Prise en charge et prvention du paludisme dimportation ... Prise en charge et prvention du paludisme dimportation Mise jour 2017 des RPC 2007 Organisation : Groupe recommandations de la Socit de ...

  • Published on
    07-Feb-2018

  • View
    215

  • Download
    3

Transcript

1Prise en charge et prvention du paludisme dimportation Misejour2017desRPC2007Organisation : Groupe recommandations de la Socit de Pathologie Infectieuse de Langue Franaise (SPILF) Avec la participation : Collge des Universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT) Socit Franaise de Parasitologie (SFP) Socit de Mdecine des Voyages (SMV) Socit de Pathologie Exotique (SPE) Socit Franaise de Pdiatrie (SFP) (Groupe de Pdiatrie Tropicale) Socit de Ranimation de Langue Franaise (SRLF) 2Comit dorganisation : O. Bouchaud (Service des Maladies infectieuses et Tropicales, Universit Paris 13), F. Bruneel (Ranimation Mdico-Chirurgicale, CH de Versailles, Hpital Mignot, Le Chesnay), E. Caumes (Service de Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Piti-Salptrire, Paris), S. Houz (Service de Parasitologie, Centre National de Rfrence du Paludisme, CHU Bichat, APHP, UMR 216, Mre et enfant face aux infections tropicales, Universit Paris Descartes, Paris), P. Imbert (Centre de vaccinations internationales, Hpital dinstruction des armes Bgin, Saint-Mand), B. Pradines (Unit Parasitologie et Entomologie, Institut de recherche biomdicale des armes, UMR7278, Aix-Marseille universit et Centre national de rfrence du paludisme, Marseille), C. Rapp (CMETE Paris, Service des Maladies infectieuses et Tropicales, Hpital Bgin, Saint-Mand), C. Strady (Groupe Recommandations SPILF - Cabinet d' Infectiologie , Groupe Courlancy, Reims) . Groupe de travail n1 : Quelles sont les tendances pidmiologiques mondiales et nationales (coordination : B. Pradines) Rdacteurs : M. Cot (unit Mre et enfant face aux infections tropicales, UMR2016, Institut de recherche pour le dveloppement, Paris), L. Musset (Laboratoire de Parasitologie, Institut Pasteur de la Guyane et Centre national de rfrence du paludisme, Cayenne), , F. Simard (unit Maladies infectieuses et vecteurs : cologie, gntique, volution et contrle, Institut de recherche pour le dveloppement, Montpellier), M. Thellier (Service de Parasitologie-Mycologie, Hpital Piti-Salptrire, Centre dimmunologie et des maladies infectieuses, Universit Pierre et Marie Curie et Centre national de rfrence du paludisme, Paris) Relecteurs : Grard Duvallet (Centre dcologie fonctionnelle et volutive, UMR5175, Montpellier), Rmy Michel (Centre dpidmiologie et sant publique des armes, Marseille) 3Groupe de travail n 2 : Diagnostic biologique (coordination : S. Houz) Rdacteurs : A. Berry (Service de Parasitologie-Mycologie, CHU Purpan, Toulouse), O. Fenneteau (Service dHmatologie Biologique, CHU Robert Debr, APHP, Paris), P. Gillet (Department of Clinical Sciences, Institute of Tropical Medicine, Anvers, Belgique). Bibliographes : C. Aug (Centre National de Rffence du Paludisme, Hpital Bichat, APHP, UMR 216, Mre et enfant face aux infections tropicales, Institut de recherche pour le dveloppement, Paris), M. Le Bouar (Service de Parasitologie-Mycologie, CHU Purpan, Toulouse). Relecteurs : E. Candolfi (Laboratoire de Parasitologie, Institut de Parasitologie et de Pathologie Tropicale, CHU Hpitaux Civils de Strasbourg, Strasbourg), N. Godineau (Service de Parasitologie, CH Delafontaine, Saint-Denis). Groupe de travail n3 : Modalits de prise en charge dune forme non complique de paludisme dimportation (adulte/enfant) (coordination : E. Caumes, P. Imbert et C. Rapp) Rdacteurs : JF. Faucher (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Limoges, France), E. Bottieau (Institute of Tropical Medicine, Anvers, Belgique), N. de Suremain (Urgences pdiatriques, Hpital denfants A. Trousseau, Paris), F. Mechai (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hpital Avicenne, Bobigny, France), P. Minodier, (Urgence enfants, Hpital Nord, Marseille, France). 