Expérience monocentrique de l’association de radiothérapie et cetuximab dans le traitement des carcinomes épidermoïdes de la tête et du cou localement évolués

  • Published on
    24-Nov-2016

  • View
    214

  • Download
    1

Transcript

<ul><li><p>552 Posters / Cancer/Radiothrapie 16 (2012) 524581</p><p>Conclusion. Le schma dirradiation hypofractionne IHF2SQ estune bonne alternative la chimioradiothrapie classique, avec destaux de rponse acceptables et une bonne tolrance.</p><p>http://dx.do</p><p>P076 propostraits (Maroc)B. Nkoua EpD. Konida ,Institut natiAuteur corAdresse e-m</p><p>Objectifs. Lnique, thraPatients et mdtudes deconrms, s2000 dcehistologiqulaire, ainsi qToutes lesainsi que lele logiciel gRsultats.et 11 femmratio de 1,9de consultadcouverteplus souvendans cinq. P(81%) taiedont 10austade II. Simais sansy avait djnotammentbroscopielogique deun bilan ddu massif faont t optotale ; 24pde70Gy parcisplatine pmtastasescisplatine 21 jours Len moyennvue.Conclusion.gie grave dreste le premvie dune raune alternadfavorable</p><p>http://dx.do</p><p>P077Cancer dnationalM.N. MemaN. BenjaafaInstitut natiAuteur cor</p><p>Adresse e-mail : mn.salek@gmail.com (M.N. Memah)</p><p>Objectifs. tudier les particularits pidmiologiques, histopatho-es, thrapeutiques et volutives du cancer de la langue.es.collits.ina</p><p>ue mun biclas3 (5suivte-trefuse. La0Gyois,nnaperdl.sion.souvsticnir d</p><p>dx.do</p><p>rienthnomemeana,cheke dee der core e-m</p><p>fs. De rces cas etentsssociemee outatioent.t enrapts.desen beuxarynarynt vonnane lagra</p><p>tre ats, doine</p><p>ts taaire.eux d26%i.org/10.1016/j.canrad.2012.07.101</p><p>de 32cas de cancers du sinus maxillairelInstitut national doncologie de Rabat</p><p>ala , L. James , A. Errachdi , S. Dossou , M. Ahmedou ,D. Adama , M. Nouh , B. Gueddari , N. Benjaafaronal doncologie, Rabat, Marocrespondant.ail : bricenkoua@yahoo.fr (B. Nkoua Epala)</p><p>objectif de notre travail tait de montrer le prol cli-peutique et pronostique.thodes. Il sagit dune tude rtrospective dune srie32 cas de cancers du sinusmaxillaire histologiquementuivis lInstitutnationaldoncologiedeRabatde janviermbre 2004. Seuls les patients ayant une conrmatione de carcinome pidermode inltrant du sinus maxil-uun bilan dextension complet ont t inclus ltude.</p><p>localisations de la face autres que le sinus maxillaire,s dossiers incomplets ont t exclus. Nous avons utilisraphpad prism5pour lanalyse de nos donnes.Notre srie dtudes tait constitue de 21hommeses. Le sexe masculin tait prdominant avec une sex. Lage mdian tait de 58ans [3380]. Le dlai moyention tait de huit mois [52]. Les circonstances detaient lpistaxis dans 12 cas, lobstruction nasale, let unilatrale, dans 15et la rhinorrhe mucopurulentearmi les patients inclus dans notre srie dtudes, 26nt vus alors que la tumeur tait localement volue,stade III et 16 au stade IV, seuls quatre ont t vus aux patients taient atteints dadnopathies cervicales,adnopathie sus-claviculaire. Dans 12 cas (37,5%), il lexamen initial une atteinte des nerfs crniens,les paires III et IV. Tous les patients ont bnci dunenasale et dune biopsie ayant conrm le type histo-carcinome pidermode inltrant du sinus maxillaire,extension, notamment une scanographie ou une IRMcial et crbrale. Sur le plan thrapeutique, 18patientsrs, six par hmimaxillectomie et 12par maxillectomieatients ont recu une chimioradiothrapie concomitanteun faisceau antrieur et deux latraux et 40mg/m2 dear semaine) et deux patients atteints demble denont recu quune chimiothrapie par 100mg/m2 dej1 et 1000mg/m2 de 5-uoro-uracile de j1 j5 tous lesvolution a t marque par neuf dcs aprs une surviee de neuf mois et les autres patients ont t perdus de</p><p>Les cancers du sinus maxillaires sont une patholo-volution essentiellement locorgionale. La chirurgieier moyen thrapeutique des tumeurs resecables, sui-</p><p>diothrapie. La chimioradiothrapie concomitante esttive pour des tumeurs non resecables. Le pronostic reste.