Je me souviens - Recit de voyage

  • Published on
    06-Mar-2016

  • View
    214

  • Download
    1

DESCRIPTION

Recit de voyage inspirant Qubec organis par ImFusio en Octobre 2012

Transcript

RECIT DE VOYAGE Qubec - Du 6 au 12 Octobre 2012 JE ME SOUVIENS Je me souviens Je me souviens quon ma parl dAtomes : les atomes de Martin Lon. Alors jai dcid dcouter lalbum pour me souvenir Je me souviens Je me souviens de tant de choses et le fois de rien ; ou plutt jai limpression que ctait hier et en mme temps il y a bien longtemps comme si ctait un rve Je me souviens Je me souviens de femmes et dhommesqui ont particip et contribu ce voyage, certains comme des auto-stoppeurs que lon prend en chemin pour partager un bout de route, certains comme des capitaines de bord et avec qui on se laisse porter, certains comme des maons du cur qui nous ont aid construire ce voyage, invisible et parfois l certains comme des habitants habits et inspirants certains de quelques minutes, de quelques heures ou de quelques jours avec un point commun : celui dtre tous voyageurs. Je me souviens Je me souviens de ces qubcois, qui taccueillent, sans jugement, juste comme tu es, en retard ou en avance, bras ouverts et avec le sourire Je me souviens du naturel et de lvidence, pas de questions pour eux, ils font, ils te racontent leurs histoires comme si ctait normal et vident.. Martin gratte ses cordes et moi je me souviens Je me souviens du samedi Ma valise a du mal fermer, encore une fois Audrey tu ne vas pas utilis la moiti des affaires mise dans ta valisemais au cas o on ne sait jamais un dpose minute, Terminal 2A, Aroport Roissy Charles de Gaulle, et me voil en quelques secondes devenue Voyageuse. Je retrouve les autres voyageurs, ils mattendent de pieds fermes, impatients, embarquement immdiat Je me souviens dune gourmandise, un macaron La Dure Caramel Beurre Sal quelque part en plein vol entre Paris Montral dune envie de dormir, sans jamais pouvoirdun hublot me montrant des rouges, des oranges, des marrons Montral et ses couleurs dautomne soffre nous Des retrouvailles avec Audrey et Nath, une rencontre avec Maxime et Yana. Maxime, un qubcois qui nous guidera durant quelques jours, bien plus quun chauffeur ou un guide, un pti bonheur de la vie , un vrai voyageur Yana, une russe de Sibrie et une Montralaise de cur, notre rayon de soleil En voiture Simone, en route pour la ville de Qubec, avec une escale Madrid o certains dentre nous se feront une ou deux frites et quelques croquettes. La ville de Qubec nous accueille, tents de regarder les lumires des rues du Vieux Qubec sur notre gauche, cependant notre regard se jette sur ce paquebot lEmerald Princesse, incroyablement illumin Patente et machin, nous accueille pour le souper, dans son bruit, dans sa foule, ses frites qui fondent et croustillent, et surtout ces voyageurs qui mangent dans les assiettes des uns des autres Je me souviens du dimanche Je me souviens dun rveil plus que matinale, un ciel un peu gris, un froid humide qui pique le visage mais une envie impatiente de dcouvrir la ville de la part de tous Avant a, un moment de connexion en rez-de-jardin autour dun Pourquoi ce voyage ? Parce que ctait vous, avec vous mais aussi et surtout pour moi . Des mots comme dcouverte , ouverture , spontanit , exprimenter , partager , Initier , rencontrer , observer , ressentir linspiration ,.. parce que ctait une opportunit une opportunit pour tous les mots cits avant mais aussi lopportunit de se recentrer sur soi, de mcouter, de prendre du temps je me souviens que chaque voyageur avait une intention diffrente en venant, ce qui a donn une couleur diffrente ce voyage, cette exploration, de soi et des autres Je me souviens dune ballade de plusieurs heures dans les rues de Qubec, dans la Hauteville puis dans la Basseville ; de la