ADEC Industries de Santé Baromètre Conjoncture & Tendances ... ?tre Emploi... · Le baromètre «…

  • Published on
    10-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

ADEC Industries de Sant Baromtre "Conjoncture & Tendances" - 2014Rsultats du Baromtre 2014Ensemble des industries de sant24 juillet 20141Les objectifs du Baromtre L'objectif principal du Baromtre Emploi est de comprendre la dynamique de l'emploi et de ressources humaines des entreprises industrielles de sant, au regard du contexte socio-conomique et des stratgies industrielles adoptes par les entreprises. Le Baromtre vise ainsi fournir des premires indications sur les trajectoires de l'emploi et l'volution des stratgies des entreprises de l'anne 2013 ds le premier semestre de l'anne suivante. Les rponses des entreprises sur les perspectives de l'emploi permettent galement de proposer une premire valuation des trajectoires de l'emploi de la branche pour l'anne venir (2014). Pour les entreprises du mdicament, la 6me dition du Baromtre permet de positionner 2014 par rapport aux annes prcdentes partir d'indicateurs quantitatifs (effectifs des familles des mtiers) et qualitatifs (valuation par les entreprises de l'impact des facteurs de changement, orientations des politiques de ressources humaines). Pour les autres secteurs (dispositifs mdicaux, diagnostic in vitro, mdicament vtrinaire), ces rsultats constituent la 1re dition du baromtre des tendances de l'emploi.Le contenu du Baromtre Le Baromtre Emploi constitue une transcription des perceptions des entreprises de leur environnement conomique et un tat de leurs perspectives en matire de stratgies d'emploi et de ressources humaines. Les rsultats du Baromtre refltent l'tat des perceptions des entrepreneurs au 1er trimestre 2014, priode de ralisation de la phase de terrain de cette 6me vague.Le baromtre Conjoncture & Tendances de lemploi en 2014dans les industries de sant2Baromtre Industries de sant, 2014Mthodologie suivie pour la passation du questionnaire3Le champ du Baromtre La population-mre de l'enqute est constitue de l'ensemble des entreprises des industries de sant. La base de sondage a t construite partir des travaux mens pour la ralisation du CEP industries de sant en 2012.Les modalits de collecte des rponses Les rponses ont t collectes partir d'un questionnaire en ligne en janvier 2013 l'ensemble des entreprises adhrentes. Des relances tlphoniques ont t ralises par les services d'tude des fdrations professionnelles.L'articulation avec les donnes macroconomiques Les rsultats mesurs en volution sont cals sur les estimations ralises pour la ralisation du CEP Industries de Sant en 2012.Baromtre Industries de sant, 2014Mthodologie suivie pour lexploitation des rponses4La procdure de traitement des rponses L'chantillon de rponses est constitu de 95 questionnaires exploitables. Les 95 rponses obtenues reprsentent environ 39% des effectifs de la branche. Cette proportion atteint 50% dans les entreprises du mdicament humain, secteur traditionnellement plus concentr. Le calage des rsultats a t ralis sur les estimations des effectifs produites dans le cadre du CEP des industries de sant ralis en 2012. ces valeurs sont susceptibles d'tre modifies au cours des prochaines annes avec l'amlioration de l'appareil statistique sur ce primtre. Toutes les questions ont t renseignes par ces entreprises participantes l'enqute, hormis une dizaine de cas qui n'ont pas fourni d'indication sur leurs projets d'volution des effectifs en 2014. Des projections tendancielles ont t utilises pour pouvoir produire des lments d'volution globale des effectifs au niveau de l'ensemble de la branche. Le redressement des rponses repose sur une procdure traditionnelle de calage sur marges d'un chantillon stratifi selon la taille des units interroges (5 tranches d'effectifs) et des 3 secteurs d'activits. Tous les rsultats prsents dansce document sont redresss selon cette procdure. Les rsultats sont systmatiquement prsents pour l'ensemble des industries de sant et en distinguant les 3 secteurs d'activits correspondant la production de mdicaments humains (Leem), aux dispositifs mdicaux (Snitem), et au primtre de L'union (vtrinaire et diagnostic in vitro). Sur le primtre du Leem, des comparaisons peuvent tre ralises avec les rsultats des 5 vagues prcdentes.Secteur RpondantsEffectif correspondant Rappel effectif du secteur (2012)Couverture (en %)Mdicament humain 42 50 800 101 000 50%Mdicament vtrinaire et diagnostic 7 2 600 21 800 12%Dispositifs mdicaux 46 6 200 29 800 21%Ensemble 95 59 600 153 600 39%Les principaux dterminants de l'emploiOPPORTUNITES : les exportations et le march intrieur Le dveloppement des ventes l'exportation La dynamique du march intrieur (situation pidmiologique et volution technologique)MENACES : la rgulation et la hausse des cots Lvolution des politiques de prix et de remboursement, la fiscalit Linflation des cots de production et de R&DLes facteurs conomiques des mutationsOPPORTUNITES : les facteurs de demande Le dveloppement des marchs l'exportation Lvolution de la demande (pidmiologique, techno.)MENACES : les politiques publiques et les contraintes conomiques Lvolution des politiques de prix et de remboursement Lvolution des contraintes rglementaires de sant Linflation des cots de production Lvolution de la fiscalitLe Baromtre Conjoncture et tendances de lemploi lments de synthse de la vague 2014Ensemble des industries de sant154 660 emplois en 2013+1,4% en 2013+0,9% en 2014Priorits stratgiques 2014 Rorganiser, faire voluer les mtiers de la promotion, commercialisation : une priorit dsormais tablie pour plus de la moiti des industriels de la sant. Intensifier leffort de R&D : rassemble un tiers des entreprises Optimiser la production Dvelopper les actions de communication Reconfigurer le portefeuille