Paralysie faciale au décours d'une anesthésie générale

  • Published on
    02-Jan-2017

  • View
    218

  • Download
    2

Transcript

  • 440 LE-I-rRES ]k LA REDACTION

    Paralysie faciale au decours d'une anesth6sie g6n6rale

    Divers types de complications nerveuses p6ri- ph6riques ont 6t6 d6crits au d6cours d 'une anes- th6sie g6n6rale. Le plexus brachial et le nerf scia- tique poplit6 externe sont les plus fr6quemment atteints [3]. Les paralysies faciales sont exception- nellement rapport6es. Nous en rapportons un cas survenu au d6cours d 'une anesth6sie g6n6rale de tr~s courte dur6e.

    Une fillette de 18 mois est anesth6si6e pour "r6section d 'un m61anome du dos. Il s'agit de la seconde anesth6sie g6n6rale pratiqu6e chez cette enfant. L'induction se fait par inhalation d'halo- thane, sans qu'il soit n6cessaire de luxer la m~choire inf6rieure de l'enfant. L'anesth6sie est ensuite approfondie par l'injection de 5 m g - k g -1 de thiopental, afin de r6aliser une intubation oro- trach6ale dans de bonnes conditions. L'enfant est ensuite positionn6e en d6cubitus ventral sur trois petits billots dispos6s en triangle, ia t~te 6tant lat6ralis6e avec appui sur la joue droite. L'inter- vention dure 22 min et se d6roule sans probl~me. Le r6veil est rapide et l 'extubation imm6diate. L'examen clinique r6alis6 lors de la contre-visite neuf heures apr~s la fin de l'intervention n'objec- tive aucune anomalie et l 'enfant quitte le service le soir m6me. EUe sera revue en consultation quarante-huit heures plus tard, avec une paraly- sie faciale int6ressant tant le territoire du facial inf6rieur que celui du facial sup6rieur (signe de Charles Bell positif). Il n'existe ~ ce moment aucune anomalie otorhinolaryngologique. L'6tude de l'61ectromyogramme, de la conduction nerveuse motrice et des r6flexes trig6minofaciaux permet d'objectiver une atteinte s6v~re mais partielle du nerf facial droit. La paralysie r6gressera spontan6- ment et sans s6quelles en une quinzaine de jours.

    Cette observation appelle deux commentaires. Une telle complication pourrait para~tre rarissime au d6cours d 'une anesth6sie g6n6rale, si l 'on s'en tient h l '6tude de litt6rature faite par GLAUBER en 1986, qui relevait moins de dix observations [2]. En fair, elle est vraisemblablement sous-estim6e, comme semble en attester la publication r6cente de trois nouveaux cas [1].

    D'autre part, cette complication se singularise du fait de la tr6s courte dur6e de l'acte op6ratoire

    et par son mdcanisme, qui n'est peut-6tre pas celui habituellement rapport6. Dans les observations pr6c6dentes, chez tous les patients une luxation de la m~choire infdrieure avait dO 6tre r6alisde pen- dant au moins une dizaine de minutes chez tous les patients, ce qui n'a 6t6 le cas ~ aucun moment chez cette enfant. L'intubation trach6ale prdcoce dont elle a bdn6fici6 est pr6sent6e comme un moyen pr6ventif. II parait cependant logique (bien qu'une paralysie faciale a frigore ne puisse 6tre totalement exclue) de retenir la responsabilit6 de l'acte opdratoire. La symptomatologie portant sur les deux branches du nerf facial droit, le trauma- tisme a si6g6 entre son 6mergence par le trou stylomastoidien et sa division classiquement intra- parotidienne. L'hypoth~se envisageable est celle d 'une 61ongation ou plus encore d'une compres- sion du neff entre le plan de la table et la surface osseuse mandibulaire. Des Variants anatomiques ont 6t6 constatds par LISITSYN [4], en particulier l'6mergence tr~s superficielle du nerf facial pr6s de l'angle de la m~choire. Une telle possibilit6 expli- querait encore mieux la complication rapport6e, et surtout sa raret6 par rapport au nombre d'anesth6- sies g6n6rales dispens6es.

    Cette observation permet de rappeler la n6ces- sit6 d 'une v6rification des appuis cutan6s et d 'une protection soigneuse de t o u s l e s points possibles de compression nerveuse, car il est probable que quelques pansements am6ricains gliss6s entre le plan de la table et la t~te de l 'enfant auraient eu un. effet pr6ventif.

    [1] ANANTHANARAYAN C et al. Can J Anaesth, 35 : 102, 1988. [2] GLAUBER DT. Anesthesiology, 65 : 516, 1986. [3] GOUIN F et coll. Encycl Mdd Chir (Paris), Anesthdsie-Rdanimation, 4: 36415 A10, 1979. [4] LISITSYN MS. Vestn Khir, 36: 17, 1954.

    J.P. DELALANDE, D. R~A D6partement d'Anest h6sie-R6animation CHR, F 29200 Brest

Recommended

View more >