cet article, mais celle de larticle original paru dans Diagnostic andInterventional Imaging, en utilisant le DOI ci-dessus. Auteur correspondant.Adresse e-mail : cyrilake@yahoo.fr (A.C. Ak).

    2211-5706/$ see front matter 2012 ditions franaises de radiologie. Publi par Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.doi:10.1016/j.jradio.2011.06.003

    dx.doi.org/10.1016/j.jradio.2011.06.003http://dx.doi.org/10.1016/j.diii.2012.03.019mailto:cyrilake@yahoo.frdx.doi.org/10.1016/j.jradio.2011.06.003

  • 942 A.C. Ak et al.

    F chog

    srdpafbn3ddtedc

    D

    Llsddrtsmdncfasern

    tdfn[nccLvt

    alaDrs

    TrsepepesS

    d[upt

    igure 1. chographie, coupes axiales en mode B. Nodules hypo

    atisfaisant de la patiente (Fig. 2). De plus, une explo-ation par tomoscintigraphie au 18F-FDG ne retrouvait pashyperfixation mtabolique vocatrice de rcidive no-lasique ou dun lymphome de haut grade (Fig. 3). Lesntcdents carcinologiques de la patiente nous avaientait suspecter une carcinose pritonale et prconiser uneiopsie. Il a t ralis une clioscopie avec exrse dunodule. Lexamen macroscopique retrouvait un nodule de

    g bien limit par une capsule, avec la section un aspecte parenchyme splnique. la microscopie, il sagissaitun nodule bien limit par une capsule fibreuse fine dlimi-ant un parenchyme splnique compos dune pulpe rouget dune pulpe blanche sans malignit. Les antcdentse splnectomie post-traumatique de la patiente firentonclure au diagnostic de splnose pritonale.

    iscussion

    a splnose est limplantation de fragments de rate dansorganisme. Elle est secondaire une splnectomie le plusouvent aprs rupture traumatique [13]. Les fragmentse rate ou splnules peuvent simplanter nimporte oans la cavit abdominale avec comme localisation prf-entielle la cavit pritonale. Ils peuvent siger dans lehorax en cas de rupture diaphragmatique associe [4]. Ilagit dentits diffrentes des rates accessoires ou surnu-raires qui correspondent des anomalies embryonnairese migration des lots splniques primitifs [1,4,5]. La spl-ose pritonale est le plus souvent de dcouverte fortuitehirurgicale, autopsique ou dimagerie [2]. Elle est par-ois diagnostique loccasion de symptmes douloureuxbdominaux ou pelviens secondaires un infarctus par tor-ion, une rupture spontane, une occlusion digestive ou unffet de masse sur les structures adjacentes [1,2,5,6]. En

    chographie, les splnules apparaissent hypochognes parapport au parenchyme hpatique, homognes, limitesettes, avec un renforcement postrieur des chos [2]. Des

    tpc

    nes, ovalaires, bien limits, intrapritonaux.

    ravaux rcents [4] ont mis en vidence que lutilisatione produit de contraste ultrasonographique permettait deaire le diagnostic diffrentiel entre les implants de spl-ose et les mtastases pritonales. Ainsi, Bertolotto et al.4] montraient que le rehaussement des nodules de spl-ose tait intense avec un lavage (wash-out) prcoceontrairement aux nodules de carcinose pritonale qui searactrisaient par un rehaussement progressif sans lavage.chographie de contraste constitue ainsi une alternativealable aux autres mthodes dimagerie, notamment laomodensitomtrie (TDM) qui est source dirradiation.En TDM, ces nodules sont hypo- ou isodenses par rapport

    u foie et prsentent une cintique de rehaussement simi-aire celle de la rate avec une htrognit la phasertrielle et une homognisation la phase veineuse [79].ans notre observation, la phase artrielle navait pas talise, ce qui nous aurait permis une meilleure caractri-ation lsionnelle.En IRM, les nodules de splnose sont hypo-intenses en

    1 et T2 et se rehaussent prcocement en T1 au temps art-iel aprs injection de gadolinium de facon htrogne,homognisant en phase tardive [2]. De plus, lIRM peutffectuer le diagnostic de certitude grce linjection deroduit de contraste superparamagntique. Ainsi, Rousselt al. [2] faisaient le diagnostic de splnose chez un patientorteur dune lsion qui mimait une tumeur hpatiquexophytique grce linjection de produit de contrasteuperparamagntique contenant de loxyde de fer (SPIO :uperParamagnetic Iron Oxide).Une autre mthode dimagerie permettant daffirmer le

    iagnostic de splnose est la scintigraphie : Chagnaud et al.1] ont port le diagnostic de splnose pritonale devantne masse rtropritonale droite, grce la scintigra-hie splnique slective aux hmaties altres marques auechntium 99m, plus sensible que la scintigraphie hpa-

    osplnique aux collodes [1,2,5,9]. Les cancers de lutrusouvant mtastaser la surface du pritoine, lantcdentarcinologique de la patiente nous avait fait voquer des

  • Splnose pritonale simulant une carcinose pritonale : propos dun cas 943

    Figure 2. Nodules limites nettes, homognes, sigeant en avant de lantre gastrique et en fosse iliaque droite, spontanment isodensesau foie et se rehaussant de manire intense et homogne. a : TDM : coupes axiales sans injection (dcembre 2008) ; b : TDM : coupes axiales

    te iod

    vvdolspdlr

    smhL

    au temps portal aprs injection intraveineuse de produit de contrasinjection intraveineuse de produit de contraste iod (avril 2009).

    adnopathies puis une carcinose pritonale qui se carac-trise par des nodules, de lascite et un paississement desfeuillets pritonaux [8,9]. La TDM est lexamen de choixdans lvaluation de la carcinose pritonale. Elle est sou-vent prcde par lchographie qui est performante pourdpister un panchement intrapritonal. Du fait du bontat gnral de la patiente et des 15 annes de recul sansrcidive aprs le traitement de la pathologie tumorale, lediagnostic voqu de carcinose pritonale tait peu pro-bable.

