Diversité culturelle et libre-échange à la lumière du ?· Réflexions critiques sur le droit naissant…

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Rsum de la thse de doctoratDiversit culturelle et libre-change la lumire du cinmaCHRISTOPHE GERMANNRflexions critiques sur le droit naissant de la diversit culturellesous les angles du droit du commerce international, de laconcurrence et de la proprit intellectuelleBERNE, AOT 20052La thse de doctorat Diversit culturelle et libre-change la lumire du cinma deChristophe Germann dans la version de juillet 2005, qui a t value par lesprofesseurs Thomas Cottier (Universit de Berne, Suisse) et Ivan Bernier (Universit deLaval, Canada), est rsume dans les pages qui suivent.Ce travail sera publi dbut 2006.Pour un aperu de la substance de cette thse en anglais, lire larticle disponible surwww.era.int :Culture in times of cholera, A vision for a new legal framework promoting culturaldiversity, dans : ERA Rechtszeitschrift der Europischen Rechtsakademie Trier, ERA-Forum 1/2005, p. 109 - 130.Prire denvoyer vos remarques et commentaires ventuels par courrier lectronique :Christophe Germann14, rue Franois Grast 1208 Geneva (Switzerland)Phone: 0041 78 602 24 15Fax : 0041 22 700 24 15Email: info@germann-avocats.comInternet: www.germann-avocats.com3AperuAvant-propos et remerciements............................................................................................................................. 14Liste des abrviations ............................................................................................................................................. 15Rfrences ............................................................................................................................................................... 17INTRODUCTION............................................................................................................................................ 40I Vue densemble ....................................................................................................................................... 40A. Culture et industrie .............................................................................................................................................. 40B. Dmarche analytique........................................................................................................................................... 41C. Structure de la recherche ..................................................................................................................................... 42D. Spcificit culturelle et droit du libre-change .................................................................................................... 43II Nouveaux instruments pour raliser la diversit culturelle .................................................................... 44A. Remise en question des moyens dintervention classiques.................................................................................. 44B. Promouvoir la diversit culturelle par linterdiction de discriminer culturellement ............................................ 46C. Concentrations, positions dominantes et dsquilibres ....................................................................................... 48D. Dsquilibre en terme dchanges de biens et services culturels......................................................................... 49III Spcificits culturelle et conomique de lindustrie cinmatographique................................................ 49A. La gestion du risque conomique lie aux biens et services culturels ................................................................. 49B. La pratique comptable du financement transversal ............................................................................................. 50C. Dconcentration et dcentralisation..................................................................................................................... 52IV Un libre-change quilibr au service de la diversit culturelle ........................................................... 53PREMIERE PARTIE : LA SPECIFICITE ECONOMIQUE DE LINDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE.......................................................................................................................................................................... 54I Lindustrie cinmatographique sous langle conomique ...................................................................... 54A. Introduction......................................................................................................................................................... 54B. Dfinitions........................................................................................................................................................... 54C. Lindustrie du cinma en chiffres........................................................................................................................ 74D. Dveloppements possibles du secteur audiovisuel ............................................................................................ 102II. Aspects de droit de la concurrence ....................................................................................................... 107A. Introduction....................................................................................................................................................... 107B. Les films succs sous langle du droit de la concurrence ............................................................................... 108C. Les ententes, acquisitions et fusions au sein des industries culturelles.............................................................. 132D. Les rgimes de fixation du prix des publications .............................................................................................. 157E. Les aides publiques sous langle du droit de la concurrence ............................................................................. 181E. Droit anti-dumping ......................................................................................................................... 2061. Pratiques de dumping dans le secteur audiovisuel............................................................................................. 206F. Le rle du droit de la proprit intellectuelle ....................................................................................... 219G. Conclusions sur la spcificit conomique de lindustrie cinmatographique ..................................... 239DEUXIEME PARTIE : SPECIFICITE CULTURELLE DE LINDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE ETLIBRE-ECHANGE ........................................................................................................................................ 244I. Introduction .......................................................................................................................................... 244II. Les concepts de spcificit culturelle et de libre-change ........................................................ 