magie des lumires de la nuit qui a laiss place des rues grises, une architecture dispersede quelques pointes doranges, prsentent dans les feuilles dautomnes, et dans les citrouilles dHalloween. Je me souviens dune ville accessible, dimmeubles qui ne montent pas trs haut.. tout a cont par Heidi, Heidi une guide aux grands gestes et grandes exclamations qui nous a racont, lhistoire de sa ville Je me souviens de larrive dun de nos voyageurs, qui a rejoint un groupe autour dun verre dans une ambiance chaleureuse, il ne manquait plus que lui. ` Je me souviens dun diner 360, dune zone dinconfort quil a fallu maitriser une centaine de mtres au-dessus du solce restaurant qui tourne, ces lumires qui se dplacent, cette ville qui se dcouvre une pianiste qui rythme cette ballade Je me souviens du lundi Je me souviens de Maxime et de Jean-S qui nous attendent de pieds fermes pour une journe aux milles couleurs quelques minutes de route, on longe le Saint-Laurent, on aperoit le voile de la marie puis les chutes de Montmoreny, on prend le pontnous voil sur lle dOrlans Je me souviens que je ne sais plus o poser mon regard, les arbres brillent de mille couleurs, du rouge, du jaune, du orange, parfois encore vert ; du jaune couleur des bls, parfois tournesol ou moutarde Cest Thanksgiving, lAction de Grce au Canada, nous sommes le 8 octobre, il est dix heures, et les familles ramassent les feuilles tombes des arbres Maxime nous montre la maison de son enfance, une maison plonge dans lintimit des arbres et qui regardent le Saint-LaurentLes maisons sont vendre, on se demande tous pourquoi ces personnes veulent quitter ce paradis Maxime nous raconte alors que les propritaires ont vieillit et quils retournent vers les commodits de la ville Aprs avoir presque fait le tour de lIle sur lunique route, notre minibus tourne sur sa gauche.. nous voil au milieu des champs, puis des Erablesnous traversons lIle de part en part Nous arrivons notre destination : des jeunes filles partent faire les vendanges, et nous nous sommes accueillis par Jackie et Donald Bouchard, propritaire de lIsle de Bacchus, son Vignoble sur les coteaux de lIle Donald nous raconte lhistoire de son vignoble, comment il fait son vin de glacesen suit une dgustation je me souviens dodeur de cerises, de poires, de fraises et de framboisesmais dun vin sans saveur sauf son vin de glace un vrai bijou Je me souviens dun moment seule sur un banc, de lair qui nest que de quelques degrs mais le soleil moffre quelques rayons sur mon visage une douce chaleur apaisante entre deux parcelles de vignes, un campement est mont des gens sactivent en bas, une petite tente dgage une fume nous dcouvrirons que cest un fumoir et que cest notre saumon du midi qui est en train de cuire On est accueillit sur le camp par Serge, Shal, Laurent, Uapistan, Elisabeth et sa mre, une ancienne on entre dans le Mitishanitshuap ou Meteshansuap Je me souviens de cette odeur de sapin enivrante. On nous invite sapiner, crer notre sol, crer notre endroit douillet on sparpille dabord, on sapine notre espace, on volue vers lespace de lautre, puis on laisse de la place, et finalement on ne sait plus o on a commenc on sait juste que nous avons cre notre espace on sest piqu les doigts dabord puis quand on sassoit sur ce sol pineux cest finalement comme un coussin, molletonn Une nappe est dresse sur le sol, un verre de vin coinc entre le creux du pied et les branches dpinettesdu livre, du saumon.un djeuner au rythme de la voix de Laurent qui nous parle de son pre, de son grand-pre, il nous chante du Phill Collins des frissons, des larmes, un moment de douceur Un temps individuel, un brin de soleil sur le visage, qui sera en fait un temps avec Shal, Uapistan et une bche ; mais finalement un temps entre moi, la hche et la bche Un long moment tenter de trouver