d'activits (axes thrapeutiques, produits).Nouveaux mtiersLes perspectives conomiques Dans un contexte conomique dgrad, les industriels de la sant envisagent une progression significative de leur activit en 2014 (+2,8% pour le CA, +3,4% pour les volumes de production, +2,4% pour les exportations). L'investissement serait galement orient la hausse (+2,6%), tout comme les dpenses de R&D (+2,0%). Au sein des industries de sant, les fabricants de dispositifs mdicaux apparaissent comme les plus dynamiques en 2014.Les entreprises industrielles des secteurs de la sant (mdicaments humains et vtrinaires, dispositifs mdicaux, diagnostic in vitro) traversent une priode de fortes mutations qui les conduit adapter leurs modles conomiques et rviser leurs stratgies de ressources humaines en misant massivement sur le dveloppement des comptences de leurs salaris et en cherchant optimiser leurs organisations.MarketingCommunicationInformation-Responsable Market Access-Key Account Manager-Spcialiste du domaine rglementaireDans un contexte de fortes volutions de leur environnement conomique et rglementaire, les entreprises des industries de sant prsentent une trajectoire des effectifs qui sinscrit sur une tendance de croissance modre. En particulier, la croissance du nombre de salaris dans les units de moins de 200 salaris compenserait la contraction des effectifs enregistre dans les plus grandes entreprises. 5Priorits RH en 2014 Amliorer lefficacit organisationnelle (management de la performance, de la transversalit). Former et qualifier les salaris Identifier les potentiels et les fidliser Recruter : pour un tiers des entreprises Dvelopper la polyvalence- CommunityManagerLes principaux dterminants de l'emploiOPPORTUNITES : le march intrieur et lexport La dynamique du march (situation pidmiologique et volution technologique) Le dveloppement des marchs l'exportationMENACES : la structuration de loffre et la rgulation du secteur La monte en puissance des gnriques Lvolution des politiques de prix et de remboursement Les oprations de fusions-acquisitionsLes facteurs conomiques des mutationsOPPORTUNITES : les facteurs de demande Lvolution de la demande (pidmiologique, techno.) Le dveloppement des marchs l'exportationMENACES : les politiques publiques Lvolution des politiques de prix et de remboursement Lvolution des contraintes rglementaires de sant L'arrive de gnriques ou d'analoguesLe Baromtre Conjoncture et tendances de lemploi lments de synthse de la vague 2014Industrie du mdicament humain100 500 emplois en 2013-0,7% en 2013-0,5% en 2014Priorits stratgiques 2014 Reconfigurer le portefeuille d'activits (axes thrapeutiques, produits) : cette priorit concerne plus de la moiti des entreprises. Rorganiser, faire voluer les mtiers de la promotion, commercialisation : stable par rapport lanne prcdente Optimiser la production Initier des rapprochements avec des partenaires : nouvel item plbiscit par un quart des entreprisesNouveaux mtiersLes perspectives conomiques Aprs plusieurs exercices en demi-teinte, les entreprises du mdicament tablent sur une lgre reprise de la croissance en 2013 (+1,5% pour le CA, +1,8% pour la production). Les dpenses d'investissement seraient de nouveau orientes la hausse (+0,9%), tout comme les perspectives dvolution des dpenses de R&D (+0,7%). Ces progressions demeureraient toutefois insuffisantes pour contribuer au redressement des effectifs.Les entreprises du mdicament ont mis en uvre ces dernires annes des stratgies d'optimisation de la performance afin de sadapter au contexte de crise et aux mutations du secteur. La baisse des effectifs du secteur s'explique encore par la reconfiguration de la distribution et l'optimisation des fonctions transverses alors que l'emploi continue de rsister dans la production.MarketingCommunicationInformation-Responsable Market Access-Responsable transparence / prix - Mdecin Scientifique de Liaison-Responsable des affaires rglementairesLes volutions de l'emploi s'inscrivent plutt dans les trajectoires du scnario tendanciel "statu quo" de l'tude prospective Arthur D. Little pour la R&D et les fonctions transverses. Les effectifs de commercialisation se rapprochent plutt de lhypothse haute du scnario volontariste. Enfin, lvolution de lemploi dans la production se situe en revanche sensiblement au dessus des projections de cet exercice prospectif. 6Priorits RH en 2014 Identifier les potentiels et les fidliser : pour prs des deux tiers des laboratoires. Former et qualifier les salaris Amliorer lefficacit organisationnelle (management de la performance et de la transversalit) Recruter : pour un tiers des laboratoires Dvelopper la polyvalence- Community Manager- Digital Marketing expertLes principaux dterminants de l'emploiOPPORTUNITES : les exportations et le march intrieur Le dveloppement des ventes l'exportation La dynamique du march intrieur (situation pidmiologique et volution technologique) Les contraintes rglementaires MENACES : la rgulation et les dterminants conomiques La fiscalit et les politiques de prix et de remboursement Linflation des cots de production et de R&D, la concurrenceLes facteurs conomiques des mutationsOPPORTUNITES : les dbouchs et la structuration de loffre Le dveloppement des marchs l'exportation Lvolution de la demande (pidmiologique, techno.) Une opration de fusion-acquisitionMENACES : les politiques publiques avant les facteurs conomiques Lvolution des politiques de prix et de remboursement Lvolution des contraintes rglementaires de sant Lvolution de la fiscalit Linflation des cots de productionLe Baromtre Conjoncture et tendances de lemploi lments de synthse de la vague 2014Industrie des dispositifs mdicaux31 690 emplois en 2013+6,3% en 2013+5,7% en 2014Priorits stratgiques 2014 Priorit est donne aux stratgies commerciales et de communication, mais