245A. La spcificit culturelle de lindustrie cinmatographique .......................................................................... 245B. Dsquilibre ...................................................................................................................................................... 256C. Lintervention tatique et la mondialisation normative ............................................................................... 263D. Origine culturelle et nationalit ......................................................................................................................... 272III. Aspects de droits suisse et communautaire de la culture ................................................................. 283A. Le choix des exemples ...................................................................................................................................... 283B. Promotion de la diversit culturelle en droit suisse ........................................................................................... 285C. Promotion de la diversit culturelle dans lUnion europenne .......................................................................... 307IV. Aspects de droit international de la culture et du commerce ........................................................... 332A. Aperu............................................................................................................................................................... 332B Les industries culturelles lOMC.................................................................................................................... 334C. Les initiatives de lUNESCO, du Conseil de lEurope et du RIPC ................................................................... 399TROISIEME PARTIE : NOUVELLES APPROCHES EN QUETE DE COHERENCE.............................. 438I. Changement de paradigme ................................................................................................................... 438A Apprciation critique et recommandations........................................................................................................ 438B. Cas d'application: Les priodiques du Canada .................................................................................................. 494II. Conclusions finales ............................................................................................................................... 500TABLE DES ANNEXES....................................................................................................................................... 5074 Le cinma n'est pas fatalement vou son usage dominant.(...)Il se peut que, parmi les films les plus dignes du cinma, les plusfragiles et les plus importants, ceux qu'on oublie toujours, hormisquelques historiens, sont des films qui se dlestent de toute mtaphorede la mise en scne et foncent dans le rel.Et foncer dans le rel, a veut dire quoi?Ca veut dire extraire directement les films des choses. Bien entendu,matriellement, se passer de production, chapper aux circuits de lacensure, aux institutions, l'industrie, l'ordre social tabli. Certainssavent plier le monde conomique leur dsir (Godard), d'autressavent surmonter le systme de contrle social (Fassbinder estsublime pour a) et d'autres le bafouent, comme Ren Vautier. 1 1 Rencontre avec Nicole Brenez, Le cinma exprimental - Le cinma n'est pas fatalement vou sonusage dominant, propos recueillis par Stphane Bouquet le 24 mars 2000, dans: Cahiers du Cinma, numro horssrie Aux frontires du cinma .5Rsum de la thse de doctorat Diversit culturelle et libre-change la lumire du cinma I Vue densembleA. Culture et industrie Et foncer dans le rel, a veut dire quoi ? 2 Depuis maintenant plus de cent ans, lecinma est une histoire d'ombres et de lumires, donc par essence irrel ou immatriel. Enmme temps, le cinma est une histoire de contributions humaines, technologiques etpcuniaires considrables, donc galement un phnomne rel ou matriel. Le cinma estainsi une histoire de symbioses et de tensions entre uvres de l'esprit et largent - la culture etlindustrie - qui, par nature, ne se laisse pas confiner au sein de frontires nationales. Aucontraire, le cinma est par essence international de par ses formes et contenus ainsi que parses moyens de dissmination. Traduit en termes juridiques, le cinma fait appel en premierlieu aux rgles du droit de la proprit intellectuelle et, plus gnralement, du droit ducommerce, cela dans le respect des droits fondamentaux, principalement la libert dopinionet dexpression.Cette dualit particulire au cinma, savoir sa signification culturelle d'une part etconomique d'autre part, est au cur de ce travail, qui explorera ce sujet sous langlejuridique lchelle nationales, rgionale et internationale, soit la lumire du droit suisse, delUnion Europenne, de lOrganisation Mondiale du Commerce (OMC) et de lOrganisationdes Nations Unies pour lEducation, la Science et la Culture (UNESCO).Indniablement, la culture est un vaste domaine. Nous voulons limiter l'exploration dupostulat de la diversit culturelle la lumire de lindustrie cinmatographique. Toutefois,nous estimons quune partie considrable des rflexions exprimes ici peut galementsappliquer mutatis mutandis aux autres domaines des industries dites culturelles , enpremier lieu le livre et la musique, soit la culture lie au commerce ( trade relatedculture ).B. Dmarche analytiqueDans la premire partie de ce travail, nous explorerons la spcificit conomique desindustries culturelles. Il sagit l dun thme nglig par la majorit de la doctrine juridiquercente qui prfre se concentrer sur la spcificit culturelle de ces industries. Nousaborderons cette spcificit culturelle dans la deuxime partie de cet ouvrage, cela danslintention de mieux la cerner grce nos constatations portant sur la spcificit conomiquedes industries culturelles. Sur la base des connaissances ainsi acquises, nous mettrons dans latroisime partie de ce livre des propositions susceptibles de composer un droit nouveaudsirable en la matire.Sur la base dun inventaire de la situation actuelle, qui ne saurait tre exhaustif, et duneanalyse axe sur les thses centrales de ce travail, les enjeux en cause sur le plan normatifseront mis en relief, savoir les postulats en partie antinomiques et en partie complmentaires 2 Voir citation complte supra la base de la note 1.6du libre change et de la diversit culturelle. Ces enjeux seront censs stimuler une rflexioncritique sur les politiques culturelles, industrielles et commerciales concernant la branchecinmatographique sous langle des rgles de droit rgissant le commerce et la culture, laconcurrence et la proprit intellectuelle. Dans ce contexte, une attention particulire seraporte aux droits suisse et communautaire sur les ententes et les concentrations, qui servirontde base pour approfondir la question de la spcificit conomique de lindustriecinmatographique.Finalement, nous tenterons d'tablir des repres censs contribuer la composition dun