le bon mouvement, le bon endroit, la bche en face de moi a dcid de ne pas se laisser faire, elle me montre ses nuds jy suis finalement arrive, mes buchettes ntaient pas parfaites, jai essay, recommencpeut-tre quune autre aurait t moins capricieuse.. Je me souviens dun cercle sous le Shaputuan, dun oiseau qui le traverse, dun courant dair permanent dune frustration, dune incomprhension, dun sentiment que le groupe se dirige l o on avait pas prvu un malaise est ambiant On nous parle de Caribou comme mythe fondateur des Innus, on nous demande : Pourquoi tes vous ici ? On nous parle de repres et nouveau de Caribou quel est mon Caribou moi ? Quest-ce que tu veux ? et OU tu veux le construire ? Lun ne va pas sen lautre de toute faon. Ca rsonne fort en moicomme une vidence invisible mon premier Dclic. On parle aussi dinvitation ce nest pas Veux-tu embarquer ? mais Qui veut embarquer ? Linvitation est ouverte. La question de filtrer est cependant pose et reste en suspend Je me souviens du Cercle, ce restaurant, ce lieu, cette salle, ce bar, cet espace...o rien nest circulaire pas mme les escaliersje cherche quelques vagues, quelques arrondies mais sans succs.. des images sont projetes sur le grand mur, il fait sombre, la musique est forte,des bougies clairent les tables. Une serveuse farfelue chante un joyeux anniversaire trs fort avec une voix extrmement surprenantes ; je me souviens que Maxime ma dit quelle faisait anciennement partie dun groupe de musique les grosses vaches ou quelque chose comme a Nous rencontrons Bruno Bernier, directeur du lieu, Bruno nous parle de son histoire, ancien restaurateur, de son lieu, de ses envies, de son nouveau projet : un living lab, de ses rendez-vous dcisifs qui lattendent dans les prochains jours ; les parties prenantes que comprend son projet, les muses, coles, bibliothques, le maire il a une voix pose, calme, sre de lui, il nous parle dart martiaux, quil va y puiser beaucoup de choses, lesprit, la posture, la notion de cercle et finalement je crois que jai arrt de lcouter parler de son projet. Peut-tre parce que je ne comprends pas tout mais surtout car toute mon attention va sur le son de sa voix et sa posture, les pieds ancrs dans le sol, son seul mouvement cest celui de son bassin qui fait des cercle. Je suis intrigue par son regard, il regarde le sol jamais la personne a qui il parle, mais cela nenlve rien sa prestance, sa posture.. sans mme tout comprendre, il emporte le groupe dans son projet, on peut le suivre dans son ancrage les yeux ferms Je me souviens du mardi Langoisse de devoir refermer ma valise, vais-je y arriver ? cest pourtant plus simple, tout coule.. Un petit djeuner avec Sandrine, directrice de lauberge, les voyageurs viennent et repartent ; elle nous raconte ses origines normandes, son arrive au Qubec, le concept Carrefour Tiers monde Avant de quitter la ville de Qubec, nous allons rencontrer un cabinet darchitecture. Je dois lavouer : jai un moment de solitude quand je ne reconnais pas le nom du cabinet que jai dans mon roadbook ( au moment o jcris a jai un bruit dorage dans les oreilles de Childout, cest tout fait ce sentiment) je demande une personne qui nest pas celle qui mattendmais Franois arrive un peu dcontenanc.. sur le moment on ne sait pas trop o on va ni ce quon fait mais on le suit.. (je me rends compte par la suite que javais les coordonnes de la personne qui nous a mis en contact). Franois est un des architectes qui a particip la cration du nouveau sige social de GSK Qubec. Il nous raconte lhistoire de cette belle aventure, des roulottes ce magnifique btimentun sige social qui a t cr autour despaces collaboratifs mme si je suis sre quencore aujourdhui les employs ne se rendent pas compte ; il nous parle de dtails spcifiques, scientifiques : de la manire dont lair va circuler, de la