</p><p>i.org/10.1016/j.canrad.2012.07.102</p><p>e la langue : exprience de lInstitutdoncologie de Rabat, propos de 60cash , A. Tolba , A. Diakit , I. Lahdiri , T. Kebdani ,ronal doncologie, Rabat, Marocrespondant.</p><p>logiquMthodlangueRsultaprdomla langAprsont tIII et 3rurgie,Soixanayant rmitantet de 7de 34mganglioont tgnraConclusant,diagnodobte</p><p>http://</p><p>P078ExpradiocarcilocalJ. RomM. Boua Servicb ServicAuteuAdress</p><p>Objectitaux dpour dPatient89patipar lale traitgraphiconsultraitemnique eradiothRsultamoyen(89%)dentrelorophou le llemenganglioconcerliite dea d patienpu termpatienglionn54%, c39% ettude rtrospective portant sur 60 cas de cancer de lags lInstitut national doncologie de 2000 2010.Lge mdian tait de 56ans (2189), avec une lgrence du sexe masculin (58%). Le sige de la lsion taitobile dans 85% des cas et la base de langue dans 15%.lan dextension rgional et gnral, neuf tumeurs (15%)ses de stade I, 12 (20%) de stade II, six (10%) de stade5%) de stade IV. Le traitement a consist en une chi-ie dune radiothrapie adjuvante chez 37% des patients.ois pour cent despatients ayant t jugs inoprables ou la chirurgie ont recu une chimioradiothrapie conco-dose de radiothrapie tait de 46Gy aprs la chirurgieen cas dirradiation exclusive. Avec un recul mdiannous avons not neuf rcidives locales, six mtastasesires, pulmonaires et osseuses, sept dcs ; 20patientsus et de vue, 18 taient en situation de contrle local et</p><p> Le cancer de la langue est un problme majeur deent associ une probabilit de survie mdiocre. Unprcoce avec une prise en charge optimale permetes rsultats satisfaisants.</p><p>i.org/10.1016/j.canrad.2012.07.103</p><p>ce monocentrique de lassociation derapie et cetuximab dans le traitement deses pidermodes de la tte et du count volus, C. Acevedoa, P. Miglierini a, E. Le Fura,ouaa, O. Mirandaa, G. Valetteb, O. Pradiera</p><p>radiothrapie, CHU de Brest, Brest, Francechirurgie ORL, CHU de Brest, Brest, Francerespondant.ail : julien.roman@chu-brest.fr (J. Roman)</p><p>crire les rsultats en terme de toxicit, de survie et deidive chez patients traits par irradiation et cetuximabrcinomes pidermodes de la tte et du cou inoprables.</p><p>mthodes. Entre aot 2006et dcembre 2011,atteints dun carcinomepidermodeORLont t traitsation dirradiation et de cetuximab. Lvaluation avantnt consistait en un examen endoscopique, une scano-une IRM et une TEP. Chaque patient a bnci dunen de surveillance hebdomadaire pendant la dure duLvaluation thrapeutique consistait enunexamen cli-doscopique ainsi quune TEP trois mois aprs la n de laie, puis le suivi a t ralis tous les trois mois.La dure mdiane de suivi tait de 31,8mois. Lgepatients tait de 63ans, majoritairement des hommeson tat gnral (indice de performance 0-1pour 83%). Tous taient inoprables. La tumeur tait localise x (56%), la cavit buccale (20%), lhypopharynx (18%)x (6%). Il sagissait majoritairement de tumeurs loca-lues, 85% de stade T3ou T4et 81% avec une atteinteire, 10% un deuxime cancer synchrone. En ce quitoxicit cutane, on retrouvait 39% de radiopith-</p><p>de 3et 61% de mucites de grade 3ou 4. Le cetuximabrrt transitoirement ou dnitivement chez 33% desnt cinqpourdes ractionsallergiques.Dixpatientsnontr leur radiothrapie. troismois, cliniquement, 67% desient en situation de rponse complte tumorale et gan-Le taux de rcidive locorgionale deux ans tait dee survie globale deux et trois ans respectivement de.