cadrejuridique dsirable au niveau du droit du commerce international et dun droit de la diversitculturelle actuellement en cours dlaboration au niveau international, en premier lieu lUNESCO. Ces repres seront susceptibles d'orienter la rflexion sur la meilleure manire deraliser le postulat de la diversit culturelle dans le contexte de la mondialisation normative,qui est actuellement induite en premier lieu par les rgles multilatrales de l'OMC et par lesaccords bilatraux de libre-change.C. Structure de la rechercheDans la premire partie de ce livre, nous tenterons de cerner la spcificit conomique desindustries culturelles la lumire dune dcision emblmatique de la Commission suisse de laconcurrence de lan 2000 concernant le march des films succs ( blockbusters ) et desdcisions de la Commission europenne concernant des ententes et concentrations rcentesdans le domaine des industries culturelles. Cette analyse de pratiques administratives seramise en relief par une discussion sur la jurisprudence suisse et communautaire portant sur lafixation du prix du livre. Cette partie mettra ainsi en exergue les grands dfis auxquelslintervention tatique est confronte dans le domaine des industries culturelles qui, dans uneconomie de march, prsentent des risques entrepreneuriaux considrables. Lanalyse dudroit de la concurrence applicable aux aides publiques servira de pont entre la premire et ladeuxime partie de cet ouvrage, qui est voue la spcificit culturelle de lindustriecinmatographique.Dans la deuxime partie de cet ouvrage, nous aborderons les rgles portant sur la promotionde la diversit de loffre cinmatographique contenues dans la nouvelle Loi fdrale sur lecinma ( Lcin ) et nous fournirons un aperu sur lintervention tatique en la matire auniveau communautaire. Dans ce contexte, nous analyserons notamment la problmatique deloctroi efficace et efficient des subventions.Finalement, dans la troisime partie de cet ouvrage ddie aux solutions nouvelles que nousprconisons pour raliser la diversit culturelle, nous traiterons du cas des revues priodiquesqui a oppos le Canada aux Etats-Unis et a fait l'objet d'un rapport du Groupe spcial et del'Organe d'appel de lOMC. Cette affaire met en exergue les rsultats insatisfaisants sur leplan culturel d'une approche purement commerciale des rgles de lOMC lorsque celles-cisont appliques en l'absence de toute considration pour des politiques culturelles lgitimes.Nous testerons lexemple de cette jurisprudence nos propositions, qui reposent sur desconsidrations de droit de la concurrence (doctrine des essential facilities ou installations essentielles ) et du droit de la proprit intellectuelle adapter pour mettre enuvre le postulat de la diversit culturelle ainsi que sur les principes de la culture la plusfavorise et le traitement culturel que nous proposons dintroduire dans le dbat.7Ainsi, nous aborderons les rgles de droit du commerce international, de la concurrence et dela proprit intellectuelle, qui nous semblent pertinentes au regard du droit de la diversitculturelle la lumire du cinma et utiles pour laborer un cadre juridique nouveau. Noustayerons notre analyse par une tude portant sur une slection de jurisprudences et depratiques administratives suisses, communautaires et de lOMC pour illustrer lefonctionnement des industries culturelles sous langle juridique et tester le bien fond de nosthses. Finalement, la lumire de nos conclusions, nous mettrons des critiques sur lavant-projet de convention internationale sur la protection de la diversit des contenus culturels etdes expressions artistiques de juillet 2004, qui a t labor par un groupe dexperts en lamatire mandats par lUNESCO.3D. Spcificit culturelle et droit du libre-changeLa mondialisation induite par les rgles multilatrales et bilatrales de droit du commerceinternational sert de catalyseur pour remettre en question le rle de lEtat par rapport auxpolitiques culturelles. Les industries culturelles sont en premier lieu concernes par cedveloppement qui constitue un phnomne complexe notamment au niveau politique,juridique et conomique. Lapprciation juridique de ce phnomne se rfre principalement la dynamique engendre par les rgles de l'OMC issues des ngociations du cycle d'Uruguayqui ont abouti en 1994 aux Accords de Marrakesh. Par rapport au rgime de l'ancien GATT,les rgles de l'OMC prsentent un champ d'application beaucoup plus large, ne couvrant plusseulement les marchandises (GATT), mais galement les services (GATS) et la propritintellectuelle (TRIPS). Ces rgles sont sensiblement plus contraignantes du fait du nouveausystme de rglement des diffrends, qui soumet le rejet des rapports du Groupe spcial( Panel ) ou de l'Organe d'appel ( Appelate Body ) l'unanimit des Membres, ce quirevient, en pratique, une adoption quasi automatique de ces rapports.4Selon les dfenseurs de l exception culturelle et de la diversit culturelle, les biens etservices culturels ne sont pas des bien et services ordinaires. Ils possdent une spcificit lie leur nature et fonction culturelles, qui exige un traitement particulier par rapport au droit ducommerce international. Dans la deuxime partie de ce livre ddie la spcificit culturelledans le cadre du droit du libre-change, nous traiterons des interactions entre le postulat de ladiversit culturelle et les rgles rgissant le commerce international de biens et servicesculturels. La doctrine majoritaire met ici laccent sur les effets ngatif du libre-change sur laprotection et la promotion de lidentit et de la diversit culturelle. Cette doctrine critiquegnralement la perte de souverainet des Etats portant sur les affaires culturelles, soit lespolitiques industrielles et commerciales concernant les industries culturelles. Nous dresserons 3 Notre recherche tient compte des dveloppements juridiques jusquau 1er juin 2005. Nous analyseronsultrieurement la publication de cet ouvrage la convention de lUNESCO sur la diversit culturelle qui sera, lecas chant, adopte par la Confrence gnrale de lUNESCO en automne 2005 ou, dfaut dadoption,lAvant-projet de convention sur la protection et la promotion de la diversit des expressions culturelles du 2 juin2005 (annexe 5) et nous mettrons cette analyse complmentaire la disposition des lecteurs sur les siteswww.wti.org et www.germann-avocats.com4 Voir notamment Thomas Cottier / Matthias Oesch, International Trade Regulation, Law and Policy inthe WTO, the European Union and Switzerland, Cases, Materials and Comments, Berne / Londres 2005, p. 143et suiv., Thomas Cottier, Dispute Settlement in the World Trade Organization: Characteristics and StructuralImplications for the European Union, dans: Common Market Law Review 35, 1998, pp. 325 et suiv. ; John H.Jackson, The World Trading System, Law and Policy of International Economic Relations, Cambridge/Londres1997, et Ernst-Ulrich Petersmann, The GATT/WTO dispute settlement system: international law, internationalorganizations and dispute settlement, Londres 1997. Lire galement David Luff, Le droit de lOrganisationMondiale du Commerce, Analyse critique, Bruxelles 2004, pp. 771 et suiv.8dans ce contexte