structure en bois Derrire tout a, un mot lui tient cur, il dit travailler pour le Confort de ses clients : confort Fonctionnel (la manire dont vont vivre les occupants), confort physique ( visuel, thermique, Acoustique ), confort psychologique Ce qui est dingue cest ce naturel avec lequel il raconte son histoire, la manire dont lensemble des parties prenantes ont travaill, dont il travaille avec ses collgues ; pour nous a rsonne, a ptille, ils font du Co- mais eux, cest normal de faire comme a, sinon cela ne fonctionnera pas, il gagne du temps cest logique, cest une videnceet pour nous cest un travail de longue haleine Coarchitecture. On quitte Qubec, on arrive chez Dany, dans sa Cabane sucreil nous attend sur le pas de la porte, une jeune fille a la doudoune orange est ct de lui, cest Caroline, une des complices Grisvert ; je lui fais la bise, comme si je la connaissais depuis toujours, cest naturel, une vidence On boit du caribou, on prend une soupe de pois, on joue de la musique avec des espces de castagnettes, la forme de couverts salade que lon tape entre notre cuisse et nos mains des plats et toujours des plats Cach derrire le caribou une photo de maxime accroche au mur au milieu de millier dautres, des plaques dimmatriculation, des cartes postales, on est chez Dany ! on mange ensuite un suon pour eux, une sucette pour nous : du sirop dErable refroidit directement sur de la glace sur un btonnet on nous explique comment est fait le sirop dErable, quil ne se rcolte que 4 semaines dans lanne, sous leffet de gele la nuit et dgel le jouret quil faut 40 litres deau dErable pour un litre de sirop Je me souviens du Baluchon22 hectares entre Qubec et Montral Louis, un des fondateurs nous accorde une heure de son temps pour nous raconter lhistoire de son lieu. Je me souviens tre arrive dans une salle chaleureuse, avec des fauteuils disposs en cercle, du th, du caf nous attendaient ; jai eu une pense pour Laurence qui avait fait passer le message sur nos modes de fonctionnement et sur Caroline du Baluchon qui avait respect a. Louis Lessareil na pas tant parl de lhistoire du Baluchon, ni de tous les prix quils ont reuil nous a partag sa fiert, leur travail men depuis 3 ans pour crer leur Plan Matre de Dveloppement pour le Baluchon, ce quil voulait faire, dvelopperque tout ne se ferait pas en une anne mais en plusieurs mais quils iraient au boutte du boutte . Il nous a montr ce classeur ou plutt ce pav, puis un rsum du pav, puis un sommaire qui est le rsum du rsum et surtout le guide du Voisinage ! la perle de ce voyage pour moi. Il a conscience de ce quapporte le Baluchon la rgion, il a conscience quil ne peut pas embaucher toute la rgion, en revanche avec ce guide, il propose au voisinage de profiter de cet essor en dveloppant, crant des concepts qui pourraient avoir un partenariat avec le Baluchon.. Avec ce guide, il donne le cadre et donc les limites, le voisinage profite et lui aussi, cest comme un donnant / donnant mais avec un cadre. Il fait de la place son voisinage, aprs libre ou non au voisinage de prendre ou non cette place mais il la prvu et a Il utilise des termes dEcologie Humaine, de Comit de bonne entente, de dmystifier des concepts de slow design et aussi de Produit Habit : on prend le meilleur du pass, le meilleur du prsent/futur et on en fait un produit habit.. lide aussi quil ne Faut pas reculer tant quon ne nous prouve pas quon a tort, il faut reculer lorsque les bonnes personnes nous disent que cest stop lide quun territoire occup et un territoire prserv Aprs cette belle rencontre, pleine de dcouverte, de rve qui remonte la surface : une longue marche dialogue avec Audrey. Ce qui devait tre un point tutor devient un vrai change... on parle de pass, du prsent mais aussi du futur...delle, de moi, de nous ImFusio Puis sen suit 20 minutes