    Les autres diagnostics diffrentiels importants consi-drer sont les rates accessoires, la polysplnie, lesadnomgalies, les nodules endomtriosiques et les tumeursdesmodes [2,3,9,10]. Les rates accessoires sigent le plussouvent dans le hile splnique, le ligament splnopancra-tique et le ligament gastrosplnique [1,9]. Elles sont de plus

    petite taille et moins nombreuses et prsentent en ima-gerie les mmes caractristiques que la rate orthotopique[9]. La polysplnie, souvent associe dautres anomalies

    tbl

    (dcembre 2008) ; c : TDM : coupes axiales au temps portal aprs

    iscrales et notamment une continuation azygos de laeine cave caudale, se caractrise par une rate divise eneux six splnules retrouves dans lhypochondre gaucheu dans lhypochondre droit [9]. Les adnomgalies sigente long des axes vasculaires. Les nodules dendomtrioseeront recherchs chez une femme dans un contexte dalgieselviennes chroniques. Ils peuvent simplanter nimporte oans la cavit abdominopelvienne mais sigent prfrentiel-ement au niveau du pritoine et des organes pelviens et sontarement aussi volumineux [3].Enfin, les tumeurs desmodes ou fibromatoses bnignes

    urviennent classiquement en postopratoire de colecto-ie. En imagerie, il sagit de lsions tissulaires bien limites,omognes rehaussement variable plutt modr [3].orsque le diagnostic de splnose pritonale na past voqu comme ce fut le cas dans notre observa-

    ion, le diagnostic de certitude est alors ralis aprsiopsie ou exrse dun nodule avec tude anatomopatho-ogique.

  • 944 A.C. Ak et al.

    F ales.d

    C

    Lfdrds

    damd

    D

    Lr

    R Rgent D. dition 2010 Lavoisier: Mdecines Sciences Publi-igure 3. Tomoscintigraphie au 18F-FDG : coupes axiales et corone lantre gastrique.

    onclusion

    a splnose pritonale est rare, surtout dans sa forme dif-use. Des antcdents de splnectomie post-traumatiquesoivent y faire penser devant tout nodule ou masse intrap-itonale unique ou multiple, mme chez un patient ayantes antcdents noplasiques. La TDM aide la caractri-ation lsionnelle.Lchographie de contraste, lIRM avec injection de pro-

    uit de contraste superparamagntique et la scintigraphieux hmaties altres marques au techntium 99m per-ettent de porter le diagnostic de splnose pritonale etviter tout geste invasif.

    claration dintrts

    es auteurs dclarent ne pas avoir de conflits dintrts enelation avec cet article.

    frences[1] Chagnaud C, Champsaur P, Di Costanzo V, Petit P, Chamati S,Charifi AB, et al. Splnose pritonale simulant une massertropritonale droite. J Radiol 1998;79:14079.

    [

    Absence dhyperfixation au niveau des nodules sigeant en ventral

    [2] Roussel A, Petit E, Mallet L, Zins M. Splnose : intrt de lIRMavec injection de produit de contraste superparamagntique.J Radiol 2008;89:19446.

    [3] Levy AD, Shaw JC, Sobin LH. Secondary tumors and tumorlikelesions of the peritoneal cavity: imaging features with patho-logic correlation. Radiographics 2008;29:347415.

    [4] Bertolotto M, Quaia E, Zappetti R, Cester G, Turoldo A. Dif-ferential diagnosis between splenic nodules and peritonealmetastases with contrast-enhanced ultrasound based on signal-intensity characteristics during the late phase. Radiol Med2009;114(1):4251.

    [5] Brancatelli G, Vilgrain V, Zappa M, Lagalla R. Case 80: splenosis.Radiology 2005;234:72832.

    [6] Merran S, Karila-Cohen P, Servois V. Scanographie de larate : anatomie normale, variants et piges. J Radiol2007;88:54958.

    [7] Vital Durand D, Joliot AY, Beaumont X, Levrat R. La spl-nose. Revue de 117 observations. Gastroenterol Clin Biol1981;5:75864.

    [8] Brewster DC. Splenosis: report of two cases and review of lite-rature. Am J Surg 1973;126:149.

    [9] Bessoud B. Traumatismes de la rate. In: Imagerie mdicale.Imagerie de labdomen, sous la direction de Vilgrain V etcations; 2010, p. 5829.10] Fleming CR, Dickson ER, Harrison Jr EG. Splenosis: autotrans-

    plantation of splenic tissue. Am J Med 1976;61:4149.

    Splnose pritonale simulant une carcinose pritonale: propos dun casObservationDiscussionConclusionDclaration dintrtsRfrences

Recommended

View more >