un inventaire des principales rgles de droit du libre-change pertinentes enla matire afin dvaluer la marge de manuvre des Etats au niveau des politiques culturelles.Loriginalit de notre recherche portera sur les instruments complmentaires, voir alternatifsaux subventions et aux quotas censs raliser la diversit culturelle. Ces nouvelles approchesseront discutes dans la troisime partie de cet ouvrage. Selon notre apprciation de lasituation actuelle, les aides publiques sous formes financires et de restrictions quantitativesou deffets quivalents en faveur de la culture sont conomiquement et politiquement hors deporte pour la majorit des pays, cela indpendamment des contraintes du droit du libre-change.II Nouveaux instruments pour raliser la diversit culturelleA. Remise en question des moyens dintervention classiquesLintervention tatique classique en faveur de lindustrie du cinma en particulier et delaudiovisuel (tlvision et nouveau mdias ) en gnral se base sur loctroi de subventionset la protection par des quotas.Dans lenvironnement numrique, linstrument des quotas, qui se trouve djconsidrablement remis en question et affaibli par le droit du commerce international, est entrain de perdre son efficacit pratique. En effet, cause des nouvelles possibilits offertes parInternet et les autres nouveaux mdias , il savre aujourdhui dans de nombreusescirconstances impossible de mettre en uvre des obstacles non-tarifaires la circulation debiens et services culturels sous forme de quotas ou par dautres mesures deffet quivalent demanire atteindre les buts de politiques culturelles viss. Par ailleurs, les quotas sontgnralement perus comme rduisant la libert de choix des consommateurs.Les subventions atteignant une masse critique, qui permettraient de concurrencer lesindustries culturelles dominant le march de manire durable afin daccrotre la diversit deloffre de biens et services culturels, sont conomiquement et politiquement hors de portepour la grande majorit des pays, qui sont conomiquement dfavoriss. En outre, la culturenest gnralement pas en tte des priorits de lintervention tatique, surtout si dautrespolitiques publiques - par exemple la sant ou lenvironnement - prsentent une plus grandeurgence.La plupart des Etats nantis interviennent aujourdhui principalement par des aides laproduction et, dans une moindre mesure, la distribution duvres audiovisuelles, parexemple la Suisse et lUnion Europenne de concert avec ses Etats Membres. Une partiesubstantielle des fonds publics destins aux industries cinmatographiques est ddie auxfacteurs de cration et de production (crateurs et producteurs) tandis que le reste se rpartitentre les facteurs de commercialisation (distributeurs) et de consommation (spectateurs).Cependant, on peut douter de lefficacit et de lefficience des aides la production lorsquelintervention des Etats en la matire ne fournit pas aux uvres finances publiquement uneposition concurrentielle ltape de commercialisation. En effet, sans commercialisationconcurrentielle, les biens et services culturels natteignent pas les spectateurs et savrent ainsi9dune porte limite raliser lobjectif de la diversit culturelle. Cette insuffisance estrpandue dans la pratique des Etats : Les politiques culturelles ayant une emprise relle sur lesfacteurs de commercialisation sont trs rares.En outre, il sied de remettre en cause la lgitimit des subventions lorsquelles font assumerau secteur public les dommages causs la diversit culturelle par des abus de positionsdominantes dentreprises prives : A notre avis, il ne saurait incomber aux Etats de prendre encharge le cot des dommages rsultant de pratiques nuisant des politiques culturelleslgitimes qui rsulteraient du fait dentreprises prives imposant sur le march uneuniformisation des contenus et des formes des biens et services culturels en pratiquant de ladiscrimination culturelle.B. Promouvoir la diversit culturelle par linterdiction de discriminer culturellementSelon notre thse, cest une intervention tatique inverse qui serait ncessaire pour agir demanire approprie par rapport aux spcificits conomiques des industries culturelles : LesEtats devraient, en premier lieu, garantir aux facteurs de cration de toutes les originesculturelles confondues un accs culturellement non-discriminatoire aux facteurs deconsommation, cela en intervenant sur les facteurs de commercialisation. Juridiquement, cetteapproche se traduirait par une interdiction de discriminer sur la base de lorigine culturelle desbiens et services en question qui serait impose aux facteurs de commercialisation. Cetteprohibition aurait pour but de garantir tous les biens et services culturels un environnementconcurrentiel qui ne soit pas fauss sur la base de lorigine culturelle des crateurs et de leursuvres ( level playing field ). Selon cette conception, il appartiendrait au public et non auxdistributeurs de plbisciter ou dignorer les biens et services culturels fournis par les crateurset producteurs.Par consquent, nous prconisons que lintervention tatique dans le domaine des industriesculturelles ne repose pas essentiellement sur des subventions et des quotas, mais sur un cadrejuridique bas sur le droit de la concurrence et le droit de la proprit intellectuelle encombinaison avec un droit de la diversit culturelle laborer.5 Dans ce sens, nousenvisageons que ce cadre juridique opposerait aux principes de base du droit du libre-changeinterdisant la discrimination conomique du fait de la nationalit (clauses de la nation laplus favorise et du traitement national ) des principes interdisant de discriminer sur labase de lorigine culturelle (clause de la culture la plus favorise et du traitementculturel ). Ce systme normatif serait spcifiquement adapt la cause de la diversitculturelle et interdirait aux facteurs de commercialisation de discriminer culturellement lesfacteurs de cration afin de garantir le libre choix des facteurs de consommation. Dans lameilleure des hypothses, ces nouvelles mta-rgles interdisant la discriminationculturelle dans le commerce international permettraient de donner une viabilit conomiqueaux facteurs de cration de toutes les origines culturelles confondues, sans pour autant causerun nivellement de la qualit des biens et services culturels vers le bas. Concrtement, lechangement de paradigme propos imposerait aux facteurs de commercialisation(distributeurs et diffuseurs) dominant le march de ne pas refuser aux facteurs de cration(crateurs et producteurs), cause de leurs origines culturelles, un accs aux facteurs deconsommation (spectateurs, auditeurs et lecteurs). Corrlativement, cette dmarche seraitsusceptible de fournir aux facteurs de consommation une plus grande diversit dans loffre de 5 Cf. au sujet de lintroduction de rgles de droit de la concurrence au niveau du commerce international,Andreas Heinemann, La ncessit dun droit mondial de la concurrence, dans : Revue Internationale de DroitEconomique, 2004/3 pp. 293 et suiv.10biens et services culturels et donc un ventail de choix plus large pour se dterminerlibrement.Cette approche aspire contribuer raliser