DOSSIER DE PRESSE Etudes Banques Alimentaires ?· 2013-02-07 · DOSSIER DE PRESSE . Etudes Banques…

  • Published on
    16-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

  • 1

    DOSSIER DE PRESSE

    Etudes Banques Alimentaires Ipsos 2013

    Profil des bnficiaires

    Etude nationale sur les piceries sociales & solidaires

  • 2

    Profil des bnficiaires Etude Banques Alimentaires/Ipsos 2013

    Le profil-type : une femme, entre 26 et 50 ans, avec au moins un enfant

    25% sont de nouveaux bnficiaires et plus de 69% ont un emploi temps partiel avec un revenu net de 965 ou moins par mois. Une picerie sociale sert en moyenne 1100 personnes par an.

    Mieux connaitre pour mieux accompagner , cest lenjeu des deux enqutes nationales ralises par Ipsos pour les Banques Alimentaires. Ces tudes portent la fois sur le profil des bnficiaires de laide alimentaire et sur les piceries sociales partenaires du rseau. De moins en moins de grands exclus mais dsormais aussi des personnes insres socialement. Une femme, entre 26 et 50 ans, avec au moins un enfant Par rapport aux rsultats de 2010, le changement du profil des bnficiaires se confirme : le recours laide alimentaire ne concerne pas seulement les personnes avec de trs faibles ressources financires mais galement les travailleurs pauvres et les accidents de la vie (sparation/divorce ou maladie).

  • 3

    Les personnes accueillies, comme nous le constatons depuis 2006, ne sont pas des exclus de la socit : elles disposent dun logement fixe 85 % et dun emploi. La prcarisation du travail est lun des dclencheurs majeurs du recours laide alimentaire. 25% sont de nouveaux bnficiaires et plus de 69% ont un emploi temps partiel avec un revenu net de 965 Euros ou moins par mois. Des accidents comme un divorce (28%), ou une maladie (16%) peuvent faire basculer leur situation. Lalimentation est le 2me poste de dpenses (19%) aprs le loyer (46%). Laide alimentaire est plus que jamais une variable dajustement ncessaire la gestion de budgets serrs : environ 150 euros par mois. Ce complment de revenus en nature permet de faire face aux dpenses contraintes (loyer, nergie, tlcommunication). 46 % des bnficiaires ont recours laide alimentaire 1 fois par semaine ou plus. 50% des nouveaux bnficiaires nayant jamais eu recours laide alimentaire mais plus attentifs laide qui leur est propose. 66% ressentent le besoin dtre accompagns en plus de laide alimentaire.

  • 4

    Enfin, les bnficiaires de laide alimentaire ont une perception de lavenir plus optimiste quen 2010. Prs de 7 bnficiaires sur 10 pensent que leur situation va samliorer dans les deux annes venir. 57% dentre eux reoivent du soutien de lentourage dans les moments difficiles.

    En conclusion, laide alimentaire est plus que jamais une porte dentre lcoute et au dialogue. Elle permet de rompre lisolement dans lequel sont parfois plonges les personnes en situation de prcarit. Depuis quelques annes, les Banques Alimentaires dveloppent, en collaboration avec leurs partenaires associatifs, des modes de distribution daide alimentaire innovants, comme les piceries sociales qui prennent en compte ces besoins daccompagnement et dcoute.

    Qui sommes-nous ? Depuis prs de 30 ans, Les Banques Alimentaires luttent contre le gaspillage alimentaire en apportant aux bnficiaires de laide alimentaire des denres rcupres gratuitement, non commercialisables mais consommables. Ces aliments sauvs permettent chaque anne daider 750 000 personnes avec lquivalent de 200 millions de repas.