</p></li><li><p>Posters / Cancer/Radiothrapie 16 (2012) 524581 553</p><p>Conclusion. Lassociation de radiothrapie et de cetuximab nesemble pas mieux tolre que lassociation de radiothrapie et decisplatine pour des rsultats quivalents, voire mme infrieurspar rapport une chimiothrapie classique. Nanmoins, seule unetude randoquestion.</p><p>http://dx.do</p><p>P079DissociatrcepteurponseradiochimCARISSAJ. Thariata,F. Penault-LE. Van Obbea Centre Antb CHU de Poc CNRS UMRd Centre Jeane Hpital euf Centre LoAuteur corAdresse e-m</p><p>Objectifs. Udard en capronostic dlaire ou plusou vasculaisans atteinpT4ou non)de traitemepourrait pebncier dPatients etmmise en siavec cisplatlablement dtumoraux sbiologiques[Gortec] 20pour lexprREGF (rcepstromatumwestern bloqueurs taiKaplan Mei(sur SPSS v1Rsultats.ancillaire bgtinib. Le(n=25) ne det de survie3) tait assodes biomar[Hazard Ratsignicativevie sans maanalyses diassocie ldive tait alIFG1R (p=interaction,Conclusion.nostique fo</p><p>de lIGF1R. Les raisons molculaires du rle dltre du gtinibchez les patients atteints de tumeur exprimant peu lIGF1R sont encours dinvestigations. Des tudes sont ncessaires pour conrmerces rsultats.</p><p>dx.do</p><p>iothrubctiole cntretanti , S.de rr core-m</p><p>fs. Pie ndunaryns et marynice dBenbtemee cisionnatiode</p><p>ale cceraienmiot</p><p>g/mue br esp36dens lay dats.Tt, litande gionngy G3% e7%eta t laux msobs dealuave a1paonse), 12ase t ton, e u unet neatiqure rmise permettrait de rpondre dnitivement cette</p><p>i.org/10.1016/j.canrad.2012.07.104</p><p>ion entre rle pronostique et prdictif dur de lepidermal growth factor1dans laau gtinib combin une</p><p>iothrapie postopratoire ORL (essaidu Gortec 2004-02), R.-J. Bensadounb, M.-C. Etienne-Grimaldia, D. Grall c,lorcad, O. Dassonvillea, P. Giraude, S. Racadot f,rghen-Schillingc, G. Milanoa</p><p>oine-Lacassagne, Nice, Franceitiers, Poitiers, France6543, Nice, France-Perrin, Clermont-Ferrand, France</p><p>ropen Georges-Pompidou, Paris, Francen-Brard, Lyon, Francerespondant.ail : jthariat@hotmail.com (J. Thariat)</p><p>ne chimioradiothrapie base de cisplatine est le stan-s de carcinomes pidermodes de la sphre ORL defavorable (atteinte ganglionnaire avec rupture capsu-de trois ganglions, avec ou sans emboles lymphatiques</p><p>res, avec ou sans engainements prinerveux, avec oute microscopique des tranches de section, de stade. Cependant, les checs restent frquents. Une stratgient personnalis bas sur lexpression de biomarqueursrmettre de slectionner les patients susceptibles deu gtinib.thodes.Cette tudemulticentriquedephase II rando-</p><p>mple aveugle comparait une irradiation postopratoireine et gtinib ou placebo chez des patients ayant pra-onn leur accord pour une tude de leur biomarqueursur pice opratoire et ayant les critres de qualitrequis (Groupe doncologie radiothrapie tte et cou</p><p>04-02 - NCT00169221). Les tumeurs ont t analysesession de 28biomarqueurs impliqus dans la voie duteurde lepidermal growth factor), dans les interactionseur, et pour le papillomavirus humain, et testes ent ou en immuno-histochimie. Lexpression des biomar-t dichotomise par rapport leur mdiane. Les tests deer, Log Rank, Cox uni- et multifactoriel taient ralises2).