la diversit culturelle et le bien-tre qui en rsultepour la socit dans le but de renforcer la libert dexpression des facteurs de cration et lalibert dopinion des facteurs de consommation, cela sans mettre en pril lexistenceconomique des facteurs de commercialisation. Par ailleurs, cette approche rduirait ladpendance des politiques culturelles par rapport au financement public, qui reprsentelapanage des pays nantis lorsque ce financement est cens prendre une dimensionconsquente.Le cadre juridique laborer en vue de raliser ce projet devrait en principe pouvoirsappliquer non seulement au secteur audiovisuel, mais galement aux autres biens et servicesculturels tels la musique, le livre et, plus largement, toutes les informations destines unpublic de masse. Ce cadre visera la promotion de la diversit de la culture de masse lie aucommerce international ( trade related mass culture ) ou marchandise ( commodifiedmass culture ), savoir les contenus gnrs et vhiculs par les industries culturelles, sanspour autant nuire la diversit de la culture non-marchandise . Par ailleurs, nous estimonsque si la diversit culturelle du cinma, du livre et de la musique devenait une ralit par unchangement de paradigme tel que nous lenvisageons, les expressions culturelles non-commerciales pourraient, dans le meilleur des scnarios normatifs, en bnficier galementpar un effet de dbordement ( spill over ) positif.C. Concentrations, fragmentations et dsquilibresLindustrie cinmatographique est structure en deux blocs, lun fortement concentr etlautre profondment fragment. Dune part, loligopole des grands studios amricains, lesmajors,6 dominent le march des Etats-Unis ainsi que la grande majorit des marchstrangers, les exceptions notables tant lInde et la Core du Sud ; dautre part, une multitudede petites et moyennes entreprises cinmatographiques locales se partagent les parts demarchs rsiduelles au niveau national et, dans certains cas, rgional.Loligopole des majors opre dans une large mesure sans intervention directe de lEtat tandisque les entreprises de production et de distribution locales sont majoritairement tributairesdaides publiques. Les uvres produites par ces entreprises sexportent en rgle gnralesensiblement moins bien que les films distribus par les majors hors des Etats-Unis. Cetteconstatation, qui sera taye par des statistiques plus dtailles dans la premire partie de cetouvrage, nous amne nous concentrer dans ce travail sur la relation entre les majors et lesoprateurs locaux, en premier lieu europens. En effet, les aspects lis au commerceinternational de biens et services culturels sont largement conditionns par le rle des majorscomme oprateurs dominant le march cinmatographique lchelle plantaire, bien que,dans certains cas, des oprateurs rgionaux disposent de parts de march significatifs au 6 Il sagit des studios de production et de distribution hollywoodiens comprenant actuellement WaltDisney Company, Sony Pictures Entertainment, Inc., Metro-Goldwyn-Mayer Inc., Paramount PicturesCorporation, Twentieth Century Fox Film Corp., Universal Studios, Inc. et Warner Bros. Certaines de cesentreprises font partie de groupes de socits multinationales tels que Time Warner/AOL. Ces majors sontreprsentes par leur groupe de pression ( lobby ), la Motion Picture Association of America (MPAA) auniveau domestique et par la Motion Picture Association (MPA) au niveau international, cf. www.mpaa.org11niveau rgional, par exemple les industries cinmatographiques de lInde ou de la Core duSud.Linfluence prdominante des majors ne se manifeste pas seulement en terme de parts demarch, mais galement en terme dinvestissements effectus dans la production et lacommercialisation de films et autres biens et services culturels, qui dpassent largement lesmoyens disposition des producteurs et distributeurs doeuvres dorigines culturelles tierces.En fait, ces investissements considrables dans le marketing (vedettes, copies et publicit)induisent dans une large mesure les parts de march. Les majors sont en mesure dattirer cesinvestissements essentiellement grce leur position dominante et leurs catalogues de filmsdont les titres de proprit intellectuelle servent communment de garantie. Ces moyensfinanciers permettent aux majors dvincer leurs concurrents des marchs locaux lorsquuneaide de lEtat sous forme de subventions ou de quotas fait dfaut.La comparaison entre les parts de march dans les pays mettant en oeuvre des politiquesculturelles consquentes et les pays sabstenant dintervenir dmontre leffet prdateur de laposition dominante des majors. Cet effet explique le profond dsquilibre dans les changesde biens et services culturel entre les pays dvelopps et les pays conomiquementdfavoriss : Linfluence culturelle est unilatrale et seuls les pays du Nord dots deressources publiques suffisantes sont mme doffrir des films dorigine culturelle locale ou,dans une moindre mesure, dorigine culturelle tierce au public comme complment oualternative loffre des majors.7Etablir un quilibre dans les changes internationaux de biens et services culturels de masseconstitue, notre avis, lenjeu principal du postulat de la diversit culturelle. Nous dfendonsla thse selon laquelle le dsquilibre actuel ne repose pas sur la qualit des oeuvres ou de leurpotentiel attirer le public, mais sur un contrle exerc par des entreprises dominant lemarch qui imposent au public certains contenus et certaines formes culturels en discriminantles contenus dautres origines culturelles, en particulier des rgions conomiquementdfavoriss.III Spcificits culturelle et conomique de lindustrie cinmatographiqueA. La gestion du risque conomique lie aux biens et services culturelsLa principale caractristique commune aux industries culturelles rside dans les risquesconomiques considrables lis la cration, la production et la commercialisation de biens etservices culturels.8 Du point de vue entrepreneurial, le cinma, le livre et la musique sontassimilables un jeu de hasard, car chaque oeuvre prsente un caractre de prototype ds lorsquelle est originale et unique, cela pour le moins avant dtre reproduite et dissmine pourles besoins de lexploitation commerciale. 