  • 5

    Etude nationale sur les Epiceries sociales ou solidaires Banques Alimentaires/Ipsos 2013

    36% des bnficiaires de laide alimentaire dclarent stre rendus dans une picerie sociale. La distribution en premier besoin, se nourrir le mieux possible. C'est simplement une faon de les faire venir (picerie grand rseau) Cette enqute apporte un clairage prcis sur la dfinition, les missions et les objectifs des ESS. Les rsultats vont permettre aux Banques Alimentaires de favoriser la cration de nouvelles structures, daccompagner et de mettre en place des actions de formation prennes et pertinentes. Banques Alimentaires, incubateurs dpicerie sociale Quelles soient piceries sociales ou solidaires, indpendantes ou rattaches un rseau, prs de 350 dentre elles sapprovisionnent auprs des Banques Alimentaires, ce qui reprsente environ 86% de leurs denres. Au cur du dispositif daide alimentaire, les Banques Alimentaires sont linitiative de la rflexion et de la cration dpiceries sociales et solidaires et sappuient sur lalimentation comme levier dinsertion sociale. A Bourges ou Reims, cet engagement a pu voir le jour au travers de deux ESS avec le soutien des associations, de lEtat, des collectivits locales, des acteurs de lagroalimentaire et de la GMS. Banques Alimentaires, animateurs et formateurs Une majorit des piceries sociales et solidaires fonctionne avec des bnvoles. Au sein des ESS, laccompagnement et linsertion sociale sont complmentaires de laide alimentaire. 82% mettent en place des animations en place ; 47 % plusieurs par mois. Les ateliers sont varis mais les thmatiques dveloppes concernent majoritairement la cuisine, lalimentation et la sant. Les Banques Alimentaires sont linitiative dateliers-cuisine et proposent des modules de formation lcoute, laccueil des bnficiaires ou lhygine. On a un atelier cuisine qui marche bien (une fois par semaine), 1 atelier tricot on a un bnvole qui est crivain public qui aide rdiger les CV. On a un partenariat pour latelier cuisine . (picerie grand rseau)

  • 6

    On a tout quip, suivi la formation de la Banque Alimentaire les bnvoles sont forms au fur et mesure on a des chambres froides, des conglateurs, un vhicule frigorifique, des thermomtres. (picerie indpendante) Qui sont les bnficiaires des piceries sociales ? Les femmes sont majoritairement reprsentes et les familles monoparentales reprsentent environ 36%. Laide alimentaire est propose 93% de manire limite dans le temps mais est renouvele dans 91% des cas. En moyenne, la dure maximale est de 10 mois.

    En termes de nouveaux profils : les travailleurs pauvres depuis deux ans, ils sen sortent plus les retraits aussi. Il y a aussi le profil essentiel : la maman isole avec enfants (picerie indpendante) Photographie des piceries sociales et solidaires

    Il existe 3 catgories dpiceries sociales et solidaires : Les piceries adosses un Centre Communal dAction Sociale Les piceries indpendantes Les piceries adhrentes dun rseau associatif

    Conformment aux prconisations du rseau des Banques Alimentaires, la grande majorit des ESS proposent des tarifs 10% de ceux proposs dans les circuits de distribution classique.

    78 % sont adosses une ou plusieurs associations ou un CCAS Les Communes et les Conseils gnraux sont les principales ressources

    financires des piceries : 96% ont au moins un financement public et 30 % ont au moins un financement priv.

    73% des piceries ne fonctionnent quavec des bnvoles

  • 7

    Les piceries sociales contribuent ainsi recrer du lien localement, partout en France o le besoin se fait sentir. Rien nest gratuit. Mme si ce sont des sommes infimes, a permet aux personnes de garder la tte haute : je paie donc je ne suis pas redevable. a donne une valeur morale a ; on garde la dignit. Cest prendre soin de lorgueil des gens ; les gens ne sont pas assists ; ils sont encore debout . Dj on soigne laccueil, on donne du caf, on discute c'est important que ces personnes puissent se poser un peu ; surtout ne pas juger. Epicerie sociale ou solidaire ou picerie sociale et solidaire ? Lappellation ne dfinit pas le travail mener. Les Banques Alimentaires accompagnent les structures ESS en sappuyant sur les principes dautonomie et dcoute :

    - apporter une aide alimentaire quilibre - permettre un libre choix (respect des gots et des envies), - accompagner par un accueil convivial, par la rencontre et par le partage

    dactivits communes (atelier-cuisine, caf-budget, goter pour les enfants..). - demander une participation financire modique de la personne et/ou une

    implication de celle-ci dans lpicerie sociale (respect de la personne et soutien de son autonomie).

    Pour plus dinformations www.banquealimentaire.org Service Communication Fdration franaise des Banques Alimentaires Laurence Champier - 01 49 08 04 84 - laurence.champier@banquealimentaire.org

    http://www.banquealimentaire.org/

    Service Communication Fdration franaise des Banques Alimentaires