la leffort de R&D semble se maintenir. Rorganiser, faire voluer les mtiers de la promotion, commercialisation pour 72% des entreprises du dispositif mdical Dvelopper les actions de communication : 37% des entreprises Intensifier leffort de R&D : pour 43% des entreprisesNouveaux mtiersLes perspectives conomiques Les fabricants de dispositifs mdicaux envisagent une progression significative de leur activit en 2014 (+3,8% pour le CA, +4,7% pour la production en volume, +3,3% pour les exportations). La croissance des investissements serait toutefois infrieure ces niveaux bien quoriente la hausse (+2,8%), tout comme les dpenses de R&D (+2,9%). Les dispositifs mdicaux apparaissent comme le segment le plus dynamique des industries de sant en 2014 .Les fabricants de dispositifs mdicaux traversent une priode de fortes mutations qui les conduit adapter leurs modles conomiques et adapter leurs stratgies de ressources humaines en misant massivement sur lintgration de nouvelles comptences et en menant des politiques de renforcement de leur efficacit organisationnelle.MarketingCommunicationInformation-Responsable Market Access-Key Account Manager-Spcialiste du domaine rglementaireDans un contexte de fortes volutions de leur environnement conomique, les fabricants de dispositifs mdicaux prsentent une trajectoire des effectifs en croissance soutenue en 2013 et 2014. La progression des effectifs concernerait principalement les fonctions de R&D et de production tandis que la part des salaris dans la fonctions de commercialisation se maintiendrait 35% des effectifs.7Priorits RH en 2014 Amliorer lefficacit organisationnelle (management de la performance, de la transversalit) : 56% des entreprises Recruter : 49% Dvelopper la polyvalence : 47% Former et qualifier les salaris : 49% Identifier les potentiels et les fidliser : 33%- CommunityManagerLes facteurs susceptibles dimpacter les performances des entreprises en 2014Industries de santLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore leur performance et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore) Pour les entreprises, les principales opportunits damlioration des performances sont lies la demande. Elles concernent le dveloppement de marchs l'exportation et lvolution du march intrieur (consommation et situation pidmiologique). Les entreprises considrent que les facteurs de rglementation (politique de remboursement, fiscalit) constituent les principales menaces de contraction des performances, avant les dterminants conomiques (renforcement de la concurrence, l'arrive des gnriques, l'inflation des cots de production et le renchrissement des cots de R&D).8Les facteurs susceptibles dimpacter les performances des entreprises en 2014Industries de santLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore leur performance et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore) Les principales opportunits damlioration des performances prsentent certaines diffrences selon les secteurs dactivit mme si le classement global des modalits reste sensiblement le mme dun secteur lautre. Les entreprises du mdicament humain misent davantage sur la dynamique du march intrieur pour amliorer leurs performances. Avec leurs homologues du mdicament vtrinaire, elles sont galement plus nombreuses considrer que laccs au financement public ou priv constitue un facteur damlioration des performances. Les fabricants de dispositifs mdicaux considrent que les facteurs de rglementation (politique de remboursement, fiscalit) constituent les principales menaces de contraction des performances, avec les dterminants conomiques (politiques dachats et conditions de paiement, renforcement de la concurrence, l'inflation des cots de production). linverse, les entreprises du mdicament vtrinaire et du diagnostic peu nombreuses dans lchantillon prsentent des rponses au dessus des autres secteurs pour toute une srie de facteurs, des dbouchs lexportation aux oprations de fusions-acquisitions.9Les facteurs susceptibles dimpacter les performances des entreprises en 2014Industrie du mdicament humainLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore leur performance et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore) Pour les entreprises du mdicament humain, les principales opportunits damlioration des performances sont galement lies la demande (dveloppement des marchs l'exportation et du march intrieur). Les laboratoires considrent par ailleurs que lvolution des politiques publiques de prix et de remboursement constitue, avec les contraintes rglementaires propres au secteur de la sant, une menace significative de contraction des performances. La poursuite de la diffusion des gnriques figure galement parmi les facteurs dfavorables aux performances des entreprises.10Les facteurs susceptibles dimpacter les performances des entreprises en 2014Industrie du dispositif mdicalLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore leur performance et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore) Pour les fabricants de dispositifs mdicaux, les principales opportunits damlioration des performances sont galement lies la demande (dveloppement des marchs l'exportation et du march intrieur). Les entreprises considrent par ailleurs que les contraintes rglementaires propres au secteur de la sant, lvolution des politiques publiques de prix et de remboursement constitue, avec lvolution de la fiscalit, une menace significative de contraction des performances. Les facteurs de fonctionnement du march (inflation des cots, conditions de paiement) figurent galement parmi les facteurs dfavorables aux performances des entreprises.11Les facteurs susceptibles dimpacter les performances des entreprises en 2014Primtre de lUnionLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore leur performance