7 Ce dsquilibre se reflte dans les parts de march, cf. les donnes statistiques de lObservatoireEuropen de lAudiovisuel, Focus 2003 (sur : www.obs.coe.int/online_publication/reports/focus2003.pdf.en)dont un extrait se trouve lannexe 2.8 Lire Harold L. Vogel, Entertainment Industry Economics, A Guide for Financial Analysis, Cambridge2004, p. 41 ss.12Il existe diverses pratiques pour attnuer les risques conomiques qui sont spcifiques auxindustries culturelles, en premier lieu le recours luniformisation des contenus et des formesafin de fidliser le public, un marketing agressif et la pratique comptable du calculmixte ( Mischrechnung ), du subventionnement crois ou du subventionnementtransversal ( Quersubventionierung ), soit- lhomognisation des contenus et des formes afin de rduire le caractre de prototypedes biens et services culturels en amont et de fidliser le public en aval ;- lutilisation de moyens massifs de commercialisation (marketing et distribution) afinde crer une visibilit et une demande pour les biens et services culturels qui mise surune dynamique de masse (stratgie des blockbusters , bestsellers et hits ) ;- des pratiques contractuelles et comptables permettant de compenser les nombreusespertes par les rares profits substantiels au moyen dun financement transversal ou crois en amont.Il sied de relever que les effets de ces trois pratiques peuvent tre renforcs au moyendententes et de concentrations dentreprises.B. La pratique du financement transversal ou crois La pratique comptable du calcul mixte nous parat tre particulirement intressante dupoint de vue structurel pour assurer une viabilit conomique durable dans la mise en oeuvrede la diversit culturelle. En effet, elle permet datnuer, voir dviter le recours luniformisation des biens et services culturels, cela au moyen du financement transversal oucrois doeuvres artistiquement plus ambitieuses ( films difficiles ) par le succscommercial doeuvres qui touchent le got du jour ( films grand public ).Cette pratique est au centre de la jurisprudence europenne et suisse de droit de laconcurrence portant sur la fixation du prix de publications telles que les livres et les notes demusique. Dans le domaine du livre, elle se manifeste par des systmes de fixation des prix quireposent sur une tradition centenaire, par exemple le Sammelrevers dans les territoiresgermanophones.Plus il y a de diversit dans loffre de biens et de services culturels, plus les choix des facteursde consommation sont alatoires et imprvisibles. Cette diversit rend les investissementsdans la cration de biens et services culturels dautant plus risqus sous langle conomique.Les facteurs de commercialisation peuvent jouer un rle primordial pour attnuer ces risquesen servant de tampon entre loffre et la demande. Dans ce sens, le calcul mixte sert compenser les pertes nombreuses avec les gains rares, mais importants, et assurer ainsi unerpartition des risques, sans devoir recourir la pratique de luniformisation des biens etservices culturels. Dans lidal, cette faon dattnuer le risque dentreprise permet la libertdexpression des facteurs de cration et la libert dopinion des facteurs de consommationde spanouir de manire durable. Ainsi, cette gestion du risque conomique inhrent auxbiens et services culturels permet dassurer une viabilit conomique aux facteurs de crationdans lintrt des facteurs de consommation.13Au niveau local, cette fonction est assume en premier lieu par les radiodiffuseurs, soit leschanes de tlvision pour le secteur audiovisuel, notamment dans le cadre de la fournituredun service public qui peut englober lobligation lgale impose ces entreprises decoproduire et de diffuser des films locaux, ce qui cote en rgle gnrale sensiblement pluscher que lachat doeuvres dj rentabilises sur les marchs trangers. Ces dpenses plusleves sont gnralement attnues en partie par des subventions et en partie par un calculmixte permettant un financement crois en faveur de la production doeuvres locales.Au niveau du march mondial, les majors pratiquent une gestion du risque conomiquesimilaire. La dynamique de concurrence interne propre cet oligopole suscite toutefois uneinflation des cots de commercialisation (distribution et marketing) tendant chapper aucontrle des membres de cet oligopole. Ce dveloppement nuit gravement la diversitculturelle, car, en ltat actuel de la situation, seuls des films dune origine culturellelargement homogne profitent du financement crois pratiqu par les majors. En fin decompte, cette situation conditionne de plus en plus le public la consommation de biens etservices culturellement uniformes.C. Dconcentration et dcentralisationLa doctrine dominante affirme un lien de causalit entre le degr de concentration desindustries culturelles et luniformisation des formes et contenus des biens et services culturelsproduits et distribus par ces industries. Selon notre thse, par contre, la concentration permetde procder une gestion du risque entrepreneurial en compensant les nombreux films pertes ( flops ) par les rares films grand succs ( blockbusters ) au moyen dunfinancement crois. Les majors pratiquent celui-ci de manire systmatique. Dans cetteoptique, ce nest pas la dconcentration , mais une dcentralisation des majors quiserait susceptible daccrotre la diversit culturelle dans le domaine cinmatographique :Rduire la concentration risque de rduire les possibilits de grer le risque de jeu de hasardinhrent aux industries culturelles par le subventionnement transversal ; par contre,dcentraliser la prise des dcisions qui dterminent les contenus et les formescinmatographiques, soit le contrle cratif , des maisons-mre vers les filiales locales desmajors, peut contribuer assurer une plus grande diversit culturelle des films sans mettre enpril la viabilit conomique des entreprises concernes, voir assurer une meilleurerentabilit des investissements. Selon cette dernire approche, qui est inspire par le principede subsidiarit qui rgit notamment les comptences des instances tatiques en droitcommunautaire, il reviendrait aux entits locales dune multinationale de dterminer lescontenus et les formes cinmatographiques produire tandis que la maison-mre procderait la gestion du risque entrepreneurial de manire centralise, notamment en assumant unecommercialisation coordonne des films.De lege lata, le contrle des concentrations et la dconcentration en cas dabus de positiondominante forment la panoplie du droit de la concurrence de nombreux pays. Afin decontribuer la ralisation du postulat de la diversit culturelle, les lgislateurs nationauxpourraient imposer la dcentralisation lorsque la dconcentration va lencontre de laspcificit conomique des industries culturelles.Dans le contexte du contrle des fusions et acquisitions et des procdures portant sur des abusde position dominantes dans le domaine des industries culturelles, nous prconiseronsdtablir un bilan culturel des transactions et autres comportements en question. Dans cebut et afin assurer une plus grande scurit et prvisibilit des rgles de droit de la14concurrence, nous recommanderons de dfinir le march des produits et services pour lesbesoins du droit de la concurrence dans le domaine des industries culturelles en fonction desfacteurs de commercialisation (distribution et marketing). En outre, nous proposerons lamme dmarche pour dfinir les biens et services similaires ( like products andservices ) pour les besoins du droit du commerce international. Dans ce sens et vu la rigiditdes prix (billet de cinma), ce sont en premier lieu les investissements en copies et publicitqui dterminent si un film est substituable un autre et donc en relation de concurrence ounon de la perspective des exploitants de salles de cinma (march initial 2) et, par-l, desspectateurs (march initial 3). Cela signifierait concrtement, par exemple, que le film Spider-Man de Sam Raimi9 serait substituable tous les films, qui ont t produits etdistribus simultanment par les majors ou des tiers, sur la base dinvestissements en copies etpublicit quivalents