4Bibliographes : L. Epelboin (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Cayenne, France), C. Leblanc, (Pdiatrie Gnrale et Maladies Infectieuses, CHU Robert Debr, Paris) C. Vasse (Service d'Accueil des Urgences pdiatriques, CHU Robert Debr, Paris). Relecteurs : A. Faye (Pdiatrie Gnrale et Maladies Infectieuses, hpital Robert Debr, Paris, France), B. Quinet (Service de pdiatrie gnrale, Hpital denfants A. Trousseau, Paris), D. Malvy, (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Bordeaux, France) S. Matheron (Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, hpital Bichat, Paris, France), JY. Siriez, (Service d'Accueil des Urgences pdiatriques, Hpital Robert Debr, Paris, France). Groupe de travail n4 : Modalits de prise en charge dune forme grave de paludisme dimportation (adulte/enfant) (coordination : F. Bruneel) Rdacteurs : P. Corne (Ranimation Mdicale, CHU de Montpellier), S. Jaurguiberry (Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Piti-Salptrire, Paris), V. Laurent (Ranimation Mdico-Chirurgicale, CH de Versailles, Hpital Mignot, Le Chesnay), B. Mourvillier (Ranimation Mdicale et Infectieuse, CHU Bichat Claude Bernard, Paris), J. Naudin (Ranimation Pdiatrique, CHU Robert Debr, Paris). Bibliographes : JF. Llitjos (Ranimation Mdicale, CHU Cochin, Paris), A. Raffetin (Mdecine Interne, Maladies Infectieuses et Tropicales, CHI Villeneuve Saint Georges). Relecteurs : L. Argaud, (Ranimation Mdicale, CHU Edouard Herriot, Lyon), M. Wolff (Ranimation Mdicale et Infectieuse, CHU Bichat Claude Bernard, Paris) 5Groupe de travail n5 : Comment prvenir le paludisme dimportation ? (coordination : O. Bouchaud et C. Strady) Rdacteurs : PH Consigny (centre mdical de lInstitut Pasteur, Paris), P. Gautret (URMITE, Aix Marseille Universit, UMR63, CNRS 7278, IRD 198, INSERM 1095, IHU - Mditerrane Infection, Marseille), L. de Gentile (Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU dAngers), E. dOrtenzio, (Inserm, IAME, UMR 1137, Service de Maladies Infectieuses et Tropicales, AP-HP, Hpital Bichat-Claude Bernard, , Paris), F. Sorge, (service de pdiatrie, Hpital Necker, CHU Paris 5). Bibliographes : S. Delaigue (service de maladies infectieuses et tropicales, CHU de Cayenne), I. Signolet, (Laboratoire de Pharmacologie-Toxicologie, pharmacovigilance CHU dAngers). Relecteurs : Z. Bisoffi (Centre for Tropical Diseases, Negrar Verona, Italie), D. Tessier (Clinique Sant Voyage, Montral, Canada) 6Question 1 : Quelles sont les tendances pidmiologiques mondiales et nationales ? Points forts 3,2 milliards de personnes exposes au niveau mondial, 2015 : transmission dans 91 pays ou territoires, 212 millions de cas et 429 000 dcs au niveau mondial, 2000-2015 : diminution de lincidence mondiale (-41%) et des dcs (-62%), Emergence danophles rsistants aux insecticides, Emergence de parasites rsistants aux antipaludiques, mme aux derniers mis sur le march comme les associations base dartmisinine, 2011-2015 : augmentation du nombre de paludisme dimportation et des formes graves sur le territoire mtropolitain (2000 : 6,4% - 2015 : 12,4%), 95% du paludisme dimportation mtropolitain en provenance dAfrique subsaharienne, essentiellement Plasmodium falciparum (85%), Ile de Mayotte : paludisme en phase dlimination en 2015 (moins de 15 cas par an), Guyane : moins de 500 cas par an (-85% depuis 2003) mais prvalence importante dans certaines rgions minires (jusqu 46%). 7Question 2 : Diagnostic biologique Points forts Le diagnostic du paludisme dimportation devrait associer une technique sensible (goutte paisse, QBC ou technique de biologie molculaire rponse rapide) un frottis mince (valuation de la parasitmie et identification des espces) afin de rendre un diagnostic dans les deux heures. En pratique, lassociation dun frottis mince et dun TDR (test de diagnostic rapide) est une alternative quand cet algorithme ne peut tre mis en uvre. Le TDR doit imprativement dtecter lantigne HRP2 pour le diagnostic spcifique du paludisme P. falciparum Lassociation frottis mince et TDR na cependant pas une sensibilit optimale et en cas de premier rsultat ngatif ou douteux, il est ncessaire de ritrer le diagnostic 12h 24h plus tard. Un contrle par PCR peut galement tre ralis dans une structure de rfrence (pauci-infection, identification despce ou recherche dassociation despces). 8Goutte paisse ou QBC ou Frottis/Goutte paisse ou Technique de biologie molculaire rapide Frottis positif et TDR ngatif Absence de Plasmodium Diagnostic de paludisme rfut sur ce prlvement, ritrer 12h 24h plus tard si un doute persiste sur ltiologie palustre des symptmes Positive Dtermination de lespce et de la parasitmie (frottis mince ou GE si faible parasitmie) Infection Plasmodium A prendre en charge selon recommandations Frottis sanguin et TDR Non applicable Ngative Frottis ngatif et TDR ngatif Transfert un centre expert ou de rfrence Dlaisderendu2heuresFrottis positif et TDR positif Frottis ngatif et TDR positif Logigramme du diagnostic biologique du paludisme Discordance (BM positive Frottis/GE ngatifs) Transfert un centre expert ou de rfrence 9 Question 3 : Modalits de prise en charge dune forme non complique de paludisme dimportation (adulte/enfant) Points forts : En labsence de spcificit des manifestations cliniques, le diagnostic de paludisme doit tre voqu devant toute fivre ou histoire de fivre, isole ou associe des symptmes gnraux, digestifs, respiratoires, aprs un sjour en zone dendmie, mme en cas de prise de chimioprophylaxie. La prise en charge ambulatoire dun paludisme non compliqu P. falciparum est possible sous rserve de critres cliniques et biologiques prcis et de la possibilit dun suivi mdical. Chez le jeune enfant et les autres personnes risque de complication (ge avanc, comorbidits, grossesse, splnectomie ), une hospitalisation initiale est recommande. Le paludisme non compliqu P. falciparum de ladulte doit tre trait en premire intention par une combinaison base de drivs de lartmisinine (ACT). Latovaquone - proguanil est une alternative en cas dindisponibilit, dintolrance, de contre-indication, dinteraction avec un traitement concomitant ou en cas dchec dun traitement par ACT. Le paludisme non compliqu P. falciparum de lenfant doit tre trait en premire intention par une combinaison base de drivs de lartmisinine (ACT). Latovaquone - proguanil et la mfloquine sont des mdicaments de seconde intention. Chez la femme enceinte, le paludisme non compliqu P. falciparum justifie une hospitalisation et peut tre trait par la quinine ou latovaquone-proguanil lors du 1er trimestre. A partir du 2me trimestre, lartmether-lumfantrine doit tre privilgi. Le traitement du paludisme non compliqu P. non falciparum (P. vivax, P. ovale, P. malariae, P. knowlesi) repose sur la chloroquine ou un ACT. Ce dernier sera prfr en cas dinfection mixte ou de paludisme P. vivax survenant au retour dune zone de rsistance la chloroquine. 10 La prvention des accs de reviviscence P. vivax et P. ovale repose sur lradication des formes quiescentes hpatiques par la primaquine, disponible en autorisation temporaire dutilisation (ATU) partir de lge de 6 mois et aprs limination dune contre-indication (dficit en glucose 6 phosphate deshydrognase (G6PD), grossesse, allaitement). Figure 1. Conduite tenir devant un paludisme dimportation chez ladulte ACT : Combinaison base de drivs de lartmisinine A/PQ : Artnimol-Pipraquine A/L : Artmther-Lumfantrine Avis du ranimateur pour Hospitalisation en urgence en : Ranimation Unit de surveillance continue Units spcialises Traitement par artsunate IV : Au moins 3 premires doses Recherche de signes de gravit Suivi avec frottis - goutte paisse J3, J7, J28 NFS J7, J14,J21 et J28 si accs grave - Troubles de la conscience, convulsions - choc, dfaillance respiratoire - Syndrome hmorragique - Ictre ou bilirubine totale > 50 mol/L - Hmoglobine < 7 g/dL - Cratininmie > 265 mol/L - Glycmie < 2,2mmol/L - Parasitmie > 4 % - Hyperlactatmie, acidose mtabolique OUI NON - Diagnostic parasitologique fiable, absence dchec dun premier traitement - Absence de facteur de risque de mauvaise observance - Absence de facteur de risque associ (isolement, grossesse, splnectomie, immunodpression) - Mise disposition de lantipaludique (pharmacie hospitalire ou service) - Proximit dun hpital, n de tlphone fourni - Suivi possible J3 et J7 - Plaquettes > 50.000/mm3, hmoglobine > 10 g/dL, cratininmie < 150 mol/L - Parasitmie < 2 % Si tous les critres sont vrifis Traitement ambulatoire possible En 1 re intention ACT (A/PQ ou A/L) Atovaquone-proguanil Quinine (3 me intention) Si 1 seul critre pas vrifi Hospitalisation ACT (A/PQ ou A/L) Atovaquone-proguanil Quinine (3 me intention) Vomissements ? OUi Hospitalisation en urgence Quinine IV NON Prise en charge en ambulatoire ? Ds lamlioration 11Tableau 1. Principaux antipaludiques utilisables chez ladulte pour le traitement du paludisme non compliqu dimportation Plasmodium. falciparum avec critres de choix *ilestncessairederaliserunlectrocardiogramme(ECG)pourlimineruntroubledeconductionavant linstaurationdutraitement. **lasurvenueduncinchonismeetnotammentdacouphnesnestpasunsignedesurdosagemaisunsigne dimprgnationparquinine:ellenedoitpasentrainerunerductiondeposologie.12Figure 2 : Conduite tenir devant un paludisme dimportation chez lenfant Recherchedesignesdegravit-Troublesdelaconscience,convulsions,prostra4on-Dtresserespiratoireouoedmepulmonaire-Dfaillancecirculatoireouchoc-Syndromehmorragique-Ictreoubilirubinmietotale>50mol/L-Hypoglycmie(

Recommended

View more >