</p><p>Soixante-dix-neuf patients ont t inclus dans ltudeiologique et 52ont t randomiss pour recevoir dus populations qui ont recu du gtinib- (n=54) ou noniffraient pas en termes de paramtres histocliniquessans rcidive. Le stade ganglionnaire (N0-1 contre N 2-ci la survie sans rcidive. Lanalyse multifactorielle</p><p>queurs montrait quune forte expression de PAK1 (HRio] =3,1), CD31 (HR=3,0) et de lIGF1R (HR=4,0) taientment associe une moins bonne probabilit de sur-ladie (rsultats inchangs aprs ajustement sur N). Lesnteraction montraient que lefcacit du gtinib taitexpression dIGF1R. La probabilit de survie sans rci-mliore par le gtinib en cas de forte expression de0,066pour gtinib, 0,010pour IGF1Ret 0,033pour leuraprs ajustement sur N).Cette tude suggre que lIGF1R est un facteur pro-</p><p>rt en ORL et que le gtinib ciblerait la tyrosine kinase</p><p>http://</p><p>P080Chimdoxobifradansau ceConsB. SahlServiceAuteuAdresse</p><p>ObjectithrapsuivienasophPatientnasophau servsitaireLe traibase dbifractla sex rtaientnationon Cancers tde chide 60mclassiqpar jouj29 et jvre dade 45GRsultalemenconcomaigusbifractOncoloment 4dans6drale(410)lue deune nadant lede lvobjecti52% (1de rp(4968mtastT4 lonradiationt recnates),mtastpremii.org/10.1016/j.canrad.2012.07.105</p><p>rapie noadjuvante par cisplatine eticine et chimioradiothrapienne concomitante base de cisplatineancer du nasopharynx localement voluhospitalier universitaire Benbadis de</p><p>ineBaali , A. Djemaa</p><p>adiothrapie, CHU Benbadis, Constantine, Algrierespondant.ail : brahim.sahli@gmail.com (B. Sahli)</p><p>our valuer la faisabilit et la toxicit de la chimio-oadjuvante associant le cisplatine et la doxorubicinee chimioradiothrapie bifractionne dans le cancer dux localement volu non mtastatique.thodes. Vingt et un patients atteints dun cancer dux localement volu non mtastatique ont t traitsoncologie radiothrapie du centre hospitalier univer-adis de Constantine entre janvier 2006et juin 2007.nt a consist en une chimiothrapie noadjuvante platine et doxorubicine puis une chimioradiothrapiee. Lge moyen des patients tait de 39,8 ans (1655),de 2,0 (14hommes et sept femmes), 17 tumeurs (81,0%)stade III ou IV selon la classication de lUnion inter-ontre le cancer (UICC) et lAmerican Joint Committee(AJCC) de 1997, et 13 (62%) N2ou N3. Tous les can-t indiffrencis. Tous les patients ont recu trois cycleshrapie dinduction base de 100mg/m2 cisplatine et2 de doxorubicine j1, j21 et j42, puis une irradiation</p><p>idimensionnelle bifractionne (deux sances de 1,6Gyaces de six heures) avec40mg/m2 de cisplatine j1, j8,la radiothrapie. Une dose totale de 70,4Gy a t dli-tumeur primitive et les ganglions cervicaux envahis etns les ganglions sus-claviculaires.ous lespatientsont complt le traitementprvu initia-exception de trois chez qui un cycle de chimiothrapiete a t report en raison de la toxicit. Les ractionsrade 3et 4observes pendant la chimioradiothrapiee (suivant lchelle de toxicit du Radiation Therapyroup, RTOG) taient une leucopnie dans respective-t 5% des cas, une infection dans 14% et 0%, une mucite5%, et une radiodermitedans48%et5%.Unepertepon-observe chez tous les patients, en mdiane de 6,8 kg</p><p>n du traitement. La rponse thrapeutique a t va-ois aprs la n du traitement par un examen clinique,roscopie et une tomodensitomtrie, tous les mois pen-ux premires annes et tous les six mois ensuite. Lorstion primaire aprs un suivi de 11mois, une rponset obtenue dans 90,5% des cas (19patients), avec</p><p>tients) de rponses compltes et 38% (huit patients)s partielles. Aprs un suivi en mdiane de 36,8moispatients (57%) en vie (dont huit sans rcidive locale nidistance, deux initialement atteints dun cancer classdune rcidive locale qui a t contrle par une rir-t deux patients atteints de mtastases osseuses, quie chimiothrapie de deuxime ligne et des biphospho-uf patients (43%) sont dcds suite une progressione dans les os, le foie, les poumons ou de lencphale. Lacidive est survenue en mdiane 11mois (816).</p></li></ul>

Recommended

View more >