sur un march gographique donn. A contrario, cela implique que tousles films nayant pas joui dinvestissements comparables pour leur commercialisation ne sontpas, a priori, subsituables Spider-Man .Ainsi, la lumire des dispositions du nouveau rglement CE sur les concentrations portantsur les oligopoles, nous prconisons de prendre les facteurs de commercialisation et, enparticulier, les investissements en marketing (vedettes et publicit) comme point de dpart delanalyse de la situation des marchs de lindustrie culturelle (cinma, livre et musique) souslangle du droit de la concurrence. Dans cet ordre dides, il sagirait de dfinir le march desproduits et services en cause en relation avec le march gographique en fonction desinvestissments en copies et publicit et en combinaison avec lorigine culturelle des biens etservices en question.10 Dans le domaine cinmatographique, loligopole des majors est enmesure de conditionner sensiblement le comportement des fournisseurs (crateurs etproducteurs de films indpendants) et celui des consommateurs intermdiaires (exploitants desalles de cinma, oprateurs de tlvision et dentreprises de location et de ventes de vido) etfinaux (spectateurs dans lensemble de la cascade dexploitation) au moyen desinvestissements en marketing lis aux oeuvres que cet oligopole distribue sur le march. Endautres termes, au lieu dutiliser un critre cens cerner le caractre substituable des biens etservices sur la base des critres classique, savoir la caractristique des produits, le prix etlusage envisag, nous prconiserons de dfinir cette substituabilit de manire plusobjective et prvisible par rapport la publicit investie par les facteurs decommercialisation pour dterminer le choix des facteurs de consommation sur le march. Cechangement de paradigme serait susceptible dtre mis en oeuvre galement dans les autresdomaines des industries culturelles, en premier lieu le livre et la musique.IV Un libre-change quilibr au service de la diversit culturelleLa diversit culturelle est tributaire du commerce international de biens et services culturels.En effet, sans libre circulation de biens et services culturels, le public naurait pas lapossibilit daccder des films, livres et musiques dorigines culturelles varies.Le libre change ne doit pas induire le retrait de lEtat lorsque la concurrence entre lesoprateurs prives est biaise par des abus de position dominante et des concentrationsnuisible la diversit culturelle. Dans ce sens, nous estimons que la protection de la propritintellectuelle par lEtat exigerait de la part des industries culturelles, qui sont tributaires decette protection, de contribuer la ralisation des politiques publiques visant protger et 9 Cf. Internet Movie Database : http://www.imdb.com/title/tt0145487/10 Pour une liste dautres facteurs influenant les positions concurrentielles des oprateurs dans le domainedes mdias, cf. John Temple Lang, Media, Multimedia and European Community Antitrust Law, 1997, p. 27.15promouvoir la diversit culturelle. Ainsi, dans cet ouvrage, nous ne nous bornerons pas analyser les rgles du commerce international, qui sont pertinentes pour valuer la flexibilitlaisse aux Etats afin raliser leurs politiques culturelles au moyen de subvention et de quotas,soit en premier lieu une analyse sous langle du GATT et du GATS. Nous mettrons galementlaccent sur le rle de la proprit intellectuelle, soit sur laccord TRIPS, et sur lesopportunits offertes par le droit de la concurrence lchelle nationale et internationale.Nous estimons que ces approches innovantes peuvent contribuer rsoudre de manireconstructive lantinomie communment admise entre diversit culturelle et libre-change.Cest dans cet esprit que nous chercherons dans cet ouvrage explorer des voies juridiquessusceptibles de mettre le libre-change au service de la diversit culturelle.16Christophe Germann14, rue Franois Grast 1208 Geneva (Switzerland)Phone: 0041 78 602 24 15Fax : 0041 22 700 24 15Email: info@germann-avocats.comInternet: www.germann-avocats.comCurriculum VitaeChristophe Germann is an attorney at law admitted to the bar of Geneva and authorized to practise inSwitzerland and in the European Union (www.germann-avocats.com). He set up his own law firm inMarch 2000 after having worked as an associate of the international law firm of Baker & McKenzie(Geneva office) for four years (www.bakernet.com).In parallel, he lectures on international intellectual property laws and policies at the Institute forEuropean and International Economic Public Law of the University of Berne Law School(www.iew.unibe.ch), and at the World Trade Institute (www.wti.org) in Berne.Since October 2005, he also acts as deputy leader of the research project on international traderegulations addressing special and differential treatment, variable geometry and regionalism in theframework of the Swiss program National Centers of Competence in Research (NCCR)(www.wti.org at NCCR and IP3 S&D/Regionalism). Professor Richard Baldwin (GraduateInstitute of International Studies HEI, Geneva) heads this project.Christophe Germann holds a Ph.D. from the University of Berne Law School where his doctoral thesisfocused on cultural diversity and international trade from the perspective of intellectual property,competition, trade and culture laws and policies.He was head of the legal program of Avanti from 2003 to 2004 (professional training in audiovisuallaws and policies for lawyers from Georgia, Armenia and Azerbaijan; this program was funded by theSwiss Development and Cooperation Agency www.deza.ch).During the last five years, Christophe Germann was invited as expert and speaker at many conferencesand hearings addressing cultural diversity and international trade laws and policies that were organizedby UNESCO, the Council of Europe, Culturelink, the Federation of European Film Directors (FERA)and various universities.In 2000, he obtained a Master in European Studies (Diplme dEtudes Appronfondies DEA) at theEuropean Institute of the University of Geneva.In 1996, he participated in a professional training program in the area of international copyright withthe legal department of the Motion Picture Association of America (MPAA) in Los Angeles(www.mpaa.org). Subsequently, he attended an associate training program with the firm of Baker &McKenzie in Palo Alto (Silicon Valley) and San Francisco (www.bakernet.com) focusing on softwareand contract law.Christophe Germann earned his bar admission (Fhigkeitszeugnis fr den Rechtsanwaltsberuf) inZurich.He studied at the University of Geneva Law School, where he obtained the diploma "Licentiatus iuris"in 1992.17Christophe Germann also gained professional experience as a free-lance journalist for several dailynewspapers and is still engaged as a producer of short films (most recent film: Colza Klo, broadcaston the Swiss television channel, SF DRS, in September 2004, see : www.boheme.net).Professional experience: More than 10 years of practice as lawyer in the area of intellectual property,contracts and general commercial law, including corporate law, and 5 years of experience in