et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore) Les statistiques sur le primtre de lUnion sont calcules partir de seulement 7 rponses et ne sont donc fournies qu titre indicatif.12Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les performances (2009-2014)Industrie du mdicament humain Les dterminants traduisant les perspectives des dbouchs demeurent les seuls moteurs potentiels de lamlioration des performances. Ainsi, l'volution de la demande intrieure en 2014 qui dtrne nettement le dveloppement des marchs l'exportation. Le poids des facteurs traduisant les rorganisations (recomposition de la filire de distribution, oprations de fusion-acquisition) ne sont plus majoritairement considrs comme des lments susceptibles de contribuer lamlioration des performances. Enfin, les lments lis la gestion du modle conomique (cots de production et de R&D, renforcement de la concurrence) sont toujours considrs comme susceptibles d'impacter ngativement les performances.En ordonne, soldes de rponses (% rponses positives % rponses ngatives) aux diffrents facteurs susceptibles d'affecter les performances-102327 261445414633433026-816-1 -228120718-415810 10 10-9-30-33-22-40-37-32-62-57-48-38-43-47-37-55-37-43-54-49-39-28-16-35-38-51-80-60-40-2002040602008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015volution de l'impact des dterminants des performancesLvolution des comportements des consommateursLe dveloppement de marchs lexportationLa recomposition de la filire dedistributionL'accs aux financements publicset/ou privs (pour la R&D)Une opration de fusion-acquisitionLes cots croissants de R&DLinflation des cots de productionLe renforcement de la concurrenceLarrive de gnriques ou danalogues13Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les effectifs en 2014Industries de sant Le dveloppement des marchs lexportation et de la demande intrieure constituent les deux principaux facteurs susceptibles davoir un impact favorable sur la trajectoire des effectifs. Prs de 3 entreprises sur dix considrent que lvolution rglementaire dans le domaine de la sant pourra contribuer redresser la courbe des effectifs alors mme que ce facteur est jug de faon trs ngative sur la performance conomique (Cf. page 7). Parmi les facteurs considrs comme dfavorables lemploi figurent lvolution des politiques de prix et de remboursement ainsi que l'inflation des cots de production et des cots de R&D. Lecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore la situation de lemploi et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore)14Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les effectifs en 2014Industries de sant Hormis pour les entreprises du mdicament vtrinaire et du diagnostic, peu nombreuses dans lchantillon, peu de facteurs semblent susceptibles de pouvoir conduire un redressement significatif de la courbe des effectifs. En effet, le solde des rponses est ngatif pour la plupart des dterminants de lemploi lexception du dveloppement de la demande intrieure et des marchs lexportation. Pour les entreprises du mdicament humain, la concentration des rponses sur lvolution de la demande (situation pidmiologique et technologique) est encore plus marqu. Pour les fabricants de dispositifs mdicaux, les facteurs conomiques lis au fonctionnement des marchs (politiques dachats, accs au financement, fiscalit) sont majoritairement considrs comme dfavorables lemploi. Lecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore la situation de lemploi et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore)15Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les effectifs en 2014Industries du mdicament humain Dans lindustrie du mdicament humain, le dveloppement de la demande intrieure et des exportations constituent les deux facteurs susceptibles davoir un impact favorable sur la trajectoire des effectifs. Les contraintes rglementaires dans le domaine de la sant sont considres de faon ambivalente par les laboratoires puisqueune proportion quivalente considre que leur volution pourra jouer la hausse ou la baisse de la courbe des effectifs. Parmi les facteurs considrs comme dfavorables lemploi figurent lvolution des politiques de prix et de remboursement ainsi que la diffusion des mdicaments gnriques.Lecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore la situation de lemploi et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore)16Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les effectifs en 2014Industries du dispositif mdical Dans lindustrie des dispositifs mdicaux, le dveloppement des exportations et, un degr moindre, de la demande intrieure constituent les deux facteurs susceptibles davoir un impact favorable sur la trajectoire des effectifs. Les contraintes rglementaires dans le domaine de la sant sont considres de faon ambivalente par les entreprises puisque une proportion quivalente considre que leur volution pourra jouer la hausse ou la baisse de la courbe des effectifs. Parmi les facteurs considrs comme dfavorables lemploi figurent lvolution des politiques de prix et de remboursement et lvolution de lenvironnement fiscal.Lecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore la situation de lemploi et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore)17Baromtre Industries de sant, 2014Les facteurs susceptibles dimpacter les effectifs en 2014Primtre de LUnionLecture : les facteurs dvolution sont tris sur les soldes de rponses (diffrence entre la proportion d'entreprises considrant que le facteur amliore la situation de lemploi et la proportion d'entreprises considrant qu'il la dtriore)18 Les statistiques sur le primtre de lUnion sont calcules partir de seulement 7 rponses et ne sont donc fournies qu titre indicatif. Prs des deux tiers des entreprises du primtre de lensemble des