Prévention et prise en charge du syndrome d’immobilisation

  • Published on
    30-Dec-2015

  • View
    127

  • Download
    1

DESCRIPTION

Prvention et prise en charge du syndrome dimmobilisation. Dfinition. Sujet incapable de faon temporaire ou dfinitive de quitter son lit ou son fauteuil seul et de raliser tout ou une partie des activits de la vie quotidienne indispensables sa survie - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

<ul><li><p>Prvention et prise en charge du syndrome dimmobilisation</p></li><li><p>DfinitionSujet incapable de faon temporaire ou dfinitive de quitter son lit ou son fauteuil seul et de raliser tout ou une partie des activits de la vie quotidienne indispensables sa survieSe rencontre tout ge mais plus grave et plus rapide chez les sujets gsEn France 200 000 personnes de plus de 65 ans</p></li><li><p>EtiologiesLes affections neurologiques surtout hmiplgieMaladie de ParkinsonNeuropathiesMaladies dgnrativesHSD, HPNSyndrome de rgression psychomotrice (post stress ou chute)</p></li><li><p>EtiologiesDmencesEtats dpressifs svresAutres causes psychiatriques: confusion, dlireSyndrome de glissement</p></li><li><p>EtiologiesCauses mcaniques comme les fractures du col et bassinDcompensation de maladies organiques: insuffisances rnale, cardiaque, respiratoire, hmopathies, dnutritionIatrognie: excs de NLP, somnifresSurprotection de lentourage au domicileHospitalisation dans des structures inadaptes</p></li><li><p>ConsquencesRetentissement cardio-vasculaire: hypotension orthostatique, augmentation du dbit cardiaque, maladie thrombo-embolique veineuseRetentissement bronchopulmonaire conduisant aux infections bronchopulmonairesRetentissement digestif: anorexie, constipation, fcalome, dnutritionTroubles hydrolectrolytiques (dshydratation)</p></li><li><p>ConsquencesRetentissement urinaire: infections urinaires, rtention urinaire, incontinence urinaireEscarres ou plaies de pression est une zone de ncrose cutane et sous-cutane se produisant aux points de pression (sacrum, talon, ischion, trochanter, genou, mallole) chez les sujets alits facteurs favorisants: dnutrition, immobilit du patient, diminution doxygnation tissulaire, incontinence urinaire ou fcale, diminution des dfenses ou de ltat gnralCercle vicieux car immobilit et inflammation </p></li><li><p>Classification europenne des escarresStade 1: rythme ne blanchissant pas la pression, sans effraction cutaneStade 2: lsion cutane partielle intressant lpiderme, le derme ou les deux (abrasion ou phlyctne)Stade 3: lsion cutane intressant toutes les couches de la peauStade 4: destruction extensive, ncrose des tissus ou souffrance tissulaire du muscle, os ou structures sous-jacentes avec ou sans perte de substance cutane complte</p></li><li><p>Prise en charge des escarresNettoyage de la plaie au srum physiologiqueTraitement de la rougeur et de la phlyctne: au stade de rougeur, supprimer les points dappui, protger la peau par un hydrocollode et changer rgulirement de position; au stade de phlyctne, percer puis mettre un pansement gras ou un hydrocollode</p></li><li><p>Prise en charge des escarresTraitement de lescarre constitue: dtersion mcanique de la plaie (surtout en cas de ncrose aigu), pansement selon le stade de la plaie (hydrocollode, hydrocellulaire, hydrofibres, hydrogel, charbon ou pansement gras)Parfois recours la chirurgie (ncrose importante, structures nobles exposes, os nu, escarre infecte)Traitement de la douleur notamment lors des soinsChoix du support (statique ou dynamique)</p></li><li><p>Stade 4</p></li><li><p>ConsquencesRetentissement osto-articulaire et musculaire: amyotrophie (infections, cancers, insuffisances dorgane et syndromes inflammatoires), enraidissement des articulations, spasticit et rtractions tendineuses voire triple flxion, dminralisation osseuse (risque de fracture)Retentissement psychologique: dpression