universityresearch and teaching on international intellectual property, trade and culture laws and policies.Main areas of practice: Intellectual property and contract law (copyright, trademark registration andlitigation, license agreements); information technology (software, Internet, new media, dataprotection); corporate law, mergers and acquisitions; competition and European and international tradelaw.Languages: Native speaker of French and German, fluent in English (working language), basicknowledge of Italian and Portuguese.For additional information and a summary of this resume in German and French, seewww.germann-avocats.comList of publications1. Diversit culturelle et libre-change la lumire du cinma Rflexions critiques sur le droitnaissant de la diversit culturelle sous les angles du droit du commerce international, de laconcurrence et de la proprit intellectuelle [PhD thesis on cultural diversity and free trade in thelight of cinema from the perspective of culture, international trade, competition and intellectualproperty laws and policies], Berne, publication scheduled for 2006 (500 pages).2. Culture in times of cholera, A vision for a new legal framework promoting cultural diversity, in:ERA Rechtszeitschrift der Europischen Rechtsakademie Trier, ERA-Forum 1/2005, pp. 109 -130.3. As editor and contributor: Intellectual property, contract and cultural and international trade lawsand policies [a selection of legal texts and summaries of lectures in Russian given in the SouthCaucasus in the context of the Avanti Legal Training Program; approx. 400 pages], publication byDEZA scheduled for 2006.4. As contributor: Revised edition of Frederik Abbott/Thomas Cottier/Francis Gurry, TheInternational Intellectual Property System (publication by Aspen scheduled for 2006).5. Commentary ad art. 1 8 et 40 TRIPs (with Thomas Cottier), in: Concise TRIPS Commentary(working title, publication by Kluwer scheduled for 2005).6. Diversit culturelle lOMC et lUNESCO lexemple du cinma. [cultural diversity at the WTOand the UNESCO after Cancun], dans : Revue Internationale de Droit Economique (RIDE),Cahier thme : LOMC aprs Cancn, 2004/3, pp. 325354.7. Intellectual Property Rights, Plant Genetic Resources, and Traditional Knowledge (chapter III)and Management and enforcement of IPRs and Traditional PGRs: Institutional Design (chapterVII), in: Thomas Cottier/Susette Biber-Klemme (editors), Traditional Knowledge and IntellectualProperty (working title), Berne, publication scheduled for 2005.8. Diversit culturelle et cinema : une vision pour un pays en voie de dveloppement [culturaldiversity for developing countries: new approaches], in: Christoph-Beat Graber (editor), FreeTrade versus Cultural Diversity, Bern 2004.189. Das Notariat im Europarecht: ein Blick in die Zukunft [free circulation of services in the EU in thelight of the notary profession] (with Thomas Cottier), in: Peter Ruf/ Roland Pfffli (editors),Festschrift 100 Jahre Verband bernischer Notare, Langenthal 2003, pp. 95 120.10. Content Industries and Cultural Diversity: The Case of Motion Pictures,in: Culturelink, Networkof Networks for Research and Cooperation in Cultural Development, Cultural Diversity andSustainable Development, Special Issue 2002/2003, Zagreb, 97 140 [also published in: VIICongresso "Cultura Europea", Pamplona 2003, and as an updated version in: Bernd Hamm /Russell Smandych (editors) Cultural Imperialism. Essays on the Political Economy of CulturalDomination, Ontario 2004, 93 113].11. Bedeutung und Wirkung der Staatsvertrge im Immaterialgterrecht [meaning and effect ofinternational agreements in the area of intellectual property] (with Thomas Cottier), in: Rolandvon Bren/Lucas David (editors), Schweizerisches Immaterialgter- und Wettbewerbsrecht I/1[Swiss commentary on intellectual property and competition law], Basel/Genf/Mnchen 2002, pp.35122.12. Meinungsfreiheit in Zeiten der "Blockbusters" Das neue Filmgesetz und die kulturelle Vielfalt inder Informationsgesellschaft [Competition law and freedom of expression in the light of the newSwiss film legislation], in: Revue du droit de la proprit intellectuelle, de l'information et de laconcurrence sic! 7/8 2002, pp. 481492.13. Cultural diversity and free trade in audio-visual services: Is there an abuse of dominant marketpositions?, background document for the Council of Europes conference on "Cultural industriesand new information technologies", 1920 November 2001 (DGIV/CULT/NIT/div(2001)4).14. The WTO and EU Distributive Policy: the Case of Regional Promotion and Assistance (withThomas Cottier), in: Grinne de Brca/Joanne Scott, The EU and the WTO, Legal andConstitutional Issues, Hart Publishing, Oxford 2001, pp.185210.15. Die Partizipation bei der Aushandlung neuer vlkerrechtlicher Bindungen: verfassungsrechtlicheGrundlagen und Perspektiven [Participation in elaborating and negotiating new internationalagreements from the perspective of Swiss constitutional law] (with Thomas Cottier), in: DanielThrer/Jean-Franois Aubert/Jrg Paul Mller, Verfassungsrecht der Schweiz - Droitconstitutionnel suisse [Swiss constitutional law], Zurich 2001, pp.7796.16. Staats(leitungs)reform als Schpfungsakt (Postulat fr eine Reform der politischen Institutionender Schweiz in Richtung Konkurrenzdemokratie) [political and constitutional aspects of thereform of the Swiss government], in: Admnistration, gouvernement et constitution entransformation Hommage en mmoire de Raimund E. Germann, Peter Knoepfel und WolfLinder (editors), Basel/Mnchen, Helbing & Lichtenhahn 2000, pp.389403.17. Diversit culturelle, fiction audiovisuelle et libre change international en droits suisse, europenet de l'Organisation mondiale du commerce, thse de diplme d'tudes approfondies (DEA, masterthesis) [Cultural diversity and free trade laws and policies; this unpublished document is availablefrom the Library of the European Institute of the University of Geneva], Geneva 2000.18. Enjeux binaires l'aube du nouveau millnaire: En cinma aussi, le thon, c'est les dauphins[International trade and cultural laws and policies], in: Revue du droit de la proprit intellectuelle,de l'information et de la concurrence sic! 1999/6 [a German translation of this article waspublished in: Cinebulletin, April 2000].19. Zur Diskussion ber die Urheberschaft beim Film: Film- und Rechtsfiktionen [copyright for filmsand State aid], In: Neue Zrcher Zeitung, 26 September 1997.1920. Handlungsbedarf fr Unternehmen: Das neue schweizerische Datenschutzgesetz [Swiss personaldata protection law for corporations], in: Schweizerische Zeitschrift fr Wirtschaftsrecht, 1994/2.InterviewsSandra Vinciguerra, Hollywood pratique une discrimination culturelle l'chelle plantaire[Hollywood culturally discriminates on a global scale], in: Le Courrier, Geneva, 13 October 2003,pp. 8 and 9.Radio interview with Michael Sennhauser on the complaint filed with the Swiss Press Councilregarding free advertisement of blockbusters by film reviews in the subsidized press, broadcastReflexe, Swiss Radio DRS 2, 1 September 2003.(September 2005)

Recommended

View more >