industries de sant anticipent une progression de leur chiffre d'affaires en 2013. Cette proportion atteint les trois quarts dans lensemble compos des fabricants de mdicament vtrinaire et le diagnostic, 70% dans les dispositifs mdicaux, 50% dans le mdicament humain. Les anticipations sur lvolution des volumes de production sont lgrement diffrentes (61% misent sur une progression de lindicateur). Au total, lestimation de la croissance en 2014 stablit +2,8% pour le chiffre daffaires (en valeur), +3,4% pour la production (en volume). La progression des ventes l'exportation se poursuivrait un rythme infrieur (+2,4%) celui du chiffre d'affaires en 2014, alors que ce facteur constitue selon les entreprises le principal dterminant damlioration de leurs performances. Les dpenses d'investissement seraient modrment orientes la hausse (+2,6%), ainsi que les perspectives dvolution des dpenses de R&D (+2,0%).19Lvolution des principaux indicateurs conomiques Ensemble des industries de santAnticipations des entreprises pour les principaux indicateurs conomiques en 2014Lvolution des principaux indicateurs conomiques Ensemble des industries de sant Selon les dclarations des industriels de la sant, la progression du chiffre daffaires stablirait 2,8% en 2014 en euros courants. Cette volution saccompagnerait dune progression lgrement suprieure de la production en volume (+3,4%). La croissance des exportations (+2,4%) serait mme infrieure la dynamique du march intrieur. L'anne 2014 serait de nouveau marque par une progression modeste de linvestissement (+2,6%) dont le dynamisme apparait contraint par latonie des dbouchs. Enfin, lengagement dans les dpenses de R&D apparait galement modr (+2,0%) par la faible dynamique des marchs. Dans ce contexte de demande peu dynamique, les tensions sur les prix des matires premires se rduirait. Ceux-ci enregistreraient une progression de +1,8% en 2014. Les fabricants de dispositifs mdicaux prsentent collectivement un dynamisme suprieur la moyenne de lindustrie sur lensemble des indicateurs.20Anticipations des entreprises pour les principaux indicateurs conomiquesLvolution des principaux indicateurs conomiques (2009-2014) Industrie du mdicament humain Selon les dclarations des entreprises du mdicament, l'anne 2014 serait marque par une lgre reprise de lactivit (+1,5%) aprs la modeste progression de l'activit enregistre en 2013 (+0,9%). Cette volution concernerait galement lvolution des volumes de production (+1,8%). Les exportations resteraient galement peu dynamiques (+1,3%). Les vellits d'investissement semblent demeures contraintes par le dynamisme insuffisant des dbouchs. Lindicateur retrouverait toutefois la tendance des dernires annes (+0,9%) aprs le point darrt constat lan dernier. Un constat similaire peut tre men sur les dpenses de R&D (+0,7%) en 2014. Dans ce contexte de demande moins dynamique que par le pass, les tensions sur les prix des matires premires continueraient se rduire (+1,3%).21Anticipations des entreprises pour les principaux indicateurs conomiques(2009-2014) Baromtre Industries de sant, 2014Lvolution des effectifs par grandes fonctionsdans les industries de sant Les effectifs de lensemble du primtre des industries de sant utilis pour la ralisation de ce baromtre de lemploi sont estims 152 600 salaris en 2012. Il sagit dun primtre lgrement plus resserr que celui utilis pour la ralisation du CEP Industrie de Sant qui comprenait en plus les fabricants dautres spcialits dans les domaines dentaires et optiques. Selon les projections ralises partir des dclarations redresses des 95 entreprises de lchantillon, lemploi progresserait de +1,4% en 2013 154 660 salaris et de nouveau de +0,9% en 2014 pour atteindre 156 020 salaris. La progression la plus rapide concernerait en 2013 les effectifs employs dans la commercialisation (+2,0%) tandis que la famille R&D serait la plus dynamique en 2014 (+3,5%).volution anticipe des effectifs selon les principales familles de mtiers22Baromtre Industries de sant, 2014Lvolution des effectifs par grandes fonctionsdans les industries de sant Avec une progression de lordre de 6% chaque anne, lvolution des effectifs serait la plus dynamique pour les personnels employs dans le secteur des dispositifs mdicaux en 2013 et en 2014. Lvolution des effectifs dans lensemble vtrinaire et diagnostic , estime sur un chantillon limit, reste indicative. Lvolution de lemploi dans lindustrie du mdicament humain constitue une inflexion dans le mouvement de baisse constat depuis 2008.Industrie du mdicament humain2012 2013 2014 12/13 13/14 2012 2013 2014R&D 14 400 14 279 14 348 -0,8% 0,5% 14% 14% 14%Production 42 380 41 777 41 414 -1,4% -0,9% 42% 42% 42%Comm/ Diffusion 27 307 27 604 27 524 1,1% -0,3% 27% 28% 28%Support / Administratif 16 881 16 596 16 429 -1,7% -1,0% 17% 17% 16%Ensemble 100 968 100 255 99 715 -0,7% -0,5% 100% 100% 100%L'Union : mdicament vtrinaire et diagnostic in vitro2012 2013 2014 12/13 13/14 2012 2013 2014R&D 2 794 2 948 2 985 5,5% 1,2% 13% 13% 13%Production 9 295 9 628 9 580 3,6% -0,5% 43% 42% 42%Comm/ Diffusion 5 956 6 110 6 170 2,6% 1,0% 27% 27% 27%Support / Administratif 3 755 4 029 4 082 7,3% 1,3% 17% 18% 18%Ensemble 21 800 22 715 22 817 4,2% 0,4% 100% 100% 100%Dispositifs mdicaux2012 2013 2014 12/13 13/14 2012 2013 2014R&D 4 587 4 947 5 620 7,9% 13,6% 15% 16% 17%Production 8 658 9 520 9 960 10,0% 4,6% 29% 30% 30%Comm/ Diffusion 10 796 11 224 11 629 4,0% 3,6% 36% 35% 35%Support / Administratif 5 759 6 000 6 278 4,2% 4,6% 19% 19% 19%Ensemble 29 800 31 690 33 488 6,3% 5,7% 100% 100% 100%Ensemble des industries de sant2012 2013 2014 12/13 13/14 2012 2013 2014R&D 21 781 22 174 22 953 1,8% 3,5% 14% 14% 15%Production 60 333 60 924 60 954 1,0% 0,0% 40% 39% 39%Comm/ Diffusion 44 060 44 938 45 322 2,0% 0,9% 29% 29% 29%Support / Administratif 26 395 