de Jaccuzzi seule, o japprend lcher prise dans le courant... la notion de se laisser porter est difficile mettre en pratique Pour le dner je me souviens dune poule pruvienne Je me souviens Mercredi.. Avant un dpart matinal du Baluchon, un petit djeuner copieux, un jus dorange presse, un feu de bois ct de notre grande table pour neuf En route pour Montral ! Passage clair lauberge le jardin dAntoine, rencontre avec Laurence ange invisible de ce voyage ; on devait prendre des vlos mais ce sera finalement Maxime qui nous amnera lEglise Saint Marc Samir, Yves, Samantha, Monique et Coleene nous accueillent dans cette glise et Christian un voyageur de quelques heures, ami dun autre voyageur des paperboards, des dessins jai vraiment du mal mapproprier lespace, cest pas ce que lon me demande, mais jessaie de faire abstraction que je suis dans une glise un processus, une dmarche citoyenne autour de cette glise je narriverai finalement le faire que vers la fin de ces quelques heures quand on me dit que ce processus est fait avec une glise mais quau fond cela aurait pu tre trs bien fait avec le plantarium ou un gymnase Lide est aussi den faire un processus rplicable de manire cadre, la parole est donne aux citoyens, avec une ide que les citoyens se rapproprie ce lieu, quil devienne un lieu de vie, un lieu de rencontre un processus qui est centr autour de cette question : A quoi pourrait ressembler le site St-Marc, transform en espace ouvert aux citoyens, un lieu inspirant, inclusif et durable pour le quartier et la mtropole ? une piscine, un mur descalade, un lieux dexposition, un caf une infrastructure pour tous avec une ide : vivre le processus de cration dabord, on verra le pognon aprs et cest ce qui parait le plus difficile tenir finalement . Un djeuner la Grand-mre poule, hasard ou pasune longue table, la plus longue du voyageon y sera 14 ; dernier dej avec Maxime, derniers conseils, derniers sourires il nous dpose lespace pour la vie, il pleuton se dit au revoir...sentiment de perdre un de nos voyageursvraiment Je me souviens lespace pour la vie un biodme, avec Rachel et Joanne.. et Etienne qui se montre pour la premire fois une intention russir prendre des photos danimaux pour Audrey et ses fillesun moment un peu touristique mais on apprcie et la course commence une visite de linsectarium ou plutt de son entre.. je pse 5 500 000 fourmis...jenlve mon sac500 000 fourmis en moins OUF jai moins mal au dos.. on court dans une salle de runion, Anne directrice de linsectarium nous parle de son projet Mtamorphose ( de linsectarium) et du processus de co-cration, le living-lab.ca ..et de la notion de Fou du roi, un certain Rock landry..cest ce que nous appellerons un Candide avec la notion danimateur en plus je dcouvre galement le Design Biophilic..re-crer le lien entre la nature et lhomme la course continue , 20 minutes top chrono avec Charles-Mathieu Brunel Directeur de lEspace pour la vie Deux choses importantes pour lui : les Objectifs sont limitant, le problme den avoir cest quon ne les dpasse jamais / le Momentum : le rythme, ldynamique, le mouvement Chaque geste que tu fais dois te ramener lintentionil nous parle galement de la dissonance entre co-crer et crer ensemble il naime pas le co car il considre quil ne peut crer seul de toute faon On file ensuite la confrence de Dominic Rankwins un indien, un algonquinil parle de Cercle et de 4 couleurs, le rouge, le jaune, le noir et le blanc il nous parle de la tortue, qui ne court jamais, qui ne prend pas de dcision htive, qui marche et respire en douceur, qui regarde toujours o elle va et qui fait un seul pas la fois Je lche la confrence en routepuis cest autour dun verre que je fais plus ample connaissance avec Etienne, simple, clair, net et prcis Je me souviens Jeudi Je me souviens dun petit djeuner avec