ractionnelle, confusion</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationPrincipes gnraux: limiter les circonstances de maintien au lit, rduire les dlais dhospitalisation, encourager la mise aufauteuil puis la marche, duquer lentourage social et familialPrvention des complications thrombo-emboliques: Hparine HBPM si pas de contre-indications, drainage massage, bas de contention</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationApports nutritionnels et hydro-lectrolytiques adapts: 1500 2000 Kcal/j en cas de syndrome inflammatoire, plus de 2000 Kcal/j en cas descarre et 1,5 2 l deau par jourNe pas hsiter utiliser eau glifie en cas de troubles de la dglutitionVoies intraveineuse et sous-cutane possibles</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationMesures hygino-dittiques visant favoriser le transit et llimination urinaire: rgime riche en fibres et traitement mdicamenteux de la constipation, si fcalome lavement huileux ou extraction au doigt, ne pas mettre de couches systmatiquementParfois ncessit sondage urinaire</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationPrvention des escarres: utilisation dchelles de risque descarre (Waterlow, Braden, Norton) et alors patients installs sur des supports de redistribution des pressions (matelas, coussins), changements de position rguliers, viter les massages sur les prominences osseuses, hygine parfaite de la peau, nutrition et hydratation correctes</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationPrvention de lenraidissement articulaire, des rtractions tendineuses et des positions vicieuses fixes: mobilisation prcoce au lit des articulations et positionnement correct des membres immobiliss, prvention de lamyotrophie par exercices actifs ou contractions musculaires isomtriques au lit, position assise au bord du lit, mise au fauteuil, rducation la marche avec laide du kin</p></li><li><p>Prvention des complications de limmobilisationPrvention des infections respiratoires: viter les fausses routes par leau glifie en cas de trouble de la dglutition ou alimentation mixe, bonne hygine buccale et soins de bouchePrvention de la confusion: traitement du facteur organique, de la fivre, hydratation correcte, utilisation prudente de psychotropes, rle de lentouragePrvention des troubles psychologiques: soutien psychologique, environnemental, antidpresseurs</p></li><li><p>conclusionPersonne ge immobilise est en situation de risque de perte de son autonomie; elle peut devenir grabataire et en mourirImportance de la lutte contre les complications du dcubitusGrande nergie de la part de lquipe soignanteBut: sortir de la maladie et avoir une plus grande autonomie possible</p></li><li><p>Cas cliniqueMme F 86 ans veuve depuis 10 ans est hospitalise la demande de sa fille pour une AEG depuis 5 jours. Elle ne se lve plus et ne peut plus aller aux toilettes avec son dambulateur. ATCD: AVC il y a 5 ans avec hmiparsie gauche squellaire.A lexamen clinique, toux sche avec ronchi, le toucher rectal montre des selles dures et rythme ne cdant pas la vitropression au niveau du sacrum.Station debout impossible, amyotrophie diffuse et pds de 46 kg pour 1,62m</p></li><li><p>Cas cliniqueBilan biologique ne montre rien de particulier hormis une diminution de lalbumine, de la pralbumine et de la vitamine D.Vit seule et refuse laide mnagreSa fille habite loin et ne peut la prendre en charge son domicile</p><p>Quels sont les critres permettant de dire que cette patiente est fragile?</p></li><li><p>Cas cliniqueSquelle motrice gauchePerte dautonomieDnutrition avreIsolement social</p></li><li><p>Cas cliniqueQuelles mesures de prvention des complications de dcubitus mettez-vous en place?</p></li><li><p>Cas cliniquePrvention des escarresPrvention des phlbitesPrvention du fcalomePrvention ce lenraidissement articulairePrvention de la dsadaptation cardio-vasculairePrvention des troubles thymiques</p></li></ul>

Recommended

View more >