26 625 26 789 0,9% 0,6% 17% 17% 17%Ensemble 152 568 154 661 156 019 1,4% 0,9% 100% 100% 100%23volution anticipe des effectifs selon les activits et les familles de mtiersEn % des effectifs du secteurTaux de croissanceBaromtre Industries de sant, 2014Lvolution des effectifs par grandes fonctionsdans les industries de sant24volution anticipe des effectifs selon les activits et les familles de mtiers107 200108 668108 407106 564103 900101 926100 968100 25599 71587 70090 10092 20095 30096 30098 100 98 90099 400101 500103 5301 500 0002 000 0002 500 0003 000 0003 500 0004 000 00050 00075 000100 000125 000150 000Ensemble de l'industrie (chelle de droite, 2014 provisoire)Lvolution des effectifs dans le secteur du mdicament humainLa dcroissance des effectifs sinflchit en 2013 (-0,7% 100 255 salaris). Cette inflexion se confirmerait en 2014, date laquelle l'emploi attendrait 99 715 salaris. La diminution des effectifs se raliserait ainsi un rythme plus modeste en 2014 (-0,5%).La baisse des effectifs de lindustrie du mdicament humain entame en 2008 semble se stabiliser. La contraction des effectifs ne serait que de -0,7% en 2013 tandis que les perspectives des entreprises conduiraient un recul modr de -0,5% en 2014.Aprs son passage dans le ngatif en 2008, le trend de dcroissance se confirmerait en 2013 (-0,7%). La baisse des effectifs value pour 2014 partir des dclarations des entreprises traduirait nanmoins une inflexion du mouvement de baisse (-0,5%).L'estimation des effectifs intgre l'ensemble des sous-traitants de production pharmaceutique depuis 200625Baromtre Industries de sant, 2014Industrie pharmaceutique2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 06/07 07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 13/14R&D 13 868 13 850 14 872 14 885 15 377 13 915 14 400 14 279 14 348 -0,1% 7,4% 0,1% 3,3% -9,5% 3,5% -0,8% 0,5%Production 39 613 40 326 40 679 40 188 40 833 42 660 42 380 41 777 41 414 1,8% 0,9% -1,2% 1,6% 4,5% -0,7% -1,4% -0,9%Comm/ Diffusion 33 461 31 932 32 097 31 896 30 858 28 190 27 307 27 604 27 524 -4,6% 0,5% -0,6% -3,3% -8,6% -3,1% 1,1% -0,3%Support / Admi. 20 258 22 561 20 760 19 595 16 832 17 161 16 881 16 596 16 429 11,4% -8,0% -5,6% -14,1% 2,0% -1,6% -1,7% -1,0%Mdicament humain 107 200 108 668 108 407 106 564 103 900 101 926 100 968 100 255 99 715 1,4% -0,2% -1,7% -2,5% -1,9% -0,9% -0,7% -0,5%Sous-traitants de production pharmaceutique2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 06/07 07/08 08/09 08/09 10/11 11/12 12/13 13/14R&D 195 219 237 272 372 426 423 486 492 12,3% 8,2% 14,8% 36,7% 14,5% -0,8% 15,1% 1,2%Production 4 807 5 407 5 859 6 716 6 590 7 023 6 974 7 140 7 065 12,5% 8,4% 14,6% -1,9% 6,6% -0,7% 2,4% -1,1%Comm/ Diffusion 650 731 792 908 914 991 983 983 957 12,5% 8,3% 14,6% 0,7% 8,4% -0,8% 0,0% -2,7%Support / Admi. 1 561 1 756 1 903 2 182 2 182 2 589 2 607 2 516 2 441 12,5% 8,4% 14,6% 0,0% 18,6% 0,7% -3,5% -3,0%Mdicament humain 7 213 8 113 8 791 10 078 10 058 11 029 10 986 11 125 10 955 12,5% 8,4% 14,6% -0,2% 9,7% -0,4% 1,3% -1,5%Lvolution des effectifs par grandes fonctionsdans le secteur du mdicament humain La trajectoire des effectifs dans lindustrie du mdicament humain a connu un retournement en 2008, lvolution la plus dfavorable ayant t enregistre en 2010 avec un recul de -2,5% des effectifs. Depuis cette date, la contraction des effectifs se fait moins forte chaque anne et lvolution de lemploi semble tendre vers la stabilisation. En 2013, la dcroissance des effectifs resterait modre (-0,7%). En particulier, la volont de plusieurs laboratoires europens de renforcer significativement leurs quipes commerciales en France se traduirait par une progression des effectifs dans cette famille de mtiers. En 2014, le dynamisme en matire de R&D des petites entreprises parviendrait compenser le recul des effectifs constat dans les grandes entreprises pour cette famille de mtiers.Effectifs faibles : estimation des volutions par familles de mtiers non significativesvolution anticipe des effectifs selon les principales familles de mtiers26Baromtre Industries de sant, 2014Comparaison avec les projections dArthur D. Little Lvolution des effectifs par grandes fonctions dans le mdicament humainScnario "Statu Quo"Scnario "Volontariste"L'volution des effectifs envisages par les entreprises de l'industrie pharmaceutique pour l'anne 2014 s'inscrivent de faon diffrente dans les perspectives de l'emploi dcrites dans les scnarios de long terme ("statu quo" & "volontariste") de l'tude prospective d'Arthur D. Little (2007). Les trajectoires de l'emploi dans les fonctions R&D et Administratives-support suivraient plutt les tendances de longue priode dcrites par le scnario Statu Quo qui traduit un recul significatif des effectifs au cours de la premire partie de la dcennie 2010. En dpit dun important mouvement de contraction des effectifs, la trajectoire de l'emploi dans la fonction commercialisationsinscrit plutt sur la tendance dvolution de longue priode la moins dfavorable correspondant au scnario volontariste . Enfin, les perspectives dclares par les entreprises pour 2014 dans la production s'inscriraient en revanche encore nettement au dessus des perspectives du scnario volontariste et traduisent une forte rsistance la dgradation de la conjoncture.27Les principales actions stratgiques mises en uvre en 2014 dans les industries de sant Les stratgies envisages en 2014 pour s'adapter au march et l'environnement conomique prsentent des diffrences significatives dune activit lautre. Dans le secteur des dispositifs mdicaux, les logiques conomiques doptimisation de la fonction commerciale et de dveloppement des actions de communication rassemblent une majorit dentreprises. Dans lensemble vtrinaire et diagnostic, les priorits semblent porter sur loptimisation de loffre, tant sur le dveloppement que sur les process. Dans le mdicament humain, la rflexion sur le primtre dintervention (portefeuille dactivits) reste prpondrante. Industrie du mdicament humainL'Union : mdicament vtrinaire et diagnostic in vitroDispositifs mdicauxEnsemble des industries de santRorganiser, faire voluer les mtiers de la promotion-commercialisation 54% 11% 72% 57%Intensifier l'effort de R&D (partenariats scientifiques, investissements...) 