Laurence, la voyageuse invisible ; un rsum de ces quelques jours passs, un sentiment quelle a vcu ce voyage avec nous par procurationpar moi pendant la prparation, pendant avec Maxime Je me souviendrai dune Laurence qui a vraiment embarqu avec nous dans la philosophie de ce voyage Maxime nest plus l, notre trajet jusqu notre rendez-vous se passe sans encombre jusquau moment o on prend un bus dans le mauvais sensheureusement on sen rend compte grce Yana rapidement...on perd en tout presque 30 minutes mais on se fait guider finalement par un jeune artiste en zipp logot Cirque du Soleil Mme avec ce retard on est accueillit avec grand sourire, bras ouvertsun monde souvre pour nous, celui du Cirque du Soleil : Invoquer lImaginaire, Provoquer les sens, Evoquer lmotion je ne me souviens pas avoir ressenti cela, en revanche je ressens un vrai business, un monde qui tourne, qui se suffit lui-mmeon nous parle de lien avec le quartier, de son environnement et des ses coles, du rapprochement et des liens qui sont cres ils nont pas dascenseur au Qubecon monte, on descend, on remonte ah un ascenseur je commence sentir les muscles de mes cuisses des studios, au maquillage, la conception des chaussures, des perruques, de leur motifs de tissuils pourraient presque vivre en autarcie je me souviens dune exposition des employs et dun tableau...AmlieEvoquer lmotion, Marie Hlne Houpert a russi Je me souviens de la greffe, pour nous parler dintgration et des nouveaux employs, soit cest compatible soit cest le rejetje souris intrieurement. Nous voil maintenant en salle de runion, une grande table, une grande baie vitredes acrobates rptentje reconnais des scnes de Corto. De belles mtaphores : et si votre organisation tait une route ? on nous expose leur processus de cration, jaime leur schmatisation du prototypage Carrefour dexperts, de rencontres inattendues et de collisions de connaissances je me souviens dtre frustre car leur processus de cocration est verbalis et fonctionne, en revanche cela nest pas le cas en interne priori jai envie de dire What else ? Je me souviens quand Acadmie et thorie sinvite au voyage HEC Montral nous voil une heure acadmique avec Lucy & Laurent je ne comprends pas tout, comme le sentiment quon ne parle pas de lhommeon me donne beaucoup de rfrences il me manque quelque chose, je ne sais pas ce que sais, pour le moment en tout cas un dirigeant doit regarder lherbe pousser sous son pied Je me souviens dun rendez-vous loup, 30 minutes pour se retrouver, 2 ascenseurs plus tard et 225 mtres plus haut, nous sommes arrivs.pour notre dernier dner .. un voyageur a dcid de poursuivre son voyage seul sentiment mitig entre dception, soulagement, frustration, impression dtre pass ct de quelque chose mais comme on dit les personnes prsentes sont les bonnesmoment vertigineuxtrs haut, trs loin, a sent la fin Je me souviens vendredi on referme les valises, et on va clturer le voyage chez Ecto...on se remmore notre voyage, chacun une demi-journe, on en a fait des choses en 6 jours parfois difficile de se remmorer car on a limpression que ctait il y longtemps comme si leau avait coul sous les pontsou plutt quon a chemin sans sen rendre compte de la fiert, des vidences, des convictions difficile dexpliquer ce qui nest pas tangible Je me souviens avoir fait 5millions de fourmis un moment du voyage, den avoir dlest 500 000, peut-tre que cest finalement ce que jai gagn en certitude et perdu en doute.. Certitude que je suis aujourdhui la bonne place, je suis ancre par des vidences comme Bruno, habite par mes rves comme Louis, sre comme Samantha, laise comme Yana, avec envie comme Jean-S, avec sourire comme Maxime, sur le chemin comme tous les voyageurs. Dans un an, je men souviendrai toujours...et probablement dautres choses encore. Audrey Dufresne

Recommended

View more >