6% 73% 43% 36%Optimiser la production 27% 68% 22% 31%Dvelopper les actions de communication (sminaires, publicit...) 21% 11% 37% 28%Reconfigurer le portefeuille d'activits (axes thrapeutiques, produits...) 57% 0% 18% 27%Investir dans les moyens de production 13% 38% 17% 19%Rechercher des financements 11% 21% 20% 17%Initier des rapprochements avec des partenaires 25% 0% 12% 14%Externaliser ou relocaliser certaines fonctions 21% 1% 13% 13%Adapter la politique de distribution 18% 6% 12% 13%Mutualiser certaines fonctions ou partager des personnels 22% 3% 9% 12%Dvelopper la communication digitale (rseaux sociaux, blogs...) 2% 0% 1% 1%28Les principales actions stratgiques mises en uvre en 2014Industrie du mdicament humainLes stratgies envisages en 2014 pour s'adapter au march et l'environnement conomique La reconfiguration du portefeuille dactivit occupe une position de premier plan en 2014 dans les stratgies des laboratoires. La rorganisation de la promotion et commercialisation (visite mdicale) reste galement une action prioritaire pour un peu plus de la moiti des entreprises. linverse, lintensification de leffort de R&D enregistre un nouveau recul significatif par rapport au rsultat des dernires annes. Cela nempche pas les petits laboratoires de dclarer des projets de recrutement dans cette fonction. Les vellits dinvestissement dans les moyens de production reculent galement en 2014 tandis que les projets dexternalisation progressent.57 54 27 25 22 21 21 18 13 11 6 2 0 10 20 30 40 50 60Reconfigurer le portefeuille d'activits (axesthrapeutiques, produits...)Rorganiser / faire voluer les mtiers de la Promotion Commercialisation- Marketing - SAVOptimiser la productionInitier des rapprochements avec des partenairesMutualiser certaines fonctions ou partager despersonnels (au sein ou l'extrieur d'un groupe)Externaliser ou relocaliser totalement ou partiellementcertaines fonctions (production, R&D,Dvelopper les actions de communication (sminaires,congrs, publicit...)Adapter la politique de distribution (chane dpositaire-grossiste rpartiteur centrale dachat - officine -Investir dans les moyens de productionRechercher des financementsIntensifier l'effort de R&D (partenariats scientifiques,montant des investissements...)Dvelopper la communication digitale (via Twitter,rseaux sociaux, blogs...)200920102011201220132014en % des rponses (plusieurs rponses possibles)29Les priorits de 2014 en matire de ressources humainesdans les industries de sant Les priorits des entreprises en matire de ressources humaines sinscrivent en premier lieu dans une perspective damlioration de lefficacit organisationnelle. Les entreprises visent galement former leurs salaris et fidliser les personnels potentiel. Le recrutement et le dveloppement de la polyvalence figurent galement en bonne place dans les secteurs des dispositifs mdicaux et du mdicament humain.Industrie du mdicament humainL'Union : mdicament vtrinaire et diagnostic in vitroDispositifs mdicauxEnsemble des industries de santAccrotre l'efficacit organisationnelle (transversalit...) 48% 93% 56% 59%Former / qualifier les salaris 52% 89% 49% 56%Identifier les potentiels et les fidliser 63% 35% 33% 43%Recruter 34% 0% 49% 36%Dvelopper la polyvalence 30% 8% 47% 36%Renouveler les comptences 8% 6% 16% 12%Renforcer le dialogue social, anticiper les volutions emploi comptences 10% 24% 6% 10%Diminuer les effectifs 12% 1% 6% 7%Structurer la fonction RH 16% 0% 3% 7%Reclasser / reconvertir les personnels 7% 0% 4% 4%Revoir la politique de rmunration 4% 0% 4% 3%Renforcer la communication sur la marque employeur 5% 0% 2% 3%Intensifier le recours la main d'uvre temporaire, prestataires 0% 0% 1% 1%30Les priorits de 2014 en matire de ressources humainesIndustrie du mdicament humain La fidlisation des personnels rpond aux besoins des entreprises de stabiliser leurs comptences aprs avoir vcu une rorganisation de leur activit par exemple. La formation des personnels reprend une place essentielle parmi les priorits des entreprises en matire de gestion des ressources humaines aprs un net recul lan dernier. Comme en 2013, la recherche dune plus grande efficacit organisationnelle (dveloppement du management de la performance, de la transversalit) figure parmi les priorits des laboratoires. Les vellits d'embauche progressent sensiblement en 2014. Ce rsultat traduit la diversit des trajectoires des entreprises dans le secteur, notamment dans les petites entreprises qui apparaissent nettement plus dynamiques en 2014.316352483430161210875400 10 20 30 40 50 60 70Identifier les potentiels et les fidliserFormer / qualifier les salarisAccrotre l'efficacit organisationnelle(organisation matricielle, management de laRecruterDvelopper la polyvalenceStructurer la fonction RHDiminuer les effectifsRenforcer le dialogue social / Anticiper lesvolutions d'emploi et de comptencesRenouveler les comptencesReclasser / reconvertir les personnelsRenforcer la communication sur la marqueemployeur (interne et externe)Revoir la politique de rmunrationIntensifier le recours la main d'uvretemporaire et aux prestataires200920102011201220132014en % des rponses (plusieurs rponses possibles)Baromtre Industries de sant, 2014L'apparition de nouveaux mtiersces dernires annesL'apparition de nouveaux mtiers : concerne la plupart des entreprises de plus de 100 salaris ; et sapplique aux 3 grandes filires mtiers : Commercialisation et diffusion de linformation, Production et R&D.- Mdecin Scientifique de Liaison- Responsable des partenariats institutionnels Digital marketing expert, communication digitale- Key Account Manager- Responsable Market Access- Responsables transparence prix / mdico conomie- Renforcement des affaires rglementaires pour dvelopper le souci du retour sur investissement.- Mixit et hybridation des disciplinesRecherche et Dveloppement- Manager Innovation- Coach scientifique- Affaires rglementaires- Rationalisation des quipes de promotion et gestion optimise au profit dune spcialisation par cibles (hpital, mdecins spcialistes etc.)- Prise en compte des exigences socitales relayes par les pouvoirs publics (associations de patients, payeurs, agences de rgulation rgionales, etc.)- Renforcement des liens en amont et aval avec la R&D et la production pour dvelopper la culture de performance conomique dans ces deux filires.Commercialisation et diffusion de linformation- Expert Lean & Six Sigma- Responsable damlioration continue- Responsable production-Responsable qualit- Renforcement de leffort sur les gains de productivit via lexternalisation et le dploiement des techniques damlioration continue (Lean Management, Six Sigma etc.)- Renforcement de la diffusion dune culture du contrle et de lassurance qualit tous les niveaux.Production32La recomposition des mtiers de lindustrie du mdicament humain33Les fonctions de commercialisation et de distribution prennent une place de plus en plus importante dans lindustrie du mdicament humain. Cependant, cette branche garde une vritable spcificit dans la mesure o les activits de commercialisation sont souvent lies des activits de recherche et dveloppement et ont un important contenu scientifique. Cest pourquoi un responsable daffaires rglementaires, un mdecin scientifique de liaison ou un responsable transparence/prix doivent avant tout avoir une formation solide (master 1 ou 2) dans les domaines de la biologie et de la pharmacie. Au sein de cette volution gnrale, on constate une recrudescence de la recherche de certains profils, comme par exemple :Lvolution technologique du secteur marketing vers le digital marketing, et la recherche affrente de profils comme celui du Community Manager. Le Mdecin Scientifique de Liaison, ou responsable de la communication scientifique, qui prend une place de plus en plus importante au sein de la stratgie communicationnelle des laboratoires. La stratgie daccs au march et surtout de maintien sur le march des mdicaments devient primordiale, et saccompagne donc de forts besoins de recrutements de responsables daccs au march, capables de garantir les meilleures conditions conomiques lors de la diffusion du mdicament. Ce mtier est notamment en lien avec celui du responsable prix / transparence, qui sassure de la mise en place des dossiers en vu de la prise en charge et de la fixation du prix des produits de lentreprise. CommunicationInformationMarketingLa recomposition des mtiers dans le secteur des dispositifs mdicaux 34Les mtiers qui se dveloppent dans le secteur des dispositifs mdicaux ont trait la recherche et le dveloppement ou la commercialisation. Le responsable daffaires rglementaires, scientifique de formation, se doit de mettre en place une stratgie pour garantir lapplication de la rglementation mdicale en vigueur. Dans la mesure o il est galement amen ngocier avec les autorits de sant, son travail est au croisement du domaine mdical et de la commercialisation, dans la mesure o laccs au march est une thmatique primordiale. Laccs au march est lapanage du Key Account Manager, qui dveloppe les relations commerciales avec les grands comptes, et notamment les comptes hospitaliers, ce qui est de premire importance pour les industries de dispositifs mdicaux. Les thmatiques de formation prioritaires pour les entreprises35ManagementFormation techniqueLangues trangres (anglais en particulier)Gestion de la qualitCommercialisationAffaires rglementairesDomaine pharmaceutiqueInformatiqueComptences cliniquesInnovationCertaines formations concernent plutt lensemble des salaris (langlais ou mme parfois certaines spcialits informatiques).Toutefois, la plupart des thmatiques de formation prioritaires visent plutt une famille de mtiers bien dfinie (en couleur sur le schma).Commercial et diffusion de linformationProductionRecherche et DveloppementComptences transversalesQuelques nouvelles thmatiques et les publics concerns 36Managers CommerciauxPersonnel de productionPharmaciens et personnel mdicalFonctions administratives et de supportManagement du changementFormation produitsGestion de la qualit PharmacovigilanceAnglaisAnglais AnglaisAffaires rglementairesMdico-marketing Bureautique / InformatiqueInnovation Vente assertive Lean Management Affaires rglementairesManagementLes publics avec les besoins de formation les plus importantsLes thmatiques de formationLes principaux domaines concerns par les difficults de recrutement dans les industries de sant37Mtiers en tension Leem Snitem Union TotalRglementaire / remboursement 2 5 1 8Ingnieur R&D biomdical / Mdecin R&D 3 2 5Conducteur de ligne / rgleur 2 1 2 5Tech maintenance 3 2 5Commerciaux 2 2 4IT 2 1 3Mdecin rgional 3 3Tech SAV 2 2Business developper 1 1Le tableau ci-dessous indique les mtiers prsentant des difficults de recrutement particulires, avec lenombre doccurrences pour lesquels ils sont cits par secteur et de manire consolide.Parmi les trois premiers mtiers en tension : Celui de responsable ou de charg daffaires rglementaires est particulirement problmatique au Snitem. Les profils R&D hautement qualifis et polycomptents sont galement rares sur le march Les mtiers de conducteur de ligne et de technicien de maintenance sont en tension dans